Prévisions pour le 26 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 37 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 27 °C
30
 Batna Min 14 °C Max 22 °C
28
 Biskra Min 20 °C Max 30 °C
47
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
34
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 25 °C
11
 Mascara Min 16 °C Max 26 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 30 °C
47
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 33 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 20 °C
12
 Mila Min 16 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 27 °C
47
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

Algérie France et le dossier des archives

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le ministre français des AE a estimé, mardi dernier, que les Algériens n'ont pas «bien entendu» le message du 19 mars de son président. Nous voulons le rassurer tout en lui expliquant que pour «sauter de joie», il faut que...

Engagement public. Toute parole présidentielle a un sens et engage l'Etat qu'il incarne. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean Marc Ayraut, en visite dans notre pays, a considéré, dans une déclaration qu'il a faite au sortir de l'audience que lui a accordée le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, que le discours du 19 mars dernier du président français, François Hollande, «contenait un message fort qu'il faut entendre». C'est pourquoi nous avons choisi le sujet, cette semaine, pour dire que le message a été entendu et sa force bien mesurée même s'il est vrai que nos médias, publics et privés, ne l'ont pas mis en exergue. Est-il utile de rappeler que le 19 mars est une date historique pour l'Algérie et la France? Même si elle est perçue différemment ici et là-bas. Pour l'Algérie c'est le jour de la victoire d'une guerre de huit années menée pour libérer le pays d'une colonisation de 132 années. Pour la France c'est plus mitigé. Le président Hollande, dans son discours en question, a cité cinq perceptions différentes. Celle des appelés français pour qui c'était le bonheur de retourner au pays. Celle de l'armée française que la guerre d'Algérie avait «profondément déchirée». Celle des Français d'Algérie pour qui c'était «un jour de détresse...et le départ d'une terre qu'ils considéraient comme la leur». Celle des harkis pour qui, ce jour-là «était lourd de menaces, pour eux et pour leurs familles et qui ont été dramatiquement abandonnés par la France». Et enfin celle des Français de métropole qui avaient hâte de vivre en paix et qui «le 8 avril 1962, approuvèrent par plus de 90% de suffrages le contenu des accords d'Evian». C'est-à-dire l'indépendance de l'Algérie. Toutes ces citations sont extraites du discours du président Hollande. Après cette «visite» historique, le président Hollande a abordé la partie «forte» de son message. «Je veux également encourager la recherche historique sur la guerre d'Algérie comme sur la présence de la France en Algérie... Depuis 2008, nos archives sur cette période sont pour l'essentiel ouvertes, mais ici, je le dis, elles devront l'être entièrement, ouvertes et mises à la disposition de tous les citoyens. Leur accès sera facilité par la mise en ligne de toutes ces ressources.» Que Jean-Marc Ayrault se rassure, nous avons si bien entendu le message que son interprétation en devient aisée. Si le président Hollande déclare vouloir «encourager la recherche historique», cela revient à reconnaître qu'elle ne l'avait pas été précédemment. Ce qui est juste et nourrit la confiance recherchée par le partenariat d'exception actuel. Pour les archives de 2008 une précision s'impose. Il s'agit d'images d'actualité (1862 documents au total couvrant la période entre 1940 et 1962) qui ont été mis à la disposition de la télévision publique algérienne (Eptv) au terme d'un accord signé avec l'INA (institution française qui détenait ces documents), en décembre 2007. Ce n'est point négligeable, mais cela reste tout de même parcellaire. Et c'est tout le sens que nous accordons à l'insistance du président Hollande lorsqu'il a déclaré «mais ici, je le dis, elles (les archives, Ndlr) devront l'être entièrement, ouvertes et mises à la disposition de tous les citoyens». Avec cette précision «Leur accès sera facilité par la mise en ligne de toutes ces ressources». Ce qui, d'une certaine manière, règle le dossier de la restitution des archives réclamée par l'Algérie depuis l'indépendance en un «clic». L'idée de mettre en ligne «entièrement» les archives est une «sortie honorable» qui ferme un dossier qui a empoisonné les relations entre les deux pays durant plusieurs décennies. Sauf erreur, c'est la seule façon «d'entendre le message fort». L'intéressant également à relever dans ce message présidentiel est qu'il cite les archives «sur la guerre d'Algérie comme sur la présence de la France en Algérie». C'est-à-dire depuis 1830 et non plus depuis 1954 seulement. Reste, cependant, la notion du temps qui a son importance car il faudra numériser toutes ces archives pour les mettre en ligne. Bien que le président Hollande a dit «souhaiter (que ces archives) soient traitées en priorité», cela ne renseigne pas sur le temps que cela prendra. Il ne faudrait surtout pas que des difficultés techniques servent d'alibi pour renvoyer aux calendes grecques l'ouverture de ces archives. D'une manière générale, les hommes politiques ont l'art et la manière de faire «avaler des couleuvres» aux opinions publiques. Nous aurons la faiblesse de croire que le président Hollande n'use pas de cette pratique, sachant qu'il tient tellement à instaurer un climat de confiance entre les deux pays. Cette petite réserve faite, les historiens auront tous les «matériaux» qui leur manquaient pour travailler sur les chaînons manquants de la longue et douloureuse histoire pour les deux pays. On en parle peu, mais la guerre d'Algérie a coûté à la France «30.000 tués ou disparus...et 60.000 blessés», selon les chiffres du président Hollande. Sans compter ceux du corps expéditionnaire de 1830 à 1954. Un «vide» qui sera comblé par les archives. Toutes les archives!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha