Ingratitude humaine

Tous les hommes, à différents niveaux, ont dû éprouver cette désagréable sensation d´avoir été, au bout de leurs peines, floués, roulés, grugés, trompés. C´est l´épouse fidèle d´un mari volage ou l´inverse, c´est le père attentionné envers un fils prodigue ou un travailleur sérieux envers un patron sans coeur. Tant d´exemples! Même le philosophe le constate et l´exprime avec amertume! C´est le cri désespéré d´un Voltaire qui, attiré dans la cour du roi de Prusse, Frédéric II, pour meubler de son esprit fin et de son humeur caustique la froide rigueur germanique, fut un jour froidement remercié et renvoyé dans son foyer. Le philosophe ne put retenir cette expression: «Il m´a jeté comme un citron pressé!»
Ainsi, l´Histoire peut retenir ces exemples d´ingratitude qui révulsent les consciences: c´est un Brutus qui assassine César, son père adoptif...
Il serait trop fastidieux de citer les exemples d´ingratitude de monarques, de chefs d´Etat envers leurs ministres ou leurs généraux: tel roi prononça la disgrâce d´un intendant compétent qui avait fait la fortune du royaume, tel chef d´Etat mit à la retraite un général qui l´avait aidé à la conquête du pouvoir ou qui avait conduit l´armée vers d´éclatantes victoires.
La retraite obligée est la plus dure des sanctions envers des gens qui ont rendu des services éminents par fidélité envers un souverain, un compagnon de lutte ou un camarade d´idées.
D´ailleurs, tous les pouvoirs commettent cette incroyable injustice en éliminant, sous un prétexte ou un autre, des gens utiles mais différents de ceux qui tiennent les rênes: la Révolution française fut, entre autres, la plus anthropophage des révolutions. Tous les acteurs de cette glorieuse épopée émancipatrice furent éliminés pour ne laisser place qu´aux fomentateurs du putsch qui allait donner naissance à l´Empire. La Révolution soviétique ne fut pas en reste: la période stalinienne éclaircira les rangs des principaux acteurs d´Octobre. La Révolution chinoise fut de même avec ceci que, c´est son leader initial qui opéra lui-même les purges dont il sera l´heureux bénéficiaire.
Il serait douloureux de revenir sur les épisodes qui ont marqué la lutte de libération: l´élimination de militants pendant la guerre et la marginalisation ou l´assassinat d´éminents militants de la première heure, après l´Indépendance, seront de fâcheuses pierres noires sur le chemin de l´Histoire. A un niveau plus bas, l´ingratitude la plus courante est celle de la société envers le travailleur salarié qui doit partir en retraite avec un maigre revenu qui s´amoindrira au fur et à mesure que s´envoleront les prix des produits de consommation courante que la modeste retraite s´essoufflera à ne pas pouvoir les suivre. Des travailleurs qui ont sacrifié toute une vie!
Mais l´ingratitude la plus révoltante n´est pas seulement celle qui a consisté à renvoyer des patriotes qui, au péril de leur vie, ont contribué à la réduction du terrorisme mais encore celle-là plus ignominieuse qui a consisté à licencier de modestes enseignants. Ces derniers avaient, durant les sombres années de la tragédie nationale, été envoyés dans des «zones interdites» où l´Etat n´était pratiquement présent que par la grâce de ces enseignants alors qu´ils étalent actuellement la reconnaissance de l´Etat par des démarches mesquines, de laborieux procès ou des grèves de la faim à la Maison de la presse du 1er-Mai des travailleurs.