Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 24 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 21 °C Max 34 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
23
 Tlemcen Min 20 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 19 °C Max 31 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 21 °C Max 33 °C
34
 Oran Min 22 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
47
 Khenchela Min 13 °C Max 25 °C
32
 Mila Min 15 °C Max 27 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

Qui veut replonger l'Algérie dans le chaos?

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Dans un monde fortement perturbé et face à des prédateurs qui rodent à nos frontières, les Algériens sont dans leur pays bien à l'abri des atrocités que vivent d'autres peuples tout près de nous. Certains milieux s'activent à briser ce bien-être. Ils n'ont pas réussi jusque-là grâce à la forte intervention de l'Etat. Les citoyens regardent. Passifs. Jusqu'à quand?...

Comparatif. Commencée en juin 2014, la chute du prix du baril de pétrole (qui était à 110 dollars) s'est poursuivie progressivement jusqu'à se consolider autour de 45 à 50 dollars six mois après. Soit en décembre 2014. Une année après, le marché affiche toujours le même prix sous la barre des 50 dollars. Inutile de préciser que de ce fait nous vivons depuis, au moins une année, avec la moitié des recettes extérieures qui étaient les nôtres avant la dégringolade du prix de l'or noir. Ce n'est pas tout car et en parallèle le cours du dollar a baissé lui aussi tandis que celui de l'euro a augmenté. Ce qui veut dire que nos importations, principalement payées en euros ont un effet multiplicateur du déficit comparativement à la faiblesse de nos recettes pétrolières libellées en dollars. C'était juste un rappel à ceux qui auraient oublié que le temps des «vaches maigres» fête son premier anniversaire dans notre pays. Comment a-t-on vécu cette année? Visiblement rien n'a changé. Le pain, le lait, l'huile, le sucre et même le carburant, l'électricité et l'eau sont toujours subventionnés par l'Etat. Les logements neufs continuent à pousser comme des champignons au profit de millions d'Algériens qui quittent ainsi, avec bonheur, leurs bidonvilles qui sont aussitôt rasés. Les salaires qui ont connu une hausse spectaculaire depuis 2008 sont préservés. La construction des barrages, des stations d'épuration et autres se poursuit et l'eau est toujours distribuée H24. La production d'électricité est toujours en cours et les coupures intempestives ne font plus partie de notre paysage. Le raccordement en gaz naturel des foyers sur l'ensemble du territoire avance le plus normalement. La construction de nouveaux établissements scolaires, primaires, secondaires et universitaire bat toujours son plein. Les primes de scolarité, la gratuité des livres scolaires, les cantines scolaires et le transport des élèves ne sont pas remis en cause. La médecine est toujours gratuite et les centres anticancer se multiplient. On peut continuer cette énumération des conditions d'une vie meilleure qui sont toujours garanties aux citoyens. On peut la continuer en rappelant que les citoyens se préparent à consommer davantage avec le crédit à la consommation qui se met en place. Que demande (encore) le peuple? La paix et la sécurité? Non seulement c'est le cas mais en plus de manière durable car et si la levée de l'état d'urgence a été décidée, elle l'a été sur la base des capacités de nos forces de sécurité, tant sur le plan intérieur qu'extérieur, qui ont atteint des niveaux, reconnus à l'échelle internationale, dignes de ceux d'une puissance régionale. Ceci est tellement vrai que non seulement la bourrasque du «printemps arabe» n'a pas pu franchir nos frontières, mais même le désordre et par endroits le chaos, marqué par le fléau terroriste, qui entourent actuellement notre pays ne parvient pas à nous atteindre. Ici, on se doit de rendre hommage à notre armée ainsi qu'à tous nos services de sécurité qui veillent sur nous avec courage et professionnalisme. Ils sont notre fierté. En résumé, nous avons tout ce qu'un peuple peut espérer pour vivre «Fil Izza Wal Karama» (c'est la promesse faite au peuple algérien par le président Bouteflika dès 1999) qui veut dire «vivre dans l'honneur et la dignité». Au vu de tout ce qui a été énoncé plus haut, on ne peut pas dire qu'il n'a pas tenu sa promesse. Cependant ceci ne dispense pas les citoyens algériens d'apporter leur concours au maintien et à la consolidation de cette aspiration qui, au final, est à leur profit. Comment? De différentes manières mais d'abord de barrer la route à tous ceux qui, de l'intérieur, tentent par tous les moyens de contrer cet objectif. Parmi ces moyens, il y a ceux qui foulent aux pieds le choix qu'ils ont massivement exprimé pour la réélection du président Bouteflika en 2014, en voulant y substituer ce qu'ils appellent «une transition politique». A leurs yeux, le choix des électeurs n'a aucune valeur. Comme offense à tout un peuple, difficile de trouver mieux. Ensuite il y a toutes ces critiques insensées et notamment celles qui touchent à la LFC 2016 (qui exclut toute remise en cause de la politique sociale poursuivie jusque-là) sans qu'aucune solution alternative ne soit avancée. Juste pour l'intox. Et quand on aligne à la suite, toutes ces casemates, ces armes, ces terroristes et leurs alliés trafiquants en tous genres à nos frontières, il se dégage une «coalition» mal dissimulée. C'est l'Algérien qui aspire à vivre paisiblement et dans la dignité dans son pays qui est ciblé. Va-t-il se laisser faire? Ne doit-il pas aider son Etat pour défendre son bien-être? Les pays avancés viennent de mettre en place, devant le danger terroriste, ce qu'ils appellent «les citoyens vigilants». C'est-à-dire une participation de tous les instants, pour dénoncer les comportements suspects dont tout citoyen pourrait être témoin. Comme on le ferait chez soi, pour protéger sa famille, contre une menace. Pour tous les peuples, cela s'appelle le patriotisme. Ils en sont fiers. Et nous aussi!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha