Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 24 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 21 °C Max 34 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
23
 Tlemcen Min 20 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 19 °C Max 31 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 21 °C Max 33 °C
34
 Oran Min 22 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
47
 Khenchela Min 13 °C Max 25 °C
32
 Mila Min 15 °C Max 27 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

Les Algériens, Taubira et... l'Histoire

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le pétrole, c'est fini. Notre développement économique doit se poursuivre. Nous en avons les moyens. Un défi que nous devons relever comme les précédents. En peuple courageux et uni comme en témoignent l'histoire et d'illustres voix étrangères...

Le regard de l'Autre. Un nouveau défi que les Algériens devront relever s'annonce à partir de la nouvelle année 2016. Celui de construire une nouvelle économie totalement indépendante des hydrocarbures. Un grand défi qui nécessitera des efforts conséquents. Une union sans faille de tous les Algériens pour affronter, de manière responsable, les nouvelles contingences imposées par le tarissement des recettes pétrolières. Un rassemblement de toutes les forces du pays pour transcender tous les travers et caprices cumulés durant ce qu'on peut appeler l'ère de l'assistanat. L'ère où le citoyen attendait tout de l'Etat. D'avoir tous les droits, oubliant la notion même de devoirs envers son pays. Ce qui était légitime avant le choc pétrolier que nous vivons. Ce n'est plus le cas aujourd'hui avec un baril à moins de 40 dollars. Rien n'indique une amélioration de ce côté-là avant longtemps. Tous les indicateurs le démontrent. Le retour du pétrole iranien sur le marché international. L'autosuffisance énergétique américaine à laquelle il faut ajouter la décision de ce grand pays de rejoindre les pays exportateurs de pétrole. La découverte de nouveaux gisements dans différents endroits du globe. La transition énergétique décidée à l'issue de la COP21 de Paris. Ce qui veut dire que les Algériens se doivent d'être plus réalistes et ne plus compter sur la manne pétrolière. Il nous faudra créer de nouvelles richesses. Notre potentiel est immense. Un vaste territoire, le plus grand d'Afrique. Des terres irriguées, un formidable développement des infrastructures de base réalisées au cours de la dernière décennie, sans dette extérieure et un matelas financier constitué au cours des années fastes. Une population majoritairement jeune. C'est elle qui devra relever le défi de construire une nouvelle économie. De créer de la richesse à partir de ces potentialités. Une jeunesse, qui devra être digne de celle qui l'a précédée et qui a libéré le pays. Elle le sera, il n'y a aucun doute. D'où nous vient cette certitude? De notre histoire, mais aussi du regard extérieur porté sur nous et qui est le meilleur «miroir» qui ne souffre d'aucun doute de complaisance. Et si, hier, c'est Christiane Taubira, la ministre de la Justice française qui, au nom de son gouvernement et de son président de la République, a reconnu publiquement notre exploit d'être venu à bout du terrorisme qui a sévi durant une décennie dans notre pays, ce n'est pas «rien». Il faut juste se rappeler que notre «mise au ban de la communauté internationale» comme elle a eu l'honnêteté de le souligner, est intervenue après le prétexte tout trouvé du détournement de l'Airbus d'Air France en 1994. Ceci sans compter les manigances d'un François Mitterrand (jamais personne n'oubliera son doigt menaçant pointé vers nous, en 1992, nous intimant «l'ordre» de poursuivre «sa» feuille de route) et qui avait auparavant, en 1954 alors qu'il était ministre de l'Intérieur, déclarait que «l'Algérie c'est la France». Sans lui (on peut dire contre lui) et sans l'aide de personne, les Algériens ont relevé le défi et réinstauré la paix dans leur pays. Tout comme cette poignée d'Algériens qui, le 1er Novembre 1954, avait décidé, dans l'incrédulité générale, de libérer le pays occupé depuis un siècle et demi par la France, une grande puissance militaire. Trois années après, en juillet 1957, un jeune sénateur démocrate américain, John Fitzgerald Kennedy, reconnaissait, dans un discours devant le Sénat américain, la légitimité de notre lutte de libération. Evoquant l'Algérie combattante, il eut ces mots: «La plus puissante et unique force dans le monde aujourd'hui n'est ni le communisme ni le capitalisme. Ce n'est pas la bombe H ni les missiles guidés, c'est le désir éternel de l'homme à être libre et indépendant.» Il déposa même une résolution appelant «les Etats-Unis, l'ONU et l'Otan à oeuvrer pour l'autodétermination et la reconnaissance de «la personnalité algérienne». L'homme avait vu juste puisque le défi contre la colonisation fut relevé et l'indépendance proclamée en 1962. Cinq années après. John Kennedy, devenu le 35ème président des Etats-Unis, ne manqua pas de féliciter à cette occasion, dans un discours télévisé, le peuple algérien. Il fut, malheureusement, assassiné en 1963. Mais avant, lors de sa prestation de serment après avoir été élu président en janvier 1961, il eut encore une phrase restée célèbre dans l'histoire: «Vous qui, comme moi, êtes Américains, ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays.» Kennedy a donné sa vie à son pays qu'il aimait par-dessus tout. Ce qui nous permet et nous oblige à méditer son appel au patriotisme de ses compatriotes. De nous en emparer. En ce moment crucial pour la construction économique de notre pays. Tous les Algériens sans exception (hommes politiques, opposition, associations et simples citoyens) doivent unir leurs forces pour relever ce nouveau défi «pétrolier». Toute «fausse note», tous les égoïsmes d'où qu'ils viennent, ne seraient qu'indignité et trahison!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha