Prévisions pour le 21 Septembre 2018

 Adrar Min 26 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 19 °C Max 32 °C
32
 Tamanrasset Min 20 °C Max 28 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 17 °C Max 26 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 26 °C
47
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 24 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 25 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 30 °C
30
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

Notre histoire explique les menaces du présent

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L'histoire de la colonisation de notre pays commence au-delà de 1830. La guerre de Libération nationale a marqué la fin de cette histoire. Pour bien comprendre cette «méthodologie» inversée des historiens français, il faut remonter aux sources du mal. Pourquoi? Pour mieux saisir le présent et les menaces qui nous entourent. Explications...

Aujourd'hui, 20 Août 2015. Il y a 60 ans, le 20 Août 1955, dix mois après le déclenchement du 1er Novembre 1954, Zighout Youcef, l'adjoint de Didouche Mourad, qui, à la mort de ce dernier au combat, l'avait remplacé à la tête de la Wilaya II historique décida de détruire la propagande colonialiste qui s'efforçait de présenter la lutte de Libération nationale comme étant l'oeuvre de quelques «bandits» isolés du peuple. Il avait si bien réussi à sensibiliser la population que ce jour-là, des milliers d'Algériens se soulevèrent dans toute la région. Ils s'attaquèrent, sans armes à feu qu'ils n'avaient pas, à tout ce qui pouvait représenter l'occupation de leur pays. Fermes, postes militaires, administration coloniale furent dévastés et incendiés. Le lendemain, l'armée coloniale et les colons organisèrent une répression sauvage du même type que celle du 8 mai 1945. Le bilan des victimes algériennes fut lourd, très lourd mais le sacrifice ne fut pas vain. La communauté internationale prit conscience de la volonté du peuple algérien de libérer, coûte que coûte, l'Algérie en faisant corps avec le FLN et l'ALN. Zighout Youcef qui avait pris l'initiative de ce soulèvement avait vu juste. C'est à partir de là que les «événements d'Algérie» tels que présentés par la propagande colonialiste prirent leur véritable dimension de guerre populaire contre l'occupant qu'il dut, finalement et officiellement reconnaître par la suite. L'année d'après, le 20 Août 1956, eut lieu un autre grand fait historique de la même ampleur. Ce jour-là, à l'initiative de Abane Ramdane, eut lieu, à Ifri, le congrès de la Soummam qui dota la révolution algérienne d'une plateforme politique qui lui manquait jusque-là. Le monde entier put ainsi mesurer toute la profondeur de cette guerre populaire que l'administration coloniale s'efforçait de minimiser. Deux hauts faits historiques qui ont eu lieu le même jour, à une année d'intervalle, et qui se sont avérés déterminants pour la suite du combat qui ne s'acheva qu'à l'indépendance en 1962. C'était là juste un rappel mémoriel de ce que représente le 20 Août pour les Algériens. Un simple survol pour laisser aux historiens le soin de mieux développer cette partie de notre histoire. Par contre, il est clair que cette page de notre histoire fait suite à un cauchemar vécu par les Algériens depuis l'occupation en 1830. C'est par cette date que devrait toujours être abordée, pour être mieux comprise, notre histoire contemporaine. Ce n'est pas un hasard si les historiens de l'autre côté de la Méditerranée s'intéressent moins au début qu'à la fin de la colonisation. Ceci est tellement révélateur qu'aucune oeuvre ne peut être comprise si elle commence par la fin. Une telle démarche des historiens d'outre-mer, au pays de Descartes et du raisonnement, ne peut véritablement être mise au compte d'une quelconque confusion mentale. Elle a ses raisons et elles sont de taille. L'histoire simpliste et fausse du «coup d'éventail» et de sa «justification» par des créances impayées cache en réalité un vaste complot dont on retrouve les traces aujourd'hui encore dans l'actualité.
Dans la haine exprimée contre les Algériens par le sionisme et son représentant le plus actif, Bernard-Henri Lévy. Dans les propos à peine voilés de son acolyte, l'ancien président français Nicolas Sarkozy, sur «l'avenir» qui nous attend. Il suffit pour s'en convaincre de se poser certaines questions. Pourquoi la décision d'envahir l'Algérie a-t-elle eu lieu au moment où l'Etat français était vacillant? Pourquoi de tout le Maghreb, ce choix de l'Algérie? Pourquoi le choix d'une colonie de peuplement composée d'immigrants venus des pays européens mais pas de France? Pourquoi l'idée de Napoléon III d'un royaume arabe en Algérie lui a-t-elle été fatale? Pourquoi le décret Crémieux ne devait pas s'appliquer à tous les Algériens? Pourquoi le Code de l'indigénat n'avait-il pas son équivalent nulle part? Au point où il inspira, plus tard, les racistes d'Afrique du Sud avec leur régime d'apartheid? Pourquoi ce qui était une expédition punitive s'est transformé en colonie puis à l'annexion pure et simple du territoire algérien? Pourquoi une telle «précaution» graduelle? Comment l'Algérie coloniale a vécu la Seconde Guerre mondiale sous Vichy? Comment s'est réglé le sort des vichystes, en Algérie, après 1945? Les questions sont nombreuses mais nous ne terminerons pas sans y ajouter celle de savoir par quelle contrainte la France officielle qui ne voulait pas des harkis sur son sol en 1962, a dû faire son mea culpa des décennies plus tard? Les réponses à ces questions ne se trouvent nulle part dans les innombrables ouvrages, en quantité infinitésimales, qui ont été produits en France.
En réalité, la «guerre d'Algérie» n'est pas terminée pour le sionisme international. Les caches d'armes que découvrent, aujourd'hui, nos militaires au Nord comme au Sud du pays, témoignent que le complot se poursuit toujours. Un complot qui plonge ses racines bien au-delà du débarquement à Sidi-Ferruch en 1830. Un devoir pour nos historiens que de lever le couvercle, une fois pour toutes!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha