Prévisions pour le 21 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
32
 Tamanrasset Min 20 °C Max 28 °C
30
 Tlemcen Min 16 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 18 °C Max 26 °C
30
 Saïda Min 16 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
47
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 25 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 23 °C Max 34 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 22 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 30 °C
30
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

Le CNES et les 81% de célibataires

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

9 millions d'Algériennes ne trouvent pas de maris. Moins de 20% seulement de nos jeunes se marient. C'est le Cnes qui avance ces chiffres. Pourtant, notre pays enregistre un million de naissances annuellement. Pour comprendre n'allez surtout pas sur le site Web du Cnes. Pour éviter d'être surpris!...

Paradoxes! Passeport biométrique. Carte d'identité biométrique. Carte grise, permis de conduire, état civil et bien d'autres formulaires et documents sont accessibles par simple clic sur le computer. Incontestablement, le ministère de l'Intérieur enregistre de grandes avancées dans le domaine des Ntic. Au plus grand bénéfice du citoyen. Pour l'arracher des griffes de la bureaucratie. Pour lui simplifier la vie dans sa relation avec le «guichet». En un mot comme en cent, les efforts du département dirigé par Bedoui sont à saluer bien bas.
On peut également saluer le ministère de la Justice, pour ce même type d'efforts, nos responsables des impôts, ceux des douanes et quelques autres. Bref, les institutions, les organismes publics et même privés qui ont le souci de la transparence avec cette forme de communication du troisième millénaire existent. Et il y a un bon nombre d'entre eux qui font de la résistance et continuent à travailler en «circuit fermé». En quantité non négligeable. Ils se reconnaîtront et les citoyens qui effectuent des démarches auprès d'eux, le savent à leurs dépens. Et c'est précisément lorsque la nécessité de s'adresser à eux se pose que l'on remarque si leur volonté de transparence est réelle ou pas. Cette semaine, c'est le Cnes (Conseil national économique et social) qui s'est illustré par un rapport sur «le développement humain en Algérie». Un rapport qui dresse «un état matrimonial angoissant: ils sont 81,2% jeunes de 25 à 29 ans à être célibataires» nous dit notre ami et confrère, Brahim Takheroubt, dans notre édition d'hier. Le plus naturellement du monde, nous avons voulu en savoir plus sur cette «catastrophe». Par quel moyen? Sur le site Web du Cnes pardi! Nous avons pris la peine de nous rendre sur le site de cet organisme pour avoir plus de détails et comprendre comment près de la moitié de la population ne se marie pas (50% de femmes d'une population de 40 millions). On vous livre in extenso le texte de «bienvenue» par lequel les visiteurs sont accueillis. Appréciez: «Le site Web du Conseil national économique et social (Cnes) est présentement en reconstruction. A une échéance qui est programmée pour la fin du mois de janvier 2014, le site Web de cette institution consultative nationale ambitionne de s'élever à hauteur des standards les plus avancés pour, précisément, intégrer les exigences requises par les technologies communicationnelles up to date.» Vous avez, comme nous, bien lu que le site devait être prêt «à la fin du mois de janvier 2014». Nous sommes en février 2016. Le site est toujours «en construction». Deux années d'immobilisme affiché publiquement sans la moindre gêne. Sans aucune honte. Surtout pour un organisme «conseilleur». Le cordonnier mal chaussé qui vous donne des «conseils» sur la meilleure façon de vous chausser. A ce stade, les chiffres qu'il avance sur les célibataires et les «9 millions de femmes en âge de procréer qui ne trouvent pas de mari» prennent forcément du «plomb dans l'aile». Comme si cela ne suffisait pas, le Cnes pousse le bouchon plus loin et se permet de relever, dans ce même rapport «le manque de mécanismes de consultation et de coordination entre les différentes institutions s'occupant de la problématique de la jeunesse». Les rédacteurs du rapport ne se rendent même pas compte qu'ils donnent l'impression de s'adresser à eux-mêmes. Evoquer le «manque de mécanismes de consultation» quand on est soi-même pas «consultable» c'est un peu fort de café. Pour trouver ceux qui refusent «d'épouser» les nouvelles technologies, il ne faut pas chercher trop loin. Quant au souci de simplifier la vie du citoyen et l'aider à mieux comprendre les facettes de la société dans laquelle il vit, cela ne semble pas faire partie des priorités de notre illustre «conseil». Ceci étant dit et pour aller plus avant sur ce chiffre de 81% de nos jeunes qui restent célibataires, il est indispensable de trouver la corrélation de ce nombre avec près de 2 millions de nouveaux logements qui ont été distribués durant la dernière décennie. Plus d'un million d'autres logements sont en cours de réalisation. Sachant que le logement est le premier facteur favorisant le mariage. Si l'on y ajoute le million de naissances (d'accouchements) enregistré chaque année et si l'on déduit le premier et le troisième âge non concernés par la procréation, on constate que seuls des triplés, voire des quadruplés peuvent justifier le taux de 81% de célibataires. C'est le travail de nos sociologues!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha