Prévisions pour le 26 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 37 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 27 °C
30
 Batna Min 14 °C Max 22 °C
28
 Biskra Min 20 °C Max 30 °C
47
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
34
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 25 °C
11
 Mascara Min 16 °C Max 26 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 30 °C
47
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 33 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 20 °C
12
 Mila Min 16 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 27 °C
47
Accueil |Chroniques | Le revers de la médaille |

Indépendance

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La vie est une compétition. D´abord entre les individus au sein d´une communauté donnée, ensuite entre les nations. C´est la lutte pour la survie ou la domination de l´autre.
Les peuples qui n´arrivent pas à se faire une petite place au soleil, sont exploités par les Etats plus forts et mieux organisés.
Quand un peuple, dans un sursaut de dignité, arrive à se libérer de la tutelle de l´autre, c´est pour participer au concert des nations dans la merveilleuse aventure de l´humanité.
Car il faut le reconnaître que quand une nation domine une autre, c´est pour mieux exploiter, au profit de ses seuls sujets, les richesses nationales que possède le pays colonisé. C´est en étouffant tous les désirs d´expression, en écrasant tous les talents potentiels et en brisant tout élan créateur, que le colonisateur maintient sa domination. Il arrive même à créer des complexes d´infériorité chez le colonisé au point que celui-ci, dépersonnalisé, se met à adopter ou à copier le comportement de ses maîtres.
Mais le propos n´est pas là. Quand un peuple arrive enfin à se libérer après une guerre coûteuse en vies humaines, il est naturel que ses forces, les plus vives, éprouvent le besoin de s´exprimer et de s´affirmer en essayant de rattraper le temps perdu lors de la colonisation. Le travail est ardu: panser les plaies, alphabétiser, enseigner, former, reboiser, réapprendre à chacun les petits gestes qui rendent la vie possible et agréable.
Les leçons de civisme, le respect de la loi, la notion d´intérêt général primant l´intérêt individuel, ne sont pas, hélas, acquis automatiquement. Si le drapeau national flotte au vent et au son de l´hymne national, quelque part, dans une région obscure du cerveau, il y a encore une frustration qui n´a pas encore été satisfaite. Et c´est cette frustration qui fait que l´individu n´est pas encore libéré.
La course à l´accaparement des biens publics, la course à l´enrichissement facile et rapide, le clientélisme, la corruption, l´oubli des principes sacrés qui ont conduit à la guerre de Libération, les parjures, les faux serments concourent à la perte de tout patriotisme. Et c´est ainsi que les talents fuient la médiocrité ambiante.
Les lois absurdes et iniques remplacent la loi du plus fort et les intérêts claniques sont la loi.
Il ne faut pas s´étonner alors qu´après toute une vie d´un homme moyen, les mêmes schémas réapparaissent. Les étrangers chassés à la force du droit et du fusil reviennent en force: ils sont accueillis avec du lait et des dattes aux ports et aux aéroports. Ils ne reviennent pas coloniser: ils ont mieux à faire. Ils reviennent s´occuper du bien-être de ces gens qui n´ont pas su faire prospérer leur pays et ont perdu toute autosuffisance. Les Français reviennent pour gérer l´eau, l´énergie, le pétrole, le tramway, le métro, l´aéroport, le yaourt...Les Egyptiens sont là pour l´eau, la téléphonie mobile, le ciment...Les Japonais sont là pour les routes, les barrages, le pipeline de Medgaz...Les Russes sont là pour les mines, le pétrole, le gaz, l´armement...Les Espagnols sont en force pour le réseau routier. Les Emirats du Golfe investissent la téléphonie mobile, la gestion des ports...Les Italiens, les Allemands se partagent beaucoup de secteurs aussi importants que le métro ou le chemin de fer. Les Chinois occupent le secteur du bâtiment, le commerce des chiffons et, grâce à eux, les chiens errants se font rares...
Quant aux Algériens, il ne leur reste plus qu´à émigrer.

arez1946@yahoo.fr

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha