Prévisions pour le 21 Septembre 2018

 Adrar Min 26 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 19 °C Max 32 °C
32
 Tamanrasset Min 20 °C Max 28 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 17 °C Max 26 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 26 °C
47
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 24 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 25 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 30 °C
30
Accueil |Chroniques | Le revers de la médaille |

Les baliseurs du désert

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Il y a des solutions qui durent et d´autres qui sont simplement provisoires. Quand on a essayé plusieurs fois un remède qui ne prend pas, on l´abandonne et on essaie un autre. Ainsi, dans l´histoire des pays développés, on a pu observer les guerres incessantes qui ont opposé des nations voisines. Des conflits qui ont perduré des siècles et qui ont causé des dégâts considérables et d´irréparables pertes humaines, des différends qui ont retardé (ou fait avancer à l´humanité). Et c´est souvent pour des prétextes futiles: une borne frontalière, un territoire litigieux, un héritage commun, une zone d´influence, un régime à placer ou à défendre...Bref, après avoir guerroyé des siècles durant, occupant des territoires qu´ils ont dû quitter par la suite, opérant ainsi un brassage des populations, les dirigeants politiques de ces pays du Nord se sont un jour assis autour d´une même grande table, d´abord à deux, puis à trois, puis à six, et après avoir éclusé quelques chopes de bière et levé un verre à la mémoire des trépassés de toutes les guerres inutiles, ont décidé d´enterrer la hache de guerre et de fumer le calumet de la paix. Evidemment, ils ne se sont pas contentés de ces apéritifs et de claques dans le dos pour sceller l´amitié retrouvée, non, ils ont décidé d´offrir à leurs peuples de nouvelles perspectives économiques.
Ils ont commencé par créer des institutions pour gérer les grandes ressources du moment, le charbon et l´acier par exemple. Ils ont créé un organisme pour gérer l´énergie du futur, l´atome. Ils ont créé tout au long des frontières qui jadis étaient des points chauds de friction, des pools économiques qui attirent les travailleurs frontaliers. Ils ont supprimé les tarifs et les tracasseries douanières, ont assoupli les formalités de voyage, supprimé le passeport, ont adopté les mêmes lois pour leur agriculture. Ils sont allés encore plus loin: ils ont adopté une monnaie unique, crée un Parlement commun et sont toujours à la recherche de moyens nouveaux pour renforcer leur union. Evidemment, parallèlement, cela ne les a pas empêchés de promouvoir leurs cultures diverses et de stimuler les talents créateurs de leurs artistes en leur permettant de s´exprimer dans diverses manifestations grandioses ou discrètes: le cinéma, la télévision, la chanson, le sport, autant de domaines où les différences peuvent, frotter et aiguiser leur génie et leur inspiration.
Mais il faut remarquer qu´ils ont commencé par le volet économique en permettant aux différents intervenants d´opérer librement dans l´espace géographique défini par l´Union. Le capital et la force de travail étaient devenus communs.
C´est ce qu´avait compris Houari Boumediène quand, après avoir organisé le premier Festival panafricain, avait lancé l´immense chantier de la Transsaharienne, la route de l´Unité africaine comme il le disait, pour créer les premiers éléments d´une unité qui est toute à construire, dans un continent où le tribalisme et les interventions des puissances développées sapent tous les jours les meilleures volontés. Le vieux rêve de N´krumah est dur à réaliser. Boumediène savait à quoi s´en tenir: quand même il avait posé les premières pierres de petites unités économiques à l´Est, comme à l´Ouest afin de faire taire les revendications stériles des frontières. Il avait même offert avec humour, à Bourguiba, de devenir le président des Algériens. Mais le sage fondateur du Néo-Destour refusa prudemment. Il ne parla plus de litige frontalier. La réactivation de vieux projets comme l´Unité africaine ou l´Union méditerranéenne ne peut se faire sans un processus d´intégration économique progressif.
Réunir autour d´une table des caciques, organiser des jeux ou des visites touristiques guidées reviendraient à bâtir sur du sable.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha