Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
30
 Tlemcen Min 19 °C Max 29 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 20 °C Max 30 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 22 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 23 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 37 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 32 °C
34
 Khenchela Min 12 °C Max 25 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Chroniques | Le revers de la médaille |

Un pas en arrière, deux pas en avant

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Ecrire quotidiennement une chronique n´est pas chose aisée surtout avec l´ambiance générale qui prévaut dans une république couscoussière plongée dans un marasme politico-culturel aggravé par une canicule persistante qui pèse lourdement sur les actions d´un gouvernement condamné à expédier les affaires courantes alors que les problèmes essentiels demeurent, tels des noeuds gordiens, réfractaires à toute solution durable. Mais quand il y a un sujet de satisfaction (il en arrive quelquefois dans cette vallée de larmes et de cris de détresse), il est impératif de l´annoncer afin que les lecteurs cessent de prendre la presse libre et indépendante comme un mur de lamentations.
Hier, par exemple, j´étais parti pour exprimer mon heureuse surprise devant la courageuse décision du gouvernement de retirer son mortel projet relatif à la traversée du parc d´El Kala: j´avais commencé par une maladroite citation de Jean Ferrat (lire «l´orage» à la place de «glaive») et je me suis pris les pinceaux dans une affaire d´examen de BEM qui risque, à mon sens, de porter un coup fatal au niveau déjà très bas de nos lycéens.
De fil en aiguille, j´avais perdu ma destination première et me suis fourvoyé dans les conséquences sociales que peut entraîner cette décision (calculer la moyenne de passage en ajoutant la moyenne des compositions de l´année écoulée).
Eh bien, en fin de compte, j´avais perdu de vue le but premier de ma chronique dans laquelle je devais ajouter mes applaudissements à ceux de tous les écologistes et de tous les démocrates qui ont accueilli avec un grand soulagement le geste courageux d´une administration obligée de revoir sa copie. Comment en est-on arrivé là? C´est tout simple!
Grâce au battage médiatique mené par les défenseurs irréductibles de la nature qui ont fait circuler une pétition nationale, après avoir organisé maints débats et conférences sur le viol de la loi opéré dans l´est du pays, la raison a finalement eu raison de l´alibi financier derrière lequel se sont retranchés ceux qui avaient opéré, après un coûteux et volumineux dossier d´études, une transgression vis-à-vis d´un site classé et protégé.
Pourtant, l´Algérie avait signé tous les protocoles visant à la protection de la nature. Cependant, il faut se réjouir de ce pas en arrière qui prouve bien que notre pays n´est point un régime avec des oeillères, tout juste bon à dépecer les entreprises publiques ou à pomper la rente pétrolière.
La société civile est encore vivante puisqu´elle gronde encore.
Evidemment, nous sommes encore loin des efforts de nos voisins qui mènent d´ambitieux programmes de réintroduction d´espèces menacées comme l´addax antilope ou l´autruche, mais la vie est faite de petits pas et de petits succès.
Que les chasseurs d´outarde ne sévissent plus sur nos Hauts-Plateaux, c´est déjà un progrès.

arez1946@yahoo.fr

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha