Prévisions pour le 23 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 34 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 25 °C
34
 Biskra Min 19 °C Max 33 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 28 °C
34
 Alger Min 19 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 17 °C Max 28 °C
34
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
32
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 33 °C
28
 Tindouf Min 24 °C Max 35 °C
32
 Khenchela Min 11 °C Max 23 °C
30
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
32
 Ghardaïa Min 19 °C Max 30 °C
32
Accueil |Chroniques | Le revers de la médaille |

Chacun son tour

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«Dieu! Je désespérais de mes frères sauvages, Je voyais l´avenir, l´avenir à genoux,
La bête triomphante et le glaive sur nous, Les blés déchiquetés, toujours des sauterelles...
»
Ainsi chantait Jean Ferrat, cet hymne plein d´espoir...Au moment même où tous les horizons se voilent, se bouchent, quand on commence à douter de tout et surtout de soi-même, quand on se met à proférer des malédictions pour exprimer toute l´impuissance qui nous accable et du manque de solution immédiate aux problèmes qui durent, de l´inutilité des choses et de l´inefficacité de tous les remèdes créés pour soigner le malheur qui s´acharne, voilà qu´une petite fenêtre s´ouvre et qu´une petite lueur d´espoir apparaît...Non! Trois fois non! Tout n´est pas encore perdu! Au moment même où tout le monde allait partir en vacances avec la ferme certitude que septembre ressemblera à mai, mars ou juin, que les verrous tirés sur les problèmes en suspens le seraient encore pendant longtemps, voilà que le miracle de juillet s´accomplit. Je ne parle pas évidemment de ce fait anodin qui est devenu si coutumier, qui n´étonne plus personne et qui consiste pour une assemblée élue par une minorité à voter un programme de gouvernement à une écrasante majorité...Je ne veux pas non plus parler de cette mesure révolutionnaire prise après examens et qui consiste à inclure dans la moyenne des notes de l´examen du BEF, la moyenne des notes de l´année écoulée...On ne mesure pas l´impact de cette décision historique sur les différents acteurs de la comédie humaine qui se joue dans le secteur de l´éducation nationale. Réfléchissons un peu: dans un pays comme le nôtre, c´est-à-dire où la corruption est absente du berceau jusqu´à la tombe (et même au-delà!), des bancs de l´école jusqu´aux travées des assemblées populaires, tout risque de baigner dans l´huile. Avec des parents honnêtes, empreints de civisme, des enseignants irréprochables et consciencieux parce que motivés, des chefs d´établissement désintéressés, au-dessus de tout soupçon et à qui l´on donnerait le Bon Dieu sans confession, cette décision ne ferait que raffermir les liens de solidarité qui existent déjà dans cette société idyllique. Car imaginons un instant qu´un élève sérieux, studieux et travailleur, trébuche au moment de l´examen sur une question un peu vicieuse, bien qu´il ait eu des notes satisfaisantes toute l´année et qu´il soit bien apprécié de ses maîtres: eh bien, cet innocent enfant serait victime d´un coup du sort aussi injuste qu´une erreur judiciaire préméditée! Grâce à cette décision inspirée par l´air vivifiant des Hauts-Plateaux, ce chérubin serait repêché et ce ne sera que justice! Mais imaginons, par contre, que cette décision soit adoptée dans un pays pourri, miné par la corruption, un pays où la majorité des jeunes n´aspirent qu´à changer d´horizon, des jeunes prêts à sacrifier un organe, pourvu qu´ils obtiennent ce sacré visa, un pays où des maires, des commissaires de police, des walis, des banquiers commencent à connaître les rigueurs de la loi qu´ils avaient jusque-là piétinée, un pays où un milliardaire peut acheter sa place en pole position dans un miniparti, un pays où un milliardaire peut pousser un journaliste au suicide, enfin un pays où tout se vend et où tout s´achète même la patate à 70DA. Eh bien, dans ce pays-là, les directeurs d´établissement risquent de prendre la place qu´ils méritent et qu´on leur a longtemps refusée: ils deviendront plus importants que les maires, les commissaires, les walis ou les banquiers. Ils seront adulés et seront l´objet de toutes les attentions. Ils recevront des coups de téléphone aimables de gens bien placés ou bien nantis qui leur demanderont de se pencher sur le cas désespéré de leur rejeton qui fait le désespoir de sa maman qui vient de faire une méchante dépression à cause de ses résultats scolaires...Je vous laisse deviner la suite: le directeur, qui jusque-là était une personne anonyme, va tout de suite avoir la grosse tête. Etre sollicité par des gens, qui, jusque-là, lui avait fermé tout espoir d´avoir un logement, un terrain, un prêt bancaire, un emploi...,ce n´est qu´un juste retour des chose!
La vie est ainsi faite! A qui demain le tour?

arez1946@yahoo.fr

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha