Prévisions pour le 26 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 37 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 27 °C
30
 Batna Min 14 °C Max 22 °C
28
 Biskra Min 20 °C Max 30 °C
47
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
34
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 25 °C
11
 Mascara Min 16 °C Max 26 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 30 °C
47
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 33 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 20 °C
12
 Mila Min 16 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 27 °C
47
Accueil |Chroniques | Le revers de la médaille |

Alimentaire, mon cher Watson!

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

C´est la faute au réchauffement de la planète! C´est ce à quoi on peut attribuer les dérèglements du climat et les comportements inhabituels des saisons. Des tempêtes de plus en plus violentes qui causent des dégâts considérables dans des espaces géographiques réputés tempérés, des pics de température jamais atteints, des chutes de pluie intempestives, la baisse des nappes phréatiques dans l´ouest de l´Europe, des inondations en son centre. Enfin, bref, la nature perd le nord et les pays du Sud peuvent ajouter à la longue liste des maux qui les accablent, les petits caprices d´El Nino. Si notre pays, méditerranéen par excellence, et saharien par-dessus le marché, est habitué aux situations extrêmes (ce qui, entre parenthèses, a façonné admirablement le caractère de l´indigène en lui donnant une overdose de fatalisme dont il ne se départira pas quoi qu´il advienne), il n´a pas réussi, par contre, à produire les solutions diverses qui peuvent s´appliquer aux maux qui le frappent.
Prenons, par exemple, le problème de la pomme de terre, tubercule qui, par la force des choses, est devenu le plat de résistance du pauvre (le sandwich-frites, cela ne s´invente pas), eh bien, épisodiquement, elle revient en vedette dans les préoccupations des ménagères. Sa rareté paraît programmée en fonction des événements qui rythment la vie quotidienne: quand tout va bien (façon de le dire), quand la situation sécuritaire s´améliore, il n´y a pas mieux qu´une petite pénurie de pomme de terre pour focaliser l´attention des téléspéculateurs. En effet, d´après les spécialistes ès pommes de terre, cette crise était prévue depuis deux ans au moins à cause de la tension qui existe sur le marché mondial et surtout à cause de l´inertie des pouvoirs publics qui n´ont jamais pensé à créer (ou à mettre en branle) des organes de régulation pour décourager toute spéculation.
Au moment même où tout le monde crie au miracle du secteur agricole privatisé et libéralisé, quand tout le monde salue la résurrection d´une production maraîchère, voilà que de mystérieuses maladies s´attaquent à l´aliment de base du prolétaire (le mildiou, le phylloxera et le doryphore ont formé une force coalisée qui a débarqué sur le sol national pour déstabiliser une paix sociale enfin retrouvée grâce à la loi sur la presse, à la lutte antiterroriste et enfin, surtout, grâce à la future loi qui va réduire le nombre de partis qui ne souscrivent pas à la cohésion nationale qui se résume en une Alliance de trois partis qui ont été désavoués par 65% de la population...) Alors, comment ne pas s´étonner de l´absence de structure de lutte contre ces luttes, la défaillance des institutions chargées d´acheter des produits phytosanitaires pour lutter contre ces épidémies. Ensuite, comment peut-on expliquer qu´au moment même où les prix des produits alimentaires connaissent une forte augmentation sur le marché caniculaire où les mercuriales sont absentes, on ressort, à la vue de tous, des sacs de pomme de terre qui ont passé une saison dans les congélateurs des spéculateurs.
Il y a, là aussi, à noter l´absence de contrôle sanitaire sur les produits proposés sur les marchés de l´informel: les pommes de terre qui ont été longtemps ravies à l´affection des consommateurs sont proposées enfin au cochon de citoyen dans un tel triste état que même les porcs feraient la fine bouche. Mais que voulez-vous, les voies de la distribution sont impénétrables et seuls les mandataires patentés peuvent vous dire qui tire les ficelles de quoi, afin que les ficelles ne soient pas tirées au moment venu.
Car dans toute situation anormale qui défie le bon sens et la raison, il y a à boire et à manger.

arez1946@yahoo.fr

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha