Ça va chauffer!

N´ayez crainte! Ce ne sont pas des menaces voilées (je suis contre tout voile...) contre des électeurs récalcitrants qui ne voudraient pas emprunter le chemin des urnes le 29 novembre, pour les consommateurs friands de sandwich-frites qui devront payer encore cher ce cadeau de Parmentier.
Cela ne s´adresse pas non plus aux retraités qui vont peut-être attendre leur fameuse augmentation consécutive à la décision conjointe du ministre du Travail et de Sidi-Saïd. Cela ne concerne pas non plus les fameux faux anciens moudjahidine dont la liste doit dormir du sommeil de l´injuste au fond d´un tiroir.
Cela ne concerne pas non plus les lecteurs récalcitrants qui sont venus en masse, en groupes et en processions s´arracher le dernier livre retiré du Sila. Non. Cet avertissement concerne simplement les pauvres Terriens que nous sommes. Depuis quelques années, rien ne va plus: pas politiquement parlant, bien sûr. Cela on y était habitué depuis que Caïn a levé la main sur Abel! Mais il s´agit ici de quelque chose de plus sérieux qui concerne tout le monde, les bons, les méchants, les petits et les grands, les maigres et les gros, les chevelus et les calvitieux, les barbus et les imberbes, les démocrates et les hypocrites... Enfin, les chats et les chiens tout comme les rats, les gendarmes et les voleurs, les juges et les assassins...Il s´agit plus sérieusement du climat. Cette merveilleuse machine qui avait si bien démarré à la formation de la Terre avec ses pluies bienfaisantes, ses vents de sable, son soleil pâle aux extrémités et ardent au milieu, ses déserts brûlants, ses montagnes enneigées, ses forêts et ses plaines verdoyantes...Tout cela risque de disparaître et les premiers symptômes se succèdent à un rythme de plus en plus accéléré...Les ouragans, les typhons, les tempêtes, les tornades, les inondations, les sécheresses, les incendies dévastent des espaces de plus en plus importants! Des images apocalyptiques troublent le paysage cathodique: tsunami, îles submergées par les flots, populations déplacées. Et dans cette tragédie sans pareille, ce sont les nations les plus pauvres qui sont frappées de plein fouet par les fléaux engendrés par la conduite des pays riches: quand les nations industrialisées boivent, les pays sous-développés trinquent. Le mode de consommation occidental risque, selon les spécialistes les plus optimistes, de plonger une partie de l´Humanité la plus défavorisée dans une misère encore plus grande.
Du Delta du Gange aux plages du Sénégal, la montée des eaux se fait menaçante à vue d´oeil: l´Homme qui a mis des millénaires pour s´adapter au climat tel que nous l´avons connu, pourra-t-il survivre sans plonger dans le malthusianisme des désespérés?
Des décisions urgentes semblent s´imposer pour diminuer l´émission des gaz à effets de serre, arrêter la déforestation et mener une campagne planétaire de reboisement.
Autrement, ça risque de chauffer encore plus!