Prévisions pour le 26 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 37 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 27 °C
30
 Batna Min 14 °C Max 22 °C
28
 Biskra Min 20 °C Max 30 °C
47
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
34
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 25 °C
11
 Mascara Min 16 °C Max 26 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 30 °C
47
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 33 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 20 °C
12
 Mila Min 16 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 27 °C
47
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

Nos pompiers au coeur de l'Himalaya

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Ils accourent au moindre appel au secours. Ils sont dévoués. Courageux. Ils sont visibles par leur sirène dans les embouteillages. Ils sont remerciés par les familles des victimes qu'ils assistent. Certains parmi eux reviennent du Népal. Ils ont certes été honorés officiellement. Mais pas assez! Vous vous demandez pourquoi?...

Fierté et reconnaissance. Cette semaine nos pompiers sont à l'honneur. Rentrés du Népal où ils ont participé aux secours et aux recherches après le séisme d'une rare intensité qui a frappé ce pays causant la mort à plus de 8000 personnes, ils ont été reçus, mardi dernier, par le ministre de l'Intérieur, Tayeb Belaïz, qui les a félicités. Leur directeur général, le colonel Lakhdar El Habiri, présent à la cérémonie, n'était pas peu fier. Un homme qui a déteint par son humilité sur tout le corps de la Protection civile qu'il dirige depuis 2001. D'une rare modestie et toujours accessible pour un responsable de son rang, il jouit de l'estime générale des proches et moins proches. D'ailleurs, ceux qui le connaissent l'appellent toujours Si Mustapha, son surnom de moudjahid durant la guerre de Libération nationale où il fut blessé lors d'un accrochage avec l'armée coloniale. Pour l'anecdote et pour avoir oeuvré de manière remarquable à la promotion de la coopération avec les pompiers français, les autorités de ce pays l'ont proposé pour la distinction (la plus haute de l'Etat français) de Chevalier de la Légion d'honneur. Décoration qu'il a déclinée. Avec beaucoup de tact évidemment. Toutes ses qualités doivent certainement beaucoup à son glorieux parcours. Ceci dit et à sa prise de fonction en 2001, la Protection civile comptait 17 000 hommes. Aujourd'hui, ils sont 60.000. Il a réussi à moderniser ce corps en le dotant, notamment d'un groupement aérien (hélicoptères et parachutistes). On citera également la création du premier centre hyperbare (une spécialité médicale de réanimation) en Algérie. Ce que peu de gens savent. Ses hommes sont finalement à son image. Affables et sans prise de tête. Des hommes qui pourtant risquent leur vie pour sauver celle des autres. Ainsi est fait le métier qu'ils ont choisi et ils le font avec abnégation et courage. C'est, armés de ce courage, que 70 d'entre eux (pompiers spécialistes dans les tremblements de terre) ont fait le long voyage qui les a conduits à Katmandou, la capitale du Népal, au pied du célèbre mont Everest (plus haut sommet du monde) qui fait partie de la chaîne de montagnes de l'Himalaya. Vu d'Algérie c'est le bout du monde. Une équipe qui a dû faire 20 km à pied pour rejoindre des localités aux routes coupées par le séisme. On a pu avoir une idée des lieux grâce aux journalistes de la télé algérienne qui ont accompagné nos pompiers. On a vu ces populations encore sous le choc et entièrement démunis. On a pu voir leurs regards pleins d'espoir à l'arrivée de ces hommes venus d'un pays, l'Algérie, qu'ils ne connaissaient pas avant. Nos pompiers ne sont pas partis les mains vides. Pas moins de trois avions militaires ont été nécessaires pour transporter 4 tonnes de médicaments, 2000 couvertures et 200 tentes destinées à ces populations coupées du reste du monde. On a pu voir les soins que les médecins urgentistes de la Protection civile algérienne ont prodigués aux blessés de ces localités. On a pu voir que nos pompiers étaient reconnaissables à l'emblème national qu'ils arboraient fièrement. Une fierté partagée par tous les Algériens qui se reconnaissaient dans cette équipe au courage et au don de soi remarquables. Les populations du Népal (l'un des plus pauvres du monde) secourus par nos pompiers connaissent maintenant l'Algérie et les Algériens. Pour toutes ces raisons, la cérémonie qui a été organisée au ministère de l'Intérieur, mardi dernier, était plus que légitime pour ce corps aux sacrifices multiples et qui le fait, on a envie de le dire, dans la discrétion. Dans tous les cas sans attendre les honneurs. Mais quand viennent ces honneurs, comme cela fut le cas, ils ne sont pas de refus. Car et ce qu'il faut savoir, ce n'est pas la première mission de sauvetage à l'extérieur de nos pompiers. Ils ont déjà participé aux secours lors de séismes dans plusieurs pays comme le Mexique, le Salvador, l'Arménie, l'Egypte, la Turquie, l'Inde, etc... Lors d'inondations au Yémen et au Soudan. Ou encore en France pour lutter contre des feux de forêts. La liste est longue. Sans oublier leur rôle à l'intérieur du pays. Lors des séismes de Chlef et de Boumerdès notamment. Des inondations de Bab El Oued. Tous les jours que Dieu fait ils interviennent sur les routes, ils luttent contre les incendies dont le dernier a eu lieu à Bouira. Il évacuent des malades, sauvent des noyés, etc. Devant un tel état de services rendus à la nation, nos pompiers méritent toute notre gratitude et notre reconnaissance. Certes, chacun d'entre nous l'exprime à sa façon mais pas de façon très audible. C'est pourquoi, nous ne voulions pas rater cette occasion pour saluer et féliciter nos pompiers avec à leur tête Si Mustapha. Pour tout ce qu'ils font pour nous et pour les autres. Mais aussi et surtout pour avoir porté haut les couleurs de l'Algérie jusqu'au coeur de l'Himalaya!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha