Prévisions pour le 27 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 31 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 24 °C
30
 Batna Min 10 °C Max 21 °C
30
 Biskra Min 17 °C Max 30 °C
34
 Tamanrasset Min 20 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 12 °C Max 24 °C
47
 Alger Min 19 °C Max 25 °C
32
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 18 °C Max 23 °C
30
 Mascara Min 15 °C Max 27 °C
30
 Ouargla Min 20 °C Max 27 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 21 °C Max 31 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 32 °C
34
 Khenchela Min 8 °C Max 20 °C
30
 Mila Min 12 °C Max 24 °C
34
 Ghardaïa Min 18 °C Max 23 °C
34
Accueil |Chroniques | Le revers de la médaille |

Le renard et le bouc

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Il faut toujours revenir à la lecture des classiques: c´est une vérité qui s´impose tous les jours, au gré des expériences vécues qui donnent des leçons de conduite à tout un chacun pour le futur immédiat: pourvu que la mémoire garde le souvenir d´une leçon vite apprise. Parmi tous les classiques, il est utile de situer en premier lieu les fabulistes: ce sont eux qui sont arrivés à thésauriser le mieux les expériences vécues par les autres et à les livrer aux consommateurs dans un emballage des plus simplistes, avec une lecture au premier degré. Tout cela afin de faire profiter le maximum de lecteurs de la leçon de morale que l´auteur veut délivrer.
Evidemment, le premier écrivain qui vient à l´esprit, c´est Jean de La Fontaine, auteur prolifique du XVIIe siècle, que les tendances nouvelles poussent un peu vers la marge. Chaque fable, qu´elle soit originale, c´est-à-dire de sa propre création ou bien empruntée aux cultures grecque, indienne ou arabe, est un exemple frappant de didactisme. Celle qui me revient le plus souvent à l´esprit est Le Renard et le Bouc. Cette fable me fait sourire souvent car elle est liée à une anecdote que m´a racontée plus d´une fois un attachant journaliste (R.M.) avec lequel j´ai travaillé jadis. R.M. avait un ami qui fréquentait beaucoup les bars d´Alger à la fin de chaque journée passée dans la salle de rédaction du journal. Il faut dire à leur décharge qu´à l´époque, il n´y avait point de climatiseurs dans les salles de rédaction et qu´une séance de travail suffisait pour déshydrater tout le monde. Donc, à la fin du boulot, c´est la ruée vers le plus proche abreuvoir. Et quand R.M. s´apprêtait à franchir le seuil du bar, il s´entendait dire par son ami «le plus dur est de sortir d´ici». Une sentence extraite tout droit de la fable de La Fontaine. Cet ami-là oubliait toujours la première conclusion de la fable: «En toute chose, il faut considérer la fin», car la soif était plus forte que la faim. Tout cela pour revenir à la réflexion profonde que l´écrivain veut engager avec ses lecteurs et surtout avec les décideurs qui ont des initiatives importantes à prendre. Ainsi, il met en garde contre tout engagement rapide et irréfléchi. Ces avertissements s´adressent surtout au Roi qui avait entrepris des guerres avec ses voisins: savoir où mettre les pieds et envisager le pire pour se permettre une sortie honorable. Ainsi, on apprend que les services secrets américains remettent au président américain, avant toute décision importante engageant la Nation, des scénarii différents sur les éventuels développements d´une situation dans une région donnée, après une intervention américaine. Il paraît qu´il en est ainsi dans tous les états-majors et tous les cabinets du monde. En outre, quand un pays, une armée se trouvent embourbés dans une situation inextricable, c´est que l´exécutif n´a pas pris au sérieux les recommandations des stratèges ou alors ceux-là n´ont pas prévu tous les cas de figure. Ainsi, Hannibal, Napoléon et Hitler, après des victoires fulgurantes, ont perdu les guerres à cause des problèmes de logistique. Les Etats-Unis ont dû se retirer du Viêt-Nam à cause du coût exorbitant de l´opération. Le développement dramatique de la situation au Moyen-Orient et la multiplication des foyers d´incendie dans la région risquent de produire un remake du Viêt-Nam. Chez nous, l´exemple le plus éloquent est l´entreprise du Métro d´Alger. On n´avait pas prévu que le baril dégringolerait aussi vite!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha