Prévisions pour le 21 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
32
 Tamanrasset Min 20 °C Max 28 °C
30
 Tlemcen Min 16 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 18 °C Max 26 °C
30
 Saïda Min 16 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
47
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 25 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 23 °C Max 34 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 22 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 30 °C
30
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

1830, déroute en France et en Algérie

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La barbarie et les décapitations dans l'histoire de France. Les Algériens qui ont suivi le documentaire diffusé par la télévision publique française FR3 lundi dernier et intitulé «Le mystère Louis XVII: l'ombre d'un doute» ont pu relever la sauvagerie avec laquelle il a été mis fin à la monarchie française en 1789. Comment le roi Louis XVI a été guillotiné, après 4 ans d'humiliations et de souffrances, sur la place de la Révolution (l'actuelle place de la Concorde) le 21 juillet 1793 et sa tête brandie par les révolutionnaires. Comment sa femme, la reine Marie-Antoinette, l'a suivi, neuf mois plus tard, à l'échafaud pour connaître la même décapitation, à la même place. Comment avant son exécution, cette femme a subi la pire torture morale au cours du procès pour inceste qui a finalement été abandonné. Ils ont pu voir comment un enfant âgé d'à peine sept ans, l'héritier du trône, a été martyrisé sans pitié par ces mêmes révolutionnaires. Jeté dans un cachot sans lumière, sans soins, sans visite, avec pour «rééducateur» un savetier. Comment il a fini par rendre l'âme deux ans après ce traitement inhumain. Pourquoi on vous en parle? En quoi cela peut-il être intéressant pour nous? A plusieurs titres. D'abord, parce que la préparation de l'occupation de notre pays date de cette époque d'une France vacillante.
Certes, la date connue des préparatifs est la venue en Algérie, le 24 mai 1808, du colonel Boutin chargé de recueillir des données topographiques pour le débarquement programmé des troupes françaises en Algérie. A son retour à Paris, près de deux mois plus tard, il jeta ses notes par-dessus bord avant d'être fait prisonnier par les Anglais qui avaient attaqué le bateau sur lequel il se trouvait. Sa mémoire prodigieuse lui a permis, après avoir échappé aux Anglais, de reconstituer à la «virgule près» son dossier d'espionnage réalisé à Alger. C'est un peu gros, mais passons. D'autant que pour donner Sidi Ferruch, les Bacri (sa fille a servi d'interprète à Napoléon III durant tout son séjour, plus d'un mois en 1865, en Algérie) et Busnach qui étaient sur place, pouvaient tout aussi bien avoir choisi comme meilleur lieu de débarquement. Ils avaient tellement manifesté leur joie publiquement lors de la prise d'Alger, qu'ils n'auraient certainement pas rechigné à fournir toutes les informations nécessaires à l'expédition. Ensuite, il est intéressant de relever que c'est dans cette indescriptible pagaille institutionnelle en France que s'est pensée, préparée et réalisée l'occupation de notre pays. Charles X (le roi en place en 1830) a vraiment été «roulé dans la farine» par ceux qui l'ont convaincu d'envoyer son armée combattre en Algérie, Ils lui ont fait croire qu'une victoire militaire pouvait sauver son trône chancelant. En réalité cette armée fut éloignée pour mieux «abattre» le roi Charles par la «révolution de juillet» 1830 qui le renversa. Ce qui n'a pas ému le corps expéditionnaire français qui resta à Alger. Il avait le trésor de la Casbah, les pillages et autres saccages pour l'occuper. Il n'est pas inintéressant de savoir que la fin de la monarchie en France faisait suite à une crise financière grave. Une banqueroute carrément. Car la sauvagerie et l'instabilité institutionnelle de la France qui ont prévalu jusqu'en 1870 (chute de Napoléon III) semblent avoir paradoxalement favorisé l'installation durable de l'armée française en Algérie. Revenons au documentaire de France 3 pour signaler que le documentaire n'a concerné que l'enquête policière du drame vécu par la famille royale. Rien sur le contexte politique régional, pas même national dailleurs, ni sur les incidences de l'événement sur la vie des Français.
Rigoureusement technique. A peine si Robespierre a été cité une fois. On avait l'impression que la France voguait tel un bateau ivre sans commandement. Il n'est pas facile, en effet, de toucher à l'aspect politique lié à la disparition de la monarchie française alors qu'aujourd'hui encore l'Europe compte 12 royaumes. Le réalisateur du documentaire de FR3 n'a pas osé franchir cette ligne rouge. Dommage. Cependant et c'est là où nous voulions en venir, 1830 a été l'année où l'Algérie a été envahie par les troupes françaises. D'abord en corps expéditionnaire. Ensuite, en colonie. Et enfin annexée purement et simplement. Un programme en trois temps. Quatre en y ajoutant la préparation. Ce qui ouvre des pistes aux chercheurs algériens. Comment et pourquoi un pays en plein tumulte décide d'envahir un autre pays et s'y maintenir? Comment et pourquoi, dans le même temps, la monarchie française (au milieu de toutes les monarchies en Europe) a été balayée avec un niveau de violence inouïe? Et pour finir un petit rappel. Les massacres du 8 Mai 1945 en Algérie se sont déroulés dans les mêmes conditions qu'en 1830, d'une France sans institutions.
Avec les Français nous avons des périodes de malheur en commun. Cela mérite d'être «creusé»!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha