Prévisions pour le 26 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 37 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 27 °C
30
 Batna Min 14 °C Max 22 °C
28
 Biskra Min 20 °C Max 30 °C
47
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
34
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 25 °C
11
 Mascara Min 16 °C Max 26 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 30 °C
47
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 33 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 20 °C
12
 Mila Min 16 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 27 °C
47
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

La "provoc'" des agents d'Orly contre la France

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L'Algérie n'est pas la seule cible des agents de l'aéroport d'Orly. L'atteinte aux intérêts de la France est tout aussi claire. L'objectif est de saboter le nouvel élan de coopération adopté par les deux pays au plus haut sommet. La méthode utilisée est la même que celle du «Coup d'éventail» en 1827...

L'autre cible. Le comportement «inacceptable» d'agents français en poste à Orly contre nos ministres ne vise pas seulement l'Algérie. Tous les médias d'ici et d'ailleurs se sont précipités à ne voir qu'un seul aspect de cette affaire. Mais avant, il faut rappeler que si le dernier cas a eu lieu le 17 octobre dernier (jour anniversaire des massacres d'Algériens à Paris en 1961) concerne notre ministre de la Communication qui a «fait l'objet d'une fouille, en dépit de son statut de membre du gouvernement, détenteur, de surcroît, d'un passeport diplomatique et transitant par un salon réservé aux personnalités officielles» selon le communiqué de notre ministère des Affaires étrangères, ce n'était, malheureusement, pas «le premier du genre puisque deux cas similaires ont été enregistrés par le passé» précise le même communiqué. Des récidives qui traduisent la ferme volonté d'atteindre un objectif bien planifié. Lequel? Celui de nuire à «la qualité des relations entre l'Algérie et la France et l'ambition partagée des deux pays de les hisser au niveau de partenariat d'exception» comme mentionné également dans le communiqué en question. C'est précisément par cet effet recherché qui n'a pas abouti qui explique pourquoi «l'inacceptable» a été répété trois fois. Il l'aurait été autant de fois que «nécessaire» si celui du 17 octobre n'avait pas «porté». Il y a certes chez les auteurs de cet acharnement une part «d'algérianophobie» mais pas seulement. Il y a aussi et de manière flagrante une part de volonté de nuisance aux intérêts de la France. Car et si le président de la République française, François Hollande, a oeuvré dès son arrivée à l'Elysée a «réchauffer» les relations entre nos deux pays, ce n'est certainement pas pour les seuls beaux yeux des Algériens. Voilà comment les autorités françaises expliquent cette nouvelle politique: «Les relations entre la France et l'Algérie sont depuis 2012 dans une phase historique d'amélioration. La déclaration d'Alger sur l'amitié et la coopération entre la France et l'Algérie, signée par les deux chefs d'Etats lors de la visite de François Hollande en décembre 2012 a été suivie de la mise en place d'un Comité intergouvernemental de haut niveau (Cihn) qui permet désormais le renforcement de notre coopération avec l'Algérie dans tous les domaines» (source Quai d'Orsay). Un «renforcement de la coopération» au bénéfice bien compris des deux Etats. On a même envie de dire que sur le plan économique, plus à la France qu'à l'Algérie qui enregistre les sollicitations de plusieurs pays dans ce domaine. Ce qui veut dire que les Français «d'Orly», n'ignoraient pas qu'ils portaient atteinte aux intérêts de la France. Qui sont ces Français qui s'en prennent à leur pays? Il faut remonter au-delà du XIXe siècle pour trouver les germes de ce front intérieur anti-français. Ce qui vient de se passer rappelle étrangement l'affaire du «Coup d'éventail» en avril 1827. Une affaire montée de toutes pièces et «servie» à la monarchie de l'époque en butte à de grandes difficultés internes depuis la Révolution de 1789. Après un blocus maritime d'Alger qui durera trois années sans aucun effet, les mêmes intrigants reviennent à la charge au moment où le trône de Charles X est plus que vacillant. Il tombe dans le piège et annonce le 3 mars 1830 l'idée d'une expédition punitive (pas de colonisation) contre Alger. C'est ainsi que la flotte française prit le départ de Toulon le 25 mai 1830. Et que le débarquement a eu lieu à Sidi Ferruch le 3 juillet de la même année. Charles X n'aura même pas le temps de l'apprendre qu'il est destitué. La suite qui a pris une autre tournure en Algérie est connue. L'expédition s'est transformée en colonisation puis en annexion pure et simple faisant de l'Algérie un territoire français que Paris ne contrôlait pas en réalité. Cela a duré jusqu'à l'arrivée de De Gaulle qui, dans l'intérêt bien compris de la France et dans un élan patriotique, a décidé de soulager son pays du boulet qui l'étranglait. Il faut se rappeler que le peuplement de l'Algérie coloniale ne s'est pas fait avec des Français mais avec des populations «importées» de diverses autres parties d'Europe (Espagne, Italie, Malte, etc.). Toutes ces populations (auxquelles se sont joints les juifs d'Algérie) se sont retrouvées en France en 1962 sous l'appellation de «rapatriés». Il faut se rappeler également que l'accueil de ces «Français d'Algérie» n'a pas été très chaleureux en France. Ce qui a donné lieu à des sentiments de revanche chez ces populations. Tant envers l'Algérie qu'ils regrettent d'avoir quittée (sur ordre de l'OAS) que sur la France qui les a mal accueillis. Un double sentiment qui «s'encastre» bien dans la double nuisance des actes à répétition d'Orly. A la différence que le même piège (celui de la provocation) répété près de deux siècles après ne peut plus produire le même effet. Les deux Etats ne sont plus dans les mêmes dispositions qu'au XIXe siècle. Ce qui ne les empêche pas d'être vigilants et ne pas se laisser déborder par ces forces toujours aussi nuisibles depuis la nuit des temps. Le contenu du communiqué algérien et celui du message français qui y répond prouvent que c'est le cas. Ils sont tous deux très mesurés. Et ne prêtent pas le flanc à la «provoc»!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha