Prévisions pour le 26 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 37 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 27 °C
30
 Batna Min 14 °C Max 22 °C
28
 Biskra Min 20 °C Max 30 °C
47
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
34
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 25 °C
11
 Mascara Min 16 °C Max 26 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 30 °C
47
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 33 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 20 °C
12
 Mila Min 16 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 27 °C
47
Accueil |Chroniques | Le revers de la médaille |

Infiltrations

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La guerre étant un état constant de l´humanité, les belligérants utilisent toutes sortes d´armes pour arriver à leur but. Hormis la force, il arrive que les Etats utilisent l´information, non seulement pour mieux gérer un conflit armé, mais encore pour prévenir le comportement de l´ennemi. Le renseignement va devenir, au fil des siècles et au fur et à mesure que s´affinent tous types d´armements, l´épine dorsale de la stratégie des états-majors.
L´espion va petit à petit acquérir une importance que lui confère sa mission. De quidam anonyme planqué dans un décor vague jusqu´au prestigieux mondain qui a pignon sur vue, l´espion va revêtir tous les costumes ou tous les uniformes de la vie. C´est l´ouverture des archives nationales ou la publication de mémoires d´agents secrets qui vont révéler au grand public la terrible réalité de la guerre souterraine que se livrent les Etats, même en temps de paix. Si, en temps de guerre, les personnes accusées d´espionnage sont purement et simplement menées devant le peloton d´exécution, (les deux grandes guerres en ont fourni maints exemples édifiants), en temps de paix, l´espion infiltré est ménagé par les services qui l´ont pris la main dans le sac et l´emploient souvent à le retourner contre ses anciens employeurs. Ainsi la guerre larvée que se sont menée Américains et Soviétiques durant la guerre froide fourmille d´agents doubles (payés en dollars en en roubles). D´ailleurs, cette période comprise entre les années 50 et 80 va connaître l´explosion d´une littérature policière qui sera spécialisée dans l´activité des agents secrets. Hormis quelques oeuvres littéraires de renom comme Un Américain bien tranquille de G. Guen ou la série des Fleming sur 007, le roman d´espionnage sera confiné au quai de gare. C´est le cinéma qui le sortira de ce ghetto en faisant l´apologie d´espions célèbres comme le Dr Sorgue.
Cependant, ce sont les biographies, la publication des mémoires d´espions ou de certains anciens responsables des services secrets occidentaux qui ont ouvert les yeux des plus sceptiques sur la nature des Etats. Mais ce sont surtout les scandales liés aux affaires d´espionnage qui ont le plus secoué la société bien assise sur ses certitudes. Le plus édifiant fut sans doute l´affaire Profumo, ministre de la Défense britannique qui a été piégé par les services soviétiques grâce aux services d´une call-girl. D´ailleurs, la série d´affaires opposant la perfide Albion à l´Urss remonte aux années 30, quand l´OGPU (ancêtre du KGB) recruta les plus brillants étudiants des universités anglaises. Ces intellectuels, plus tard installés à des postes importants, rendront d´inestimables services à l´Urss, lui fournissant des renseignements capitaux, sur la conduite perfide du Royaume-Uni durant et après la Seconde Guerre mondiale.
L´affaire de l´agent secret soviétique Litvinenko, qui est devenu sympathisant tchétchène et musulman, s´était réfugié en Angleterre où il devait mourrir d´une mort mystérieuse: empoisonné à la radioactivité.
La propagande occidentale actionna immédiatement le levier médias: ainsi on pourra lire grâce à l´inspiration soudaine d´auteurs inconnus que l´empoisonnement est une spécialité soviétique, que le coup du parapluie bulgare a été inventé par le KGB... Les Borgia doivent se retourner dans leur tombe. La récente polémique qui oppose Russes et Anglais sur l´extradition de l´agent russe accusé du meurtre de Litvinenko fait poser d´autres questions. Litvinenko était-il agent double ou un agent retourné par les Britanniques pour infiltrer la filière tchétchène comme ils ont infiltré toutes les filières islamistes? Mais cela nous renvoie aussi à une autre extradition qui n´a pas eu lieu: celle du criminel Pinochet. Tout cela ne nous fait pas oublier l´affaire Benbarka.

arez1946@yahoo.fr

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha