Prévisions pour le 26 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 36 °C
32
 Laghouat Min 18 °C Max 27 °C
30
 Batna Min 15 °C Max 21 °C
39
 Biskra Min 20 °C Max 27 °C
28
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 14 °C Max 24 °C
32
 Alger Min 18 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
34
 Annaba Min 20 °C Max 25 °C
11
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
32
 Ouargla Min 22 °C Max 31 °C
30
 Oran Min 23 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 33 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 34 °C
34
 Khenchela Min 12 °C Max 20 °C
39
 Mila Min 16 °C Max 25 °C
39
 Ghardaïa Min 20 °C Max 28 °C
32
Accueil |Chroniques | Le revers de la médaille |

Mémoire sélective

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L´écriture comme l´enseignement de l´histoire de l´Algérie sont dures à réaliser: c´est simple, chaque occupant essaie d´effacer les traces de son prédécesseur. Chaque nouvel arrivant gomme le nom du partant. On dit que c´est la loi du vainqueur: malheur au vaincu. C´est ainsi que l´histoire de notre beau pays est pleine de zones obscures.
Et il revient aux historiens d´apporter sinon un éclairage nouveau, du moins un peu de lumière sur tous les non-dits. Surtout en ce qui concerne l´épopée du mouvement national (pas seulement nationaliste!) Deux écoles s´affrontent: les scientifiques qui ne veulent s´en tenir (et je leur donne raison) qu´aux preuves matérielles: ce sont les véritables chercheurs qui compulsent les archives pour reprendre «ab ovo» le déroulement des événements qui les intéressent.
Ainsi, ils peuvent expliquer tel moment par les déclarations expresses des dirigeants, les procès-verbaux des partis et leurs parution dans les journaux, les forces en présence dans un conflit, le nombre de leurs militants par le nombre de cartes placées, les manifestations et les slogans affichés, le nombre d´arrestations par les procès-verbaux des commissaires, les décisions de justice, les batailles engagées avec les pertes respectives, la nature de l´armement des forces en présence, la publication des tracts et accords signés, les échanges diplomatiques, les discours prononcés, les congrès et leurs motions, les élections et leurs résultats...
Autant d´éléments qui peuvent donner un reflet fidèle d´une phase historique donnée. Evidemment, l´accumulation d´éléments matériels seule peut donner un aspect rébarbatif et un peu sec d´une réalité qui a été brouillonnante, passionnante, humaine. Cet aspect peut être rendu attrayant par l´ajout d´illustrations de photographies et de fac-similés. Cela rend plus crédibles les propos de l´auteur. Mais il y a une autre façon d´écrire l´histoire, et c´est celle qui plaît le plus à la majeure partie des lecteurs: c´est la chronique. C´est l´énoncé par un témoin des différents événements tels qu´il les a vécus ou reçus. La chronique peut être partiale, car l´auteur a vécu les événements d´un seul côté de la barricade et il peut omettre certains faits significatifs délibérément ou sans arrière-pensée.
Il peut être partial car il est difficile de rester objectif en face d´événements vécus à chaud.
En plus de la chronique, il y a l´interview ou le reportage, qui consiste à solliciter les témoignages des différents protagonistes d´un événement donné et de confronter leurs points de vue, donnant ainsi au lecteur l´occasion de juger de lui-même les propos des uns et des autres et leurs comportements dans les moments cruciaux.
Cependant, il faut se montrer méfiant à l´égard des mémoires écrites ou publiées des années après les événements énoncés.
D´abord, les mémoires sont incomplètes, il y a toujours des oublis ou des omissions volontaires de l´auteur qui tient par-dessus tout à se donner le beau rôle. Il n´y a rien de plus facile, après coup, après la disparition ou la réduction au silence de beaucoup d´acteurs du drame, que de distribuer des bons points ici et là, de vitupérer d´anciens ministres ou hauts fonctionnaires, de taire ses turpitudes en dénonçant sans les citer nommément des personnalités bien connues de la rumeur publique. Ce n´est pas faire preuve d´impartialité ou d´honnêteté intellectuelle que de dénoncer un système dans lequel il faisait bon être, quand on avait l´illusion du pouvoir.
Cependant, la publication de mémoires personnelles peut être très bénéfique et positive pour le citoyen, à condition que tous les protagonistes du drame jettent dans un mouvement de générosité spontanée toute leur rancoeur sur Internet.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha