Prévisions pour le 23 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 33 °C
30
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
32
 Batna Min 10 °C Max 26 °C
34
 Biskra Min 18 °C Max 33 °C
32
 Tamanrasset Min 22 °C Max 30 °C
28
 Tlemcen Min 19 °C Max 28 °C
34
 Alger Min 19 °C Max 29 °C
34
 Saïda Min 17 °C Max 29 °C
34
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 33 °C
34
 Oran Min 20 °C Max 31 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 34 °C
28
 Tindouf Min 24 °C Max 35 °C
34
 Khenchela Min 11 °C Max 25 °C
34
 Mila Min 16 °C Max 30 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

La pension alimentaire payée par l'Etat

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le salaire, le logement et (ce qui ne gâte rien), la voiture, sont autant d'atouts qui permettent à la fille de trouver plus vite un mari. Les couples où la femme a plus de revenus que le mari sont très fréquents. Une évolution de la société ignorée par la loi dans les cas de divorce...

Pourquoi en parler maintenant? A la rentrée scolaire et universitaire? Il y a un lien. Il ne saute pas aux yeux mais il existe. Il fait même la différence. La société algérienne n'est plus celle des années 1970 et même 1980. Aujourd'hui, la femme algérienne est matériellement de plus en plus autonome. Comment? Pourquoi? Une rapide analyse le confirme. Le nombre de femmes, dans notre pays, a toujours été égal ou presque (dans plusieurs pays il est même supérieur) à celui de l'homme. L'école obligatoire sans distinction de sexe lui a permis de démontrer des aptitudes supérieures liées à la connaissance et au savoir. Les lauréats du bac 2014 sont à 67,61% de filles. Cela ne date pas seulement de cette année. Une plus forte motivation liée aux contraintes imposées à la fille par les mentalités expliquerait pour une bonne part ces chiffres. Quoi qu'il en soit, les résultats sont là. C'est ainsi que le taux des femmes instruites actives est plus élevé que celui des hommes. Selon les chiffres de l'ONS (Office national des statistiques), 40,3% de femmes actives ont un niveau universitaire contre 11% seulement chez les hommes. Avec un niveau secondaire, la proportion baisse, mais la femme domine toujours (25% contre 21,1%). Ce qui veut dire que la femme dispose de ressources financières propres. Et très appréciables. Certes, il faut distinguer la femme en milieu urbain et celle qui vit en milieu rural. Les chiffres de 2013 donnent 75% de la population algérienne en milieu urbain. Voilà pour le lien entre la rentrée scolaire et la pension alimentaire. Entrons maintenant dans le vif du sujet. Pour la femme en milieu rural, le projet de loi portant création d'un fonds de pension alimentaire et adopté en Conseil des ministres le 26 août dernier, il n'y a aucune réserve à émettre. Par contre, si les mêmes cas en milieu urbain devaient en bénéficier sans discernement, il y aurait comme une erreur. Un petit tour sur l'état de notre société pour comprendre. Pour toutes les raisons que nous avons abordées plus haut et d'autres telles que la durée des études qui réduit les chances de la fille de se marier, les couples où les revenus de l'épouse sont supérieurs à ceux du mari ne sont pas rares. Les cas où le logement conjugal est la propriété de l'épouse non plus. Sans verser dans l'étude sociologique, le salaire, le logement et, (ce qui ne gâte rien), la voiture, sont autant d'atouts qui permettent à la fille de trouver plus vite un mari. Ceux qui se voileront la face à ce sujet sont libres de le faire. Il ne s'agit pas de faire plaisir à quiconque, mais de débattre d'un problème très sérieux qui est la pension alimentaire des enfants du divorce. Alors posons brutalement la question. Dans les cas où la femme divorcée a des revenus tirés de son travail où est l'urgence du recours à un fonds de l'Etat qui viendrait suppléer la défection du père des enfants? Surtout si cela est dû à sa situation de précarité qui remonterait bien avant le mariage. Donc connue du couple. Dans les cas où la mère des enfants a des revenus deux fois, trois fois ou davantage plus élevés que ceux du père, pourquoi la loi ne prévoit pas ces cas de figure? Pourquoi est-il prévu actuellement, par la loi, que la pension alimentaire n'est due, systématiquement, que par l'époux? Sans même vérifier si la mère des enfants ne roule pas sur l'or. La responsabilité des enfants du divorce doit être partagée par les deux conjoints. En tous points. N'oublions pas que nos propos concernent les 75% de la population en milieu urbain. D'ailleurs, l'Etat a commencé à faire des pas dans cette direction. L'autorisation de sortie du territoire national des enfants n'est plus soumise à l'autorisation paternelle. Ce qui donne plus de responsabilités à la mère. Dans un esprit de justice et dans une volonté d'un meilleur équilibre de notre société, il est plus que souhaitable qu'en parallèle à ce projet de loi de création d'un fonds de pension alimentaire, soit remanié le statut personnel en vigueur. Ce qui permettra au moins de réduire, à défaut de l'effacer, l'expression de la haine qui naît souvent entre les époux après le divorce et qui fait des enfants innocents des instruments du «règlement de comptes». Dans tous les cas de figure, personne ne pourra soutenir que les montants de la pension alimentaire accordée par la loi dans les divorces, suffisent à couvrir tous les besoins des enfants. Reste que pour marquer la responsabilité des parents divorcés vis-à-vis de leurs enfants, l'Etat se doit de créer des structures de contrôle (assistance sociale, médecins, etc) qui veilleraient à préserver ces enfants de toute maltraitance dans son sens le plus large. Comme par exemple, l'organe national pour la protection et la promotion de l'enfance qui a fait l'objet d'un autre projet de loi au cours du même Conseil des ministres. A condition toutefois qu'il soit doté des prérogatives nécessaires. Ceci dit, l'accès au savoir garanti à tous les Algériens sans distinction de sexe, la gratuité de l'enseignement et toutes les autres facilités accordées aux étudiants devraient, à terme, donner la primauté à l'intelligence humaine. Pour des divorces plus intelligents. Plus apaisés. Des divorces qui épargneront, autant que faire se peut, les enfants. Et pas seulement sur le plan financier et matériel!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha