Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 24 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 21 °C Max 34 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
23
 Tlemcen Min 20 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 19 °C Max 31 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 21 °C Max 33 °C
34
 Oran Min 22 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
47
 Khenchela Min 13 °C Max 25 °C
32
 Mila Min 15 °C Max 27 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

Dda l'Hô, même après sa mort...!

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Demain nous enterrerons, l'un de nos chefs historiques qui ont décidé et mené la guerre de Libération nationale. Si l'Hocine a continué le combat pour les libertés. Nous n'en sommes plus très loin. L'Algérie fraternelle et unie vivra. La preuve, même après avoir rendu l'âme...

Deuil national. Cette semaine a été marquée par le décès d'un homme dont la vie se confond avec celle de l'histoire de l'Algérie contemporaine. Depuis le 23 décembre dernier, date de sa mort, les hommages ont été nombreux. Les Algériens, tous les Algériens ont exprimé leurs sentiments de reconnaissance et de tristesse à Si El Hocine Aït Ahmed qui s'est éteint à l'âge de 89 ans dont 73 ans de combat politique d'abord, pour libérer son pays et ensuite, pour l'émancipation de ses compatriotes. Une longue vie faite de sacrifices, de courage, d'abnégation et de fidélité à ses idéaux de justice, de liberté et de dignité au service de son peuple. Une si longue vie d'une rare densité qu'il est impossible de rendre en quelques phrases d'un article de presse. Il faudrait plusieurs livres. C'est à nos historiens que revient la responsabilité de restituer fidèlement ce que fut le combat et le rôle de cet homme qui, avec ses compagnons, a défié la puissance de l'occupant avec succès. On ne mesurera jamais assez le poids d'une telle décision remise dans son contexte de la fin de la première moitié du siècle dernier. C'est-à-dire à l'ère des empires coloniaux. Comme on ne mesurera jamais assez l'ampleur du sacrifice et du courage de cette poignée d'hommes dont il faisait partie dans ce combat physiquement inégal. Un combat qui pour beaucoup, au début, paraissait utopique. D'autant que de l'Emir Abdelkader à El Mokrani, plusieurs révoltes avaient échoué face à un colonialisme sans concession qui utilisait la répression la plus féroce avec ses puissants moyens militaires. Ait Ahmed et ses compagnons avaient pleinement conscience de ce rapport de forces en leur défaveur. Ils y avaient réfléchi et trouvé le seul moyen de faire basculer ce rapport. Ce moyen est contenu dans la déclaration du 1er Novembre 1954. Ce moyen était dans l'appel à l'unité du peuple algérien. Un préalable pour porter ensuite la voix de l'Algérie combattante dans tous les forums et rencontres internationales. Si El Hocine et ses compagnons se sont répartis les missions. Tandis que, nous l'apprendrons plus tard, en 1957, que Si Larbi Ben M'hidi (qui était pour Si El Hocine «l'un des meilleurs dirigeants de la révolution algérienne» -colloque à Madrid 1992) était chargé de «mettre la révolution dans la rue pour être portée par le peuple», Ait Ahmed était de toutes les rencontres internationales pour «donner une visibilité au niveau international» du Mouvement de Libération national. Sa participation à la conférence de Bandoeng en 1955 eut un retentissement planétaire. L'année d'après, il ouvre le bureau du FLN à New York et réussit à inscrire la «question algérienne» à l'ordre du jour de l'assemblée générale de l'ONU de cette même année. Ce jour-là (avril 1956) marque la première défaite du colonialisme. La délégation française conduite par le Premier ministre, Antoine Pinay, quitte précipitamment l'enceinte de l'ONU. Très beau succès diplomatique algérien. La réaction coloniale ne s'est pas fait attendre. Quelques mois après (octobre 1956) elle organisa le premier acte de piraterie aérienne de l'histoire. L'avion qui conduisait Si El Hocine en compagnie de ses frères de combat (Khider, Ben Bella, Boudiaf et Lacheraf) qui devaient assister à Tunis à une conférence sur la paix au Maghreb, a été intercepté et contraint de se poser à Alger où ils furent arrêtés. Même en prison, Ait Ahmed n'en continua pas moins son combat. Il participe, entre autres, à l'idée de créer le GPRA (gouvernement en exil). Une fois l'indépendance de l'Algérie acquise, Si El Hocine refusa que la Constitution algérienne ne soit pas l'oeuvre des élus dont il faisait partie et reprit son combat pour les libertés en créant, en septembre 1963, son propre parti, le FFS. Il fut arrêté un an plus tard. Après deux années en prison, il réussit à s'évader de la prison d'El Harrach (1er mai 1966) et gagne la Suisse où il a poursuivi, inlassablement, son combat pour la démocratie. Ce n'est que 23 ans plus tard (décembre 1989) qu'il retourne en Algérie à la faveur de l'ouverture politique. Fidèle à ses convictions et à sa lutte pour les libertés, il refusa l'annulation des élections législatives en janvier 1992 et organisa une imposante manifestation pacifique avec pour slogan «Ni république intégriste ni Etat policier». L'avenir lui a donné raison. L'intégrisme a été vaincu après une décennie particulièrement sanglante. Il a fallu attendre une autre décennie pour voir la police politique se retirer des institutions de l'Etat à la faveur de la levée de l'état d'urgence. Ce résumé de la vie de Dda l'Hô est forcément arbitraire devant le peu d'espace dont nous disposons. L'important à retenir est que même après avoir rendu l'âme, Ait Ahmed a continué à servir son pays. L'impressionnant défilé des personnalités algériennes, de tous bords politiques, venues présenter leurs condoléances, témoigne que l'unité des Algériens, si chère au défunt, est une réalité. Que les valeurs qu'il défendait (religieuse, sociale et de liberté) ont triomphé. Merci Dda l'Hô d'avoir fait de nous des êtres humains libres. Tous les Algériens, unis, prient «Dieu Le Tout-Puissant de t'accueillir dans Son Vaste Paradis»!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha