Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 24 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 21 °C Max 34 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
23
 Tlemcen Min 20 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 19 °C Max 31 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 21 °C Max 33 °C
34
 Oran Min 22 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
47
 Khenchela Min 13 °C Max 25 °C
32
 Mila Min 15 °C Max 27 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Chroniques | Le revers de la médaille |

Examens

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La fin de l´année scolaire s´annonce. Les premières chaleurs excessives sont les premiers signes de cette période difficile où les adolescents ont eu à affronter les épreuves rebutantes des divers examens qui leur permettront de pousser un cran plus loin leur quête du savoir. L´examen en soi est le paramètre pour évaluer exactement le niveau de l´élève qui a passé une ou plusieurs années à ingurgiter des notions qui lui permettront d´affronter la vie professionnelle avec un maximum de bagages ou d´armes. Evidemment, on ne reviendra pas sur le trac qui saisit l´élève stressé soumis à la pression familiale et qui doit réussir à tout prix, pas plus qu´on ne parlera de la peau de banane sur laquelle glissent beaucoup de bons élèves et qui laisse pantois l´entourage. On ne parlera encore moins des fuites...
En définitive et dans l´absolu, l´examen demeure le meilleur instrument pour mesurer les efforts et évaluer ses capacités pour son orientation future. Et c´est à l´issue de cet examen que l´élève saura s´il doit continuer ses études dans un autre cycle, s´il doit refaire l´année ou alors tout simplement, quitter l´établissement scolaire et le secteur de l´éducation qui lui ont servi de cadre de vie des années durant. La période des vacances qui s´ouvre à lui est propice à la réflexion sur son bilan et ses perspectives. Ce qui est vrai pour les élèves ne l´est pas, hélas, pour les partis ou le régime en place. La sanction qui existe chez les correcteurs n´est pas entre les mains des citoyens. Vous me direz évidemment que dans une démocratie qui se respecte, la Constitution respectée par tous et protégée par tout, assure des échéances électorales qui sont autant d´examens de passage pour les institutions qui se présentent devant le suffrage universel. Le président, le ministre, le député, le maire remettent en jeu leur mandat à chaque échéance. Evidemment, le corps des électeurs ne juge pas les différents élus sur leur programme car il est facile d´allonger sur le papier toutes les promesses que le long exercice de la démagogie a affûtées au cours de longues années de parti unique, mais sur la réalisation de divers objectifs annoncés lors de la campagne électorale, mais planifiés bien avant dans les bureaux d´études spécialisés...
Cependant, la réalisation de ces objectifs doit se faire dans les délais raisonnables, pour reprendre la fameuse boutade de feu Kaïd Ahmed: «On réalisera le plan quadriennal même si on doit y passer dix ans...», c´est dire combien la durée de réalisation d´un objectif assure la crédibilité d´un régime. Ainsi, entre le premier coup de pioche du métro d´Alger et le premier wagon chargé de voyageurs, il se passera plus d´une génération qui a vu le pays passer par toutes les couleurs de l´arc-en-ciel: noire, rouge, rose...La réalisation des objectifs n´est pas suffisante pour apprécier la capacité d´un gouvernement ou d´un régime: d´autres paramètres sont nécessaires pour juger, pas de la légitimité, mais de l´efficacité des institutions mises en place, l´amélioration du niveau de vie, l´abaissement du taux de chômage, l´amélioration du niveau scolaire des citoyens, les performances du secteur de la santé, la baisse des candidats à l´émigration, la hausse des salaires, la baisse de l´inflation, le bon fonctionnement des services de la justice...Autant de paramètres que seules des statistiques fiables peuvent mettre à la disposition des chercheurs. Quand ces statistiques sont absentes, les émeutes répétées, la hausse de la délinquance ou l´abstention massive sont autant de critères qui peuvent exprimer le mépris de la majorité envers des institutions en perte de crédibilité.

arez1946@yahoo.fr

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha