Accueil |Chroniques | Le revers de la médaille |

Retournements de veste

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Un jour, après un réajustement du pouvoir sur 180°, le regretté Mahmoudi avait déclaré à peu près ceci: «Le bruit des retournements de veste était intolérable!» Ce bruit-là, qui ne gêne pas les girouettes qui tournent en grinçant sur les toits des pays où l´on est attentif à l´endroit d´où souffle le vent, on peut l´entendre à toute occasion.
Il y a des professionnels des changements de direction, du vol à géométrie variable. D´ailleurs, le regretté Edgar ne cessait de répondre à ses détracteurs qui lui reprochaient d´avoir servi des gouvernements de couleurs aussi variées que celles de l´arc-en-ciel: «Si ce n´est pas la faute à la girouette si elle change de direction, c´est la faute au vent.»
Evidemment, cet argument, qui est bon pour la girouette, l´est aussi pour tous les opportunistes qui ne ratent pas une occasion de brûler ce qu´ils adoraient la veille, et cela uniquement pour pouvoir jouir de quelque avantage matériel. Un changement de responsable à quelque niveau que ce soit, déclenche aussitôt une réaction en chaîne chez ces gens-là.
Que ce soit dans le costume, le comportement ou le langage, l´opportuniste est un véhicule tout-terrain et il peut même être amphibie quand des conditions extrêmes l´exigent.
Il peut faire le grand écart sans égard pour son coccyx qui en a vu d´autres. Mais c´est surtout au niveau du langage que cela se ressent. Actuellement, sur tous les plateaux de télévision des chaînes françaises, à l´heure des talk-shows, on est forcé de se pincer, de se frotter les yeux pour être sûr de ne pas rêver: sont-ce vraiment les mêmes animateurs qui défendaient bec et ongles, contre vents et marées, le programme de Ségolène Royal qui sont là à critiquer les grévistes de la Sncf et de la Ratp? Sont-ce vraiment ces mêmes journalistes qui dénonçaient hier les abus des stocks-options qui sont là à trouver des arguments mesquins pour juger de la pénibilité du poste de travail d´un conducteur de TGV? Il faut dire que sur ces plateaux, ne figurent désormais que des représentants de nantis ou alors simplement des gens qui défendent la croûte.
Comment une personne, qui possède une résidence secondaire au Mexique, peut-elle se montrer solidaire d´un futur retraité qui aura trimé 40 ans pour une hypothétique retraite?
C´est la mort d´un écrivain célèbre, disparu récemment aux USA, qui peut éclairer sur la constance et la fidélité aux engagements de la jeunesse: Norman Mailer, tout comme Hemingway, écrivains-journalistes tous les deux, sont restés dans leurs écrits comme dans leur quotidien, solidaires des grands combats du siècle dernier.
Si Hemingway, échaudé par la Grande guerre, devint pacifiste avant de s´engager auprès des républicains espagnols, Normal Mailer, écoeuré par la guerre dans le Pacifique, qu´il dénonça dans son fameux Les nus et les morts, dénonça violemment la guerre du Vietnam, tout comme la mésaventure irakienne du président Bush, alors que son collègue, John Steinbeck, auteur du fameux Les Raisins de la colère, a soutenu le président Johnson dans son engagement au Vietnam, tout comme John Passos a soutenu le raciste Barry Goldwater en campagne présidentielle.
Il faut dire que ces deux derniers écrivains avaient perdu de leur lectorat, tout comme ici, certains avaient enfourché les destriers du baâthisme quand le socialisme spécifique fut mis de côté et que les semelles des claquettes intégristes ont commencé à rythmer les marches sur le bitume de la capitale.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha