Prévisions pour le 23 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 33 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 25 °C
32
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 29 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 28 °C
32
 Saïda Min 17 °C Max 29 °C
34
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
28
 Tindouf Min 24 °C Max 35 °C
32
 Khenchela Min 12 °C Max 23 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
32
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Chroniques | Le revers de la médaille |

Vacances à demeure

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Mon Dieu! Le fossé qui peut exister entre les différentes classes composant la société algérienne!
Des agences de tourisme proposent des vacances de rêve dans les îles grecques de la mer Egée réputées pour leur pittoresque, ou une modeste croisière sur le Nil, à un prix si élevé que ceux qui souhaitent manger simplement des frites à midi détournent la tête, ne prenant même pas la peine de lire les affiches insolentes. Ceux qui n´ont même pas les moyens de se payer un week-end calme et paisible loin de l´enfer de la banlieue, vivent un véritable cauchemar. Depuis que les congés payés existent (merci Monsieur Blum!) pour ceux qui ont la chance de ne pas travailler au noir, le salarié aspire à quatre semaines de repos largement mérité. Un très large éventail de possibilités de vacances est à la portée du travailleur algérien selon son origine, ses capacités et sa débrouillardise. Il faut tout de suite parler de ceux qui n´ont pas les moyens de partir à l´étranger à cause de la modestie de leurs finances ou des échecs répétés à obtenir un visa pour rendre une visite «de courtoisie» à un cousin de Lille, Toulouse ou Bordeaux, ni de ceux qui ont une saine allergie aux démarches administratives pour l´obtention d´un passeport...Je ne veux parler que de ceux qui ont la nostalgie des sessions de camping de Damous, Gouraya ou Cavallo: le terrorisme résiduel est encore trop présent pour décourager les plus téméraires. En général, ceux qui pratiquaient le camping sauvage sont les amoureux de la nature, de la pêche et de la liberté dans le calme et la sérénité, avec pour tout voisin que la mer, la forêt et le vent en chef d´orchestre de cette symphonie.
Ceux qui n´ont pas la chance de posséder un petit coin du bled où ils pourraient construire une cabane, une hutte, sont contraints de passer leurs «vacances» dans ces sordides cités polluées, surpeuplées et bruyantes. De toutes les pollutions, les autorités administratives, politiques ou judiciaires peuvent trouver une solution: mais il est une pollution qui est invaincue et invincible. Elle est inexpugnable, elle est irrévocable et elle s´impose implacablement à tous les malheureux qui ont trouvé refuge, jadis dans ces cités. Comme ils étaient heureux le jour où ils ont reçu les clés de ce logement longtemps espéré, longtemps convoité et acquis au prix de lourds sacrifices. Comme ils ont commencé à espérer quand le quartier qui n´était encore qu´un chantier se mit à recevoir de jeunes couples qui avaient tous sur le visage les traits du bonheur...Mais hélas! Au fil des années, l´ambiance se détériora.
Les jeunes couples avaient pris de l´âge et possèdent tous une ribambelle d´enfants qu´ils ont des difficultés à maîtriser. C´est surtout en été, pendant ces fameuses vacances que l´environnement subit les foudres de cette frange d´âge qui ne respecte rien: ni les plantes, ni l´hygiène ni le repos des autres. Il faut dire que les parents attentionnés n´ont pas oublié d´acheter des jouets sonores, sifflets, flûtes et autres instruments à vent à cordes, à percussion. Pendant que les ménagères vaquent à leurs occupations, font la sieste ou préparent une autre génération de trouble-fêtes, la marmaille réunie en congrès dans la cour de l´immeuble ou dans les escaliers, fait entendre un tintouin infernal. Il ne faut pas oublier non plus les ménagères qui s´envoient des salutations, des politesses ou se traitent de noms d´oiseaux ajoutant à la cacophonie qui règne, sans oublier le voisin d´en face qui a dû trouver une mine de dinars et qui entretient depuis quatre années une équipe d´ouvriers qui martèlent, clouent, scient, cassent...à l´heure sacrée de la sainte sieste. Et l´adolescent qui, pour attirer l´attention de sa voisine d´en face «pousse sa Hi-fi» à faire péter les haut-parleurs.
J´ai failli oublier le voisin du premier qui, de temps à autre, ramène une épave et qui, à coups de marteau s´échine à vouloir la réparer, en vain. Je ne parlerais pas du voisin qui a choisi cette trêve estivale pour refaire sa cuisine et faire vibrer tout l´immeuble à coups de burin... ni des deux ou trois mariages hebdomadaires qui font sortir les matrones aux balcons et les you-you qui fusent pour un oui, pour un non...Tous ces sons indésirables sont audibles du matin jusqu´au soir. Après vint-deux heures, les drogués prennent le relais: ils prennent la nuit pour le jour.
Quelle est l´école qui enseignera aux parents l´éducation qu´ils doivent donner à leurs enfants? Votre repos en dépend.

arez1946@yahoo.fr

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha