Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 24 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 21 °C Max 34 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
23
 Tlemcen Min 20 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 19 °C Max 31 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 21 °C Max 33 °C
34
 Oran Min 22 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
47
 Khenchela Min 13 °C Max 25 °C
32
 Mila Min 15 °C Max 27 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

Petit problème en marge du bac 2015

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Trouver les 853.000 candidats annoncés pour passer les épreuves du bac 2015 sur les 550.000 candidats reçus au BEM en 2012, n'est pas facile. Même en y ajoutant les détenus qui se présentent et les candidats libres du troisième âge. Nous avons essayé. Exercice utile!...

Calcul élémentaire. Au forum de la Radio nationale, Mme Nouria Benghebrit, notre ministre de l'Education nationale a donné le chiffre des candidats aux épreuves du baccalauréat de cette année. Ils seront 853.780 candidats entre filles et garçons à se présenter le 7 juin prochain dans les 2550 centres d'examen qui les attendent à travers le territoire national. Sans aller plus loin, il y a là un problème à résoudre. Non pas par les candidats mais par chacun d'entre nous. Il est simple dans son énoncé mais difficile dans sa solution. Commençons par le commencement. Les candidats et candidates au bac 2015 ont un âge qui varie entre 16 et 18 ans. Une moyenne. Les surdoués qui passent l'examen à 14 ans et les retardataires qui le passent à l'âge de 20 ans ne sont pas les plus nombreux. Donc l'âge de 17 ans en 2015 paraît le plus approprié pour être retenu comme étant celui des candidats de cette année. A voir cet âge aujourd'hui cela veut dire être né en 1998. Or, cette année-là, les naissances enregistrées dans notre pays étaient au nombre de 620.000 (source ONS). Il est question ici de naissances vivantes, c'est-à-dire qu'en sont exclus les mort-nés. Pour l'anecdote, la proportion des garçons était, à cette époque, supérieure à celle des filles. Respectivement 51,11% et 48,89%. Depuis, cette proportion s'est inversée. Revenons au problème. De ce total des naissances, il y a eu quelques décès au cours des 17 années. Cela entre dans le cours normal de la vie. Sauf que nous n'avons pas le chiffre de cette «déperdition». Existe-t-il? Ne nous arrêtons pas. En admettant que le taux de scolarisation dans notre pays est de 100%, ce qui n'est pas tout à fait vrai, il y a eu des échecs scolaires parmi cette population. Des enfants qui ont rejoint les centres de formation professionnelle. Ou pas! Une chose est sûre, tous les enfants nés en 1998 ne sont pas aujourd'hui dans leur totalité en classe de terminale. Même si les soustractions du nombre des 620.000 naissances ne sont pas disponibles. Ni à l'ONS ni ailleurs. N'empêche qu'elles existent. Ne baissez surtout pas les bras et continuez à suivre le problème. Le but est de trouver à quoi correspond le chiffre de plus de 800.000 candidats de cette année. Une autre donnée doit s'ajouter. Lors de la rentrée 2014-2015, le 7 septembre dernier, sur un total de 8 millions d'élèves des trois paliers (primaire, moyen et secondaire) 1556.055 faisaient partie du secondaire. Ce palier dans lequel se trouve la classe des candidats d'aujourd'hui. Même si la durée de l'enseignement secondaire est de trois années, ce n'est pas par une simple division par 3 que nous obtiendrons le nombre des élèves de la dernière année secondaire. Pourtant et devant l'impossibilité d'avoir le juste chiffre, ni sur le site du ministère (qui préfère s'attarder sur le nombre d'établissements), ni celui de l'ONS, ni aucune autre institution, nous sommes contraints d'adopter cette division par défaut. Ce qui nous donne un résultat d'environ 500.000 élèves. Est-ce à dire que sur les 620.000 enfants nés en 1998, 500.000 d'entre eux ont pu atteindre la dernière classe du troisième palier de l'Education nationale? Ce qui reviendrait à constater une déperdition de 120.000 élèves tout au long du cursus scolaire. Difficile à dire. Dans tous les cas de figure nous débouchons toujours sur un nombre inférieur aux 800.000 candidats au bac de cette année. Où diable, notre ministère est allé chercher un tel nombre? L'hypothèse qui reste est dans le cumul des naissances de trois années. 1997, 1998 et 1999. En comptant les dérogations, les inscriptions dans les temps et les retardataires. Une autre hypothèse serait d'ajouter les candidats malchanceux de l'an passé qui se représentent cette année, les détenus qui reprennent leur scolarité et passent l'examen, ainsi que d'autres candidats libres de divers profils. Même avec cette formule, le compte n'y est pas. Il y a plus de candidats à «l'arrivée» qu'au «départ». Dernière tentative plus simple. Les candidats au bac 2015 se retrouvent parmi les lauréats du BEM de 2012, n'est-ce pas! Ils étaient 550.232 à avoir été reçus, cette année-là, au BEM. En considérant qu'il n'y a eu aucune «déperdition» en cours de route et en tenant compte que l'année dernière et sur 650.000 candidats au bac, il y avait 206.652 candidats libres. C'est-à-dire le tiers. En appliquant cette équation au bac de cette année, on obtiendrait quelque 500.000 candidats scolarisés? Ouf! Cela commence à «coller» avec les naissances d'il y a 17 ans! Disons presque, car ce ne sont que des probabilités. Il n'y a que le ministère de l'Education qui pourrait poser mieux que nous le problème et le solutionner. Il a tous les chiffres. Pourquoi ne les publie-t-il pas? C'est un autre problème! Le sempiternel problème de communication institutionnelle. De statistiques aussi. Tout ce qui manque à la clarté. Impossible, dans ces conditions, de faire un calcul même le plus élémentaire. Prix de consolation: un coup de projecteur sur une zone d'ombre. Ceci dit, l'important est dans la réussite au bac du plus grand nombre. Bon vent à toutes et à tous les candidats!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha