Accueil |Chroniques | Le revers de la médaille |

Au train où ça ne va pas...

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Tout le monde vous le dira: les pays développés ont assuré leur prospérité par la révolution industrielle. Et la révolution industrielle a engendré un outil magnifique, facteur de développement et de communication: le chemin de fer. Sans avoir été à l´école, n´importe quel citoyen a pu se rendre compte de l´histoire épique, une véritable aventure, du chemin de fer américain, cette ligne qui ira de New York ou Chicago vers la Californie ou le Nouveau-Mexique. De nombreux films illustrent cette épopée où d´audacieux capitalistes vont investir dans cette opération fabuleuse qui va transformer les paysages et bouleverser le mode de vie des cow-boys, et des Indiens...Pacific Express, Sur la piste de Santa Fe, Un dénommé Cable Hogue ou Duel au soleil sont des titres de films illustres glorifiant la construction de ce moyen moderne de transport. La Russie, soviétique ou pas, est quadrillée, elle aussi, par ces veines qui irriguent ce vaste pays de Brest-Litvosk à Vladivostok.
D´ailleurs, certains écrivains diront que ce n´est pas le général Hiver qui a donné la victoire aux Russes contre les nazis mais l´état-major russe qui a mobilisé sur place les cheminots...
La France est célèbre pour la régularité et l´exactitude de ses trains: son réseau est tellement dense que ses cheminots jouèrent un rôle non négligeable dans la résistance à l´occupant allemand. D´ailleurs, un film célèbre tourné en 1946 (La Bataille du rail de René Clément) illustre l´engagement et les conditions de travail des cheminots durant cette période noire pour la France. La pénibilité du travail et les risques auxquels s´exposent les cheminots sont aussi mis en valeur dans le célèbre La Bête humaine de Jean Renoir, où Gabin campe le rôle d´un conducteur de train. Le chemin de fer joue un si grand rôle dans la vie des Européens qu´il finira par faire partie du folklore. Les conditions pénibles dans lesquelles s´accomplissent les tâches vont permettre aux cheminots de bénéficier d´acquis consistants en ce qui concerne les conditions de leur retraite. Grâce à eux, le train marche bien en France.
Cette tradition, hélas, le colonialisme infâme ne l´a pas transmise aux Algériens pour la seule et bonne raison que la structure en question est restée squelettique et que tous les gouvernements, de l´Indépendance jusqu´à 1999, ont tourné le dos au train. C´est l´usager qui demeure la principale victime de cette coupable négligence: l´inconfort, l´irrégularité et l´insécurité sont les principaux attributs du train algérien. L´archaïsme aussi.
Jadis, le train arrivait à Fort-de-l´eau et longeait la côte maritime à l´ouest d´Alger. Aujourd´hui, certaines gares ont l´aspect désolé des gares de western.
La carrière dans la Sntf n´attire pas beaucoup les jeunes, au vu des salaires très modestes et des conditions de travail.
La grève vient donc à point nommé pour attirer l´attention des décideurs et des élus qui sont sollicités par tamazight en arabe. Le conflit qui vient d´éclater dans ce secteur sensible, après la création de la Fédération des cheminots, est un signe du malaise qui secoue le mouvement ouvrier et le syndicalisme. Il est d´ailleurs éloquent de constater le silence des instances syndicales durant ce conflit: le courant ne passerait-il plus entre la base et la coquille vide?...
L´Allemagne comme la France connaissent aujourd´hui des grèves très dures dans leurs chemins de fer: ce sont les syndicalistes et leurs responsables qui sont en première ligne.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (1)

Jayden - Well macdaaima nuts, how about that. 25/06/2011 14:43:39
Well macdaaima nuts, how about that.
-1
total :1| Affiché :1 - 1

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha