Prévisions pour le 21 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
32
 Tamanrasset Min 20 °C Max 28 °C
30
 Tlemcen Min 16 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 18 °C Max 26 °C
30
 Saïda Min 16 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
47
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 25 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 23 °C Max 34 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 22 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 30 °C
30
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

Xi Jinping et l'anniversaire de Bouteflika

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le premier magistrat chinois a souhaité bon anniversaire au premier magistrat algérien. Cela s'est passé cette semaine. L'événement mérite une halte. Histoire de réfléchir. Alors faisons-le ensemble!...

Gratitudes. Cette semaine, nous avons retenu de l'actualité une information qu'aucun média n'a relevée. Hier, 2 mars, c'était l'anniversaire de notre président, Abdelaziz Bouteflika. L'événement n'a pas échappé au président chinois, Xi Jinping. A cette occasion, il lui a adressé un message dans lequel il lui a exprimé «ses meilleurs voeux et ses sincères félicitations». Une marque d'attention qui, tout à la fois, titille notre fierté tout en nous marquant un point d'avance. Fierté parce qu'il s'agit du président de la République algérienne et donc à travers lui, tous les Algériens qu'il représente. Quant au point d'avance, ces voeux, partis de Pékin sont arrivés avant ceux qui auraient eu comme point de départ le territoire national. Ce qui donne à réfléchir. Le président Xi Jinping, dans son message de voeux à notre président, commence ainsi: «En tant que grand ami du peuple chinois, vous avez apporté une contribution historique au développement des relations sino-algériennes.» C'est donc par gratitude que le président chinois n'a pas hésité à formuler ses voeux de bon anniversaire au président algérien. Un geste d'une valeur humaine incontestable du premier magistrat d'un aussi grand pays que la Chine. Belle leçon d'amitié, de reconnaissance et de grand respect car d'autres occasions auraient pu servir au dirigeant chinois pour exprimer cette «contribution historique». Il a préféré être au rendez-vous de ce moment hors du champ politique comme pour rappeler qu'en toute chose les valeurs humaines et les sentiments sont, non seulement présents, mais rythment l'ensemble de nos actions. Du coup, tout cela nous plonge dans une profonde méditation. Pour tous les Algériens, le président Bouteflika est plus qu'un «grand ami». C'est le père. C'est le frère. C'est un membre de la famille. De cette grande famille de 40 millions d'Algériens. Il a agi comme tel dès son élection en 1999. C'est lui qui a réussi ce qui paraissait impossible à l'époque. Il faut se rappeler que la haine et le sentiment de vengeance étaient répandus après 10 années de déchirures fratricides et des souffrances encore vives. Il a su pourtant trouver les voies et moyens pour apaiser les coeurs, soigner les blessures et nous convaincre que seule la Réconciliation nationale pouvait nous sortir d'affaire. Aujourd'hui, tous les Algériens s'accordent à reconnaître qu'il avait raison. Qu'il avait vu juste. C'est ainsi qu'il a ramené avec lui la paix dans la «maison». Il faut se rappeler qu'il a eu également le souci de répandre le bien-être social. Depuis son arrivée nous ne courons plus dans les rues à la recherche d'un point d'eau. Ce précieux liquide coule aujourd'hui dans les foyers grâce à sa politique de développement. De même pour le raccordement des foyers au gaz naturel. L'image des bambins croulant sous les bouteilles de gaz vides, surtout en hiver, pour se réapprovisionner n'est plus loin de s'effacer à jamais. Surtout en milieu rural. Le sentiment de délivrance est tellement profond que chaque raccordement est suivi par des youyous et des «vive notre président Bouteflika!» qui jaillissent des gorges de ceux et celles qui allument, pour la première fois, leur chauffage ou leur cuisinière au gaz qu'on «ne recharge pas». Point besoin de se rappeler, puisque la distribution se poursuit, ces millions de familles tirées des bidonvilles et qui, comme dans un rêve, se voient remettre les clés de logements flambant neufs. Les «vive Bouteflika!» se multiplient parmi ces citoyens, étranglés par l'émotion et qui décrivent le moment comme étant celui de leur «renaissance». L'augmentation des salaires c'est aussi lui. Plus important encore, c'est toujours au président Bouteflika que les Algériens doivent le maintien et la consolidation de la paix malgré toutes les turbulences extérieures. Sa décision de rembourser la dette a permis de tenir à distance les créanciers qui voulaient nous «arracher la peau» avant son arrivée. Il a su nous faire éviter la bourrasque du «printemps arabe» qui souffle depuis 5 années. C'est aussi grâce à lui et à sa clairvoyance que la chute du prix du baril de pétrole n'a pas eu de conséquences brutales. S'il y a une image pour rassembler tout ce que nous devons à ce frère, à ce père, celle du commandant de bord d'un avion qui après avoir traversé des turbulences est mené, malgré tout, à bon port. Que font les voyageurs qui se tenaient le ventre tout au long du voyage? Ils applaudissent dès l'atterrissage lorsque les roues de l'appareil roulent sur le tarmac. C'est ainsi qu'ils remercient le commandant de bord et lui expriment leur gratitude. Nous sommes dans le même cas, dans notre pays, depuis 1999. Pour toutes les raisons rappelées plus haut. Hier c'était l'anniversaire de notre «commandant de bord». Même si les Chinois nous ont devancés, il n'est pas trop tard pour nous d'exprimer notre gratitude et notre affection. Happy Birthday! Et longue vie à notre président, Abdelaziz Bouteflika!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha