Prévisions pour le 27 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 31 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 24 °C
30
 Batna Min 10 °C Max 21 °C
30
 Biskra Min 17 °C Max 30 °C
34
 Tamanrasset Min 20 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 12 °C Max 24 °C
47
 Alger Min 19 °C Max 25 °C
32
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 18 °C Max 23 °C
30
 Mascara Min 15 °C Max 27 °C
30
 Ouargla Min 20 °C Max 27 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 21 °C Max 31 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 32 °C
34
 Khenchela Min 8 °C Max 20 °C
30
 Mila Min 12 °C Max 24 °C
34
 Ghardaïa Min 18 °C Max 23 °C
34
Accueil |Chroniques | Le revers de la médaille |

Le tracteur, la charrue, les boeufs

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le programme du gouvernement a été adopté, comme il se doit, avec une majorité écrasante. Cela n´est pas une surprise. Et l´annonce par M.Belkhadem de la prochaine création d´autres chaînes n´en est pas une autre.
C´était une idée qui flottait dans l´air depuis un bon moment et cette éventualité n´était pas envisagée par des esprits téméraires ou aventureux mais bien par des apparatchiks mitoyens des centres de décision. Ce qui prouve que l´idée a dû être mûrie par le brain-trust qui brasse les grands projets budgétivores. Il ne faut pas voir en cela un désir de répondre à l´attente de citoyens qui rechignent à payer la taxe télévisuelle qui est perçue concomitamment avec le kw/h, mais plutôt une velléité de répondre aux défis lancés par nos modestes voisins qui, sans tambour ni trompette, ont su nous devancer dans la communication hertzienne. Ce qui est nouveau dans la déclaration de M.Belkhadem qui exécute fidèlement le plan du président, c´est la liaison qu´il fait entre la création de nouvelles chaînes avec une préalable assise d´une nouvelle technologie de télédiffusion née de l´autre côté de la Méditerranée: la TNT ou pour être plus clair, la télévision numérique terrestre. L´entrée du numérique dans la communication est comparable à l´incursion de la pierre polie dans l´univers de la pierre de taille: la qualité et le nombre de signaux augmentent d´une façon conséquente grâce à ce nouveau procédé. Mais pourquoi lier la création de nouvelles chaînes avec l´adoption de la TNT? Mystère!
Tout le monde sait que l´ancienne métropole dispose d´un territoire cinq fois moindre que le nôtre et que ce territoire est traversé par un réseau très dense d´émetteurs et de récepteurs qui datent de l´après-guerre. Démanteler ce réseau coûterait plus cher que de le rénover, d´où la solution de diffuser les 14 chaînes du secteur public (14?) en ne demandant au consommateur qu´acheter un décodeur qui se relie au récepteur. La dépense est minime, la France est créatrice de technologie et peut se passer du satellite à cause de la modestie de la superficie de son territoire. Par contre, sa production audiovisuelle est riche, variée et dispose d´un stock impressionnant d´archives bien entretenues ou restaurées à temps. Il ne faut pas oublier que la censure est minime.
Pour l´Algérie, c´est juste le contraire. Notre pays dispose d´un vaste territoire dont les localités du Sud sont trop éparses pour bénéficier d´une télédiffusion terrestre correcte: seul le satellite est, pour l´instant, le moyen le moins coûteux pour arroser tout le polygone.
Ensuite, notre pays ne produit aucune technologie: il sera obligé d´importer, à prix fort, les accessoires nécessaires pour la diffusion et la réception de la TNT. Et pour couronner le tout, la production nationale audiovisuelle est, pour des raisons historiques, rachitique. Donc, la TNT est une autre échappatoire inventée par le régime du parti unique pour retarder encore la libération du droit à l´expression.
Le satellite a encore de beaux jours devant lui, tout comme les archivistes de la cuisine audiovisuelle algérienne.

arez1946@yahoo.fr

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha