Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 23 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
34
 Batna Min 14 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 21 °C Max 35 °C
32
 Tamanrasset Min 22 °C Max 31 °C
30
 Tlemcen Min 20 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 29 °C
32
 Saïda Min 19 °C Max 30 °C
32
 Annaba Min 20 °C Max 27 °C
32
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 22 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 31 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 32 °C
32
 Khenchela Min 14 °C Max 25 °C
32
 Mila Min 16 °C Max 29 °C
34
 Ghardaïa Min 18 °C Max 30 °C
34
Accueil |Chroniques | Le revers de la médaille |

Priorité

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

C´est à l´occasion de la perte d´un ami ou d´un proche que l´on constate que la vie est si précieuse, elle nous est donnée et il serait malvenu de «la jeter aux pigeons des boulevards». Et pourtant, le spectacle quotidien de la rue, loin d´être routinier, est une source intarissable de réflexion. La vie n´est pas plate tous les jours et il suffit d´avoir «des yeux pour voir», comme aimait à le dire Jean-Louis Bory. D´ailleurs, le grand poète surréaliste français, Jacques Prévert, ne cessait de s´émerveiller de la poésie qui pouvait se dégager de la banalité quotidienne: un éternel mégot rivé à ses lèvres, il ne cessait de décrypter avec son humour caustique le comportement de ses semblables. Ce n´est pas faire preuve de voyeurisme que de contempler chaque jour, le mouvement de la foule, le va-et-vient des véhicules sur les routes encombrées, la vaste baie d´Alger avec ses bateaux posés sur une mer de plomb, les marchés anarchiques qui poussent sur les terrains vagues des cités poussiéreuses ou boueuses, les cris des récupérateurs de vieilleries, le chahut des enfants sortant des écoles, le silence feutré des quartiers résidentiels, les cris de joie s´échappant des fenêtres ouvertes à l´occasion d´un but raté ou marqué...
Enfin, l´ambiance quotidienne qui fait d´un pays ce qu´il est et qui crée son identité! Ce qui vous donne un pincement au coeur quand vous êtes sous d´autres latitudes, là où les hommes ont des comportements autrement plus rationnels. Car enfin, en définitive, il manque souvent une explication rationnelle à un spectacle donné. Pas plus tard que ce matin, j´ai croisé sur une route de campagne déserte, un jeune manoeuvre poussant sans entrain une vieille brouette. Soudain, le jeune homme s´arrête et sort de sa poche un portable qu´il colle aussitôt à son oreille. Il se met alors à gesticuler au bord de la route. Ce n´est pas ce qu´il disait qui pouvait m´intéresser mais c´est l´écart technologique qui existe entre la brouette et le téléphone portable.
Cela me rappellera tout d´un coup, les courses folkloriques entre le «poney express» et les trains poussifs du Middle West américain. Mais cela, c´était du cinéma. Il y a longtemps que le train a relégué les poneys au musée et l´avion domine désormais les moyens de communication.
Et dans l´ambiance générale qui prévaut au lendemain d´un remaniement ministériel à propos duquel des voix faussement interrogatives émettent des conjectures, il est raisonnable de souhaiter que les priorités du gouvernement éternel dont le pays a hérité, seraient d´engager toute la société dans la modernité.
On ne peut pas avoir un pied dans le passé, les mains dans le présent et le cerveau ailleurs. Il est impératif que l´enseignement et la communication conjuguent leurs efforts pour forger un homme nouveau. A condition que la justice s´en mêle.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha