Prévisions pour le 22 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 20 °C Max 29 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 27 °C
32
 Alger Min 19 °C Max 27 °C
34
 Saïda Min 16 °C Max 28 °C
32
 Annaba Min 22 °C Max 26 °C
4
 Mascara Min 15 °C Max 29 °C
32
 Ouargla Min 24 °C Max 32 °C
30
 Oran Min 20 °C Max 30 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 22 °C
39
 Mila Min 17 °C Max 27 °C
12
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

Un bateau "mouche" pour l'illusion

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Comment expliquer qu'un grand projet de transport maritime puisse «démarrer» par une attraction estivale? Notre pays possède une façade maritime si longue qu'il serait irresponsable de ne pas exploiter. La navette Alger-El Djemila s'arrêtera à la fin des vacances. Et le grand projet retournera dans les tiroirs!...

C'est l'attraction qui manquait. Elle va marquer les vacances de nos enfants cette année. Depuis quelques jours et pour quelques dinars, ils peuvent faire une promenade en mer en bateau. Leur plaisir est tel que le succès est phénoménal. Sur le quai de la pêcherie d'Alger et sur celui d'El Djamila (Aïn Benian). Une attraction inédite pour eux. Qui s'en plaindrait? Ce n'est pas à proprement parler du tourisme. De plus et à défaut d'un ministère des loisirs c'est le ministère des Transports qui offre la partie de plaisir. Remarquez, il ne l'a pas fait exprès. Il devait réaliser un grand projet socio-économique de transport maritime pour desservir les villes de notre grand littoral qui s'étend sur 1200 km. Pour alléger le réseau routier. Pour réduire le nombre des victimes de la route. Pour augmenter nos capacités de dessertes interwilayas. Pour transporter les voyageurs et les marchandises. Mais voilà, comme le projet était «immense», il a été miniaturisé. Pourquoi faire compliqué ce qui peut être simple? On prend les quais qui existent à Alger et à El Djemila. On loue un bateau avec ses pilotes en Italie et le tour est joué. Et puis on déclare en grande pompe que c'est la première «tranche» du grand projet de l'autoroute maritime. Raté! Les enfants se sont emparés de cette «navette» inespérée pour en faire leur «bateau-mouche». Pour se faire plaisir. Pour admirer la magnifique façade maritime algéroise. Pour ne pas gâcher leur joie, on s'abstiendra de critiquer ce «tronçon». Ils l'auront jusqu'à la fin des vacances. Le ministère l'a promis. Cela doit être mentionné sur le contrat de location signé avec les Italiens. Ensuite et lorsqu'ils rentreront à l'école, on ferme les guichets jusqu'aux prochaines vacances. C'est en filigrane la durée de vie prévue de cette «première tranche» du grand projet de l'autoroute maritime. La «seconde tranche» et les suivantes concerneront, théoriquement, d'autres dessertes à courte distance. Ensuite on s'attaquera, une à une, aux dessertes plus longues qui atteindront les villes de l'Est et de l'Ouest. Ensuite, les bateaux prendront de l'envergure pour transporter les voyageurs ainsi que leurs voitures (moins de trafic sur les routes et moins d'accidents). Et enfin, on arrivera au transport maritime des marchandises d'Est en Ouest. Les informations en notre possession ne nous permettent pas d'affirmer si les bateaux embarqueront les camions avec leurs marchandises ou s'il s'agit de marchandises uniquement. La différence est de taille. On n'en est pas encore là. Alors, ne compliquons pas davantage la situation. Ceci dit, revenons à l'attraction offerte aux enfants (les parents prennent du plaisir aussi). Quel que sera le sort du projet d'autoroute maritime, nous militons pour le maintien de la promenade en «bateaux-mouches». Pas seulement dans la capitale, mais étendue à toutes les villes côtières du pays. Pour que tous les petits Algériens en profitent. Autre avantage, cela peut même devenir un produit que les (futurs) touristes étrangers apprécieront sûrement. Dans les années 1950, dans la capitale et plus précisément au square Bresson (actuellement Port Saïd) existaient deux attractions fort prisées par les enfants. Il y avait le tour à dos d'âne (l'équitation des pauvres) à l'intérieur du square. En contrebas, sur ce même quai de la pêcherie, les enfants pouvaient faire un tour du port, à bord de petites barques. C'était le «tour de manège» sur l'eau pour les démunis qui n'avaient pas de «hors-bord» (embarcation rapide possédée par les riches colons). Fermons cette parenthèse historique et revenons au projet de transport maritime (voyageurs et marchandises) qui est dans le «pipe» du ministère des Transports, comme on dit. La nature a gratifié notre pays d'une façade maritime si longue qu'il serait irresponsable de ne pas exploiter. Pour le développement économique. Pour le bien-être et la sécurité (routière) des personnes. Le projet date de plusieurs décennies. Pour que tout le monde puisse comprendre les raisons qui sont à l'origine de son différé, il suffit de se rappeler l'arrêt de la production de betteraves dans notre pays alors que la transformation du sucre se développe. C'est ainsi, lorsque des intérêts sont en jeu. Sinon, comment expliquer qu'un tel projet de transport maritime puisse «démarrer» par une attraction estivale? La logique économique aurait voulu que ce soit la partie finale du projet et non le début. La même logique ne peut admettre l'option de l'affrètement sachant que le projet s'inscrit dans la durée. L'école de Bou Ismaïl ne peut-elle vraiment pas former des pilotes de bateaux pour solliciter les Italiens? On ne peut pas confondre un projet économique d'une telle ampleur avec la programmation du cirque Amar. Cette navette de promenade en mer porte tous les signes d'un abandon, à terme, du projet de transport maritime qu'on appelle quelquefois cabotage. «Un petit tour et puis s'en vont» dit la chanson. Dans cette histoire, les enfants sont contents d'avoir un divertissement de plus. Quant aux adultes qui voudraient voir leur pays se développer au maximum de ses potentialités, c'est une autre désillusion. La «pilule» est difficile à passer!...

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha