Prévisions pour le 23 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 33 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 25 °C
32
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 29 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 28 °C
32
 Saïda Min 17 °C Max 29 °C
34
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
28
 Tindouf Min 24 °C Max 35 °C
32
 Khenchela Min 12 °C Max 23 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
32
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

L'histoire écrite sur nos dents

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Alors que nos grands-mères se privaient, hier, pour s'offrir des dents en or, aujourd'hui, les parents se «saignent» pour placer des attaches métalliques aux dents de leurs enfants. Un «livre» d'histoire riche en enseignements. A lire absolument!...

Souriez! Un beau sourire passe une belle dentition. Les progrès de la médecine font qu'aujourd'hui des spécialistes s'en occupent. Leur discipline est l'orthodontie. Pour faire simple on va se passer de la définition savante pour dire que ce sont toutes ces attaches métalliques que nos bambins portent, de plus en plus, sur les dents. Le but est de bien aligner les dents qui se chevauchent ou qui «partent» de travers. Ce qui donnera le plus beau sourire possible. De plus en plus de parents ont pris conscience de cette nécessité et offrent à leurs enfants ces soins esthétiques. Car plus tôt cette thérapeutique est appliquée plus les résultats sont bons. En général, c'est à partir de l'âge de 12 ans. C'est-à-dire pendant la croissance.
Les adultes ne sont pas pour autant exclus de ces soins. Les résultats nécessiteront certainement plus de temps. Il faut bien préciser que même chez les enfants il faut du temps. Des mois, voire une ou deux années dans certains cas. On se contentera de ce survol technique car tout le monde aura compris de quoi il s'agit. Ce qui nous importe aujourd'hui est d'essayer de comprendre le succès remporté par cette discipline auprès des enfants et de leurs parents. Le phénomène s'est installé subitement dans notre société et se répand en silence. Deux raisons essentielles incitent au recours à l'orthodontie. Le fonctionnel et l'esthétique. Dans le premier cas il s'agit de malformations à corriger pour permettre, par exemple, une meilleure mastication des aliments. L'appareil digestif ne s'en portera que mieux. Ensuite il y a l'aspect esthétique qui est recherché. Et c'est là que se trouve, pour une bonne part au moins, la bonne explication de l'explosion de ce phénomène dans notre société.
Ce qui incite à le penser est cette traditionnelle négligence des Algériens à soigner leurs caries ainsi que toutes ces bouches édentées partiellement qui ne semblent pas déranger grand monde. La peur du dentiste n'explique pas tout. Quelle que soit la ou les raisons, certains disent que c'est un phénomène de mode lié à la frime. Au m'as-tu-vu. Pourquoi? La réponse est dans le prix de ces attaches. La fourchette varie de 40 000 à 100 000 dinars selon le degré de la correction et le type des attaches. Il y a les mobiles pour les petites malformations et les fixes pour les plus importantes. Donc ce n'est pas donné comme on dit. Vous l'aurez compris, c'est un signe extérieur de richesse fixé dans la bouche. Difficile de trouver meilleur endroit «visible». Certes, l'orthodontie existe dans le secteur public où elle est pratiquée gratuitement. Sauf que n'y sont acceptés que les cas de correction fonctionnelle. Pas de pure esthétique. Lors du 3ème Congrès de la Société algérienne d'orthodontie, qui a eu lieu cette semaine, la professeur Safia Laraba nous
apprend que «les soins en orthodontie enregistrent une importante demande, notamment chez la population jeune, car pas moins de 1000 enfants se présentent annuellement en consultation d'orthodontie pour le placement d'un appareil dentaire, dans les services de référence de Beni Messous et de Mustapha Pacha».
Ce qui est peu et permet au privé de se tailler la part du lion. Peu importe, l'essentiel est que «l'orthodontiste n'intervient qu'après les soins des caries dentaires» nous a précisé une autre spécialiste le Dr Lycia Chelali.
Voilà tout l'intérêt que porte en lui ce phénomène de société. Par le biais de l'orthodontie, l'enfant évacue, pour la vie, la peur du dentiste qui, souvent, est la cause des bouches «délabrées» que l'on rencontre même parmi nos responsables.
Il est clair que de tels délabrements ont des répercussions sur la santé de l'individu mais de plus, indisposent leurs vis-à-vis. Il n'est guère agréable de présenter une bouche édentée. Il est encore plus désagréable de dégager une mauvaise haleine provenant des caries. C'est pourquoi, l'orthodontie est à applaudir. Elle prépare une génération et les suivantes à des dentitions plus saines et plus agréables qu'elles ne le sont aujourd'hui.
Des générations qui, en plus de s'assurer une meilleure santé, apprendront mieux la différence qu'il y a entre beauté et élégance. Un beau sourire avec des dents bien alignées peut perdre tout son charme s'il s'en dégage une mauvaise haleine. C'est comme porter des habits précieux sur un corps à l'hygiène approximative.
Ce qui ne se voit pas se sent. La personnalité de chaque individu peut être cernée à ces détails et à d'autres encore plus petits. Restons dans le domaine dentaire pour dire que l'ampleur prise par l'orthodontie dans notre pays est un phénomène positif dans l'évolution de la société. La nôtre est passée des métaux précieux (dents en or ou en argent) de nos aïeux au métal «sanitaire» de nos chérubins. C'est l'histoire gravée sur le métal de plusieurs générations. Encore un sujet qui devrait intéresser nos sociologues. Il est inépuisable!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha