Prévisions pour le 23 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 33 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 25 °C
32
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 29 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 28 °C
32
 Saïda Min 17 °C Max 29 °C
34
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
28
 Tindouf Min 24 °C Max 35 °C
32
 Khenchela Min 12 °C Max 23 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
32
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

Les Espagnols vont réguler la circulation à Alger

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

C'est officiel. Comme pour l'eau avec Suez, comme pour l'aéroport d'Alger avec APP, les embouteillages de la capitale ont été donnés en concession aux Espagnols. A quand une concession pour les ascenseurs en panne?...

Feu vert. L'installation des feux rouges dans nos villes et surtout dans la capitale semble avoir été frappée par le mauvais sort. Depuis l'indépendance aucun nouveau feu rouge n'a été installé dans la capitale. Ceux qui existaient rendaient l'âme au fil du temps. Pour ceux qui s'en rappellent, il y avait les feux rouges du carrefour de Bougara. Ils ont été «avalés» par la trémie. Les seuls qui restent, tels des vestiges, en fonctionnement sont ceux de Tafourah. Il est vrai que des «expériences» sont tentées comme par exemple à Kouba où une nouvelle signalisation a été installée. Une petite «hirondelle» que l'on retrouve ici et là à travers le territoire national comme à Koléa, cette petite ville de la wilaya de Blida. Sinon, aucun plan de circulation global et durable n'a pu voir le jour. On y a cru en 2006 lorsque l'APW d'Alger avait annoncé le lancement d'un appel d'offres pour «des feux tricolores intelligents au niveau de 100 carrefours». Une autre «intelligence» les a enterrés. Il faudra attendre 2015 pour apprendre du wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, «qu'une commission est en train de travailler sur les offres». C'était au cours d'un entretien en octobre 2015. Il ne dit pas si la commission a commencé ses travaux en 2006 ni sur quelles offres elle «travaillait» puisque juste après, il ajoute: «Nous avons lancé trois appels d'offres auparavant qui étaient à chaque fois infructueux. Les entreprises ne remplissaient pas les conditions mentionnées dans le cahier des charges.» 6 mois plus tard, en avril dernier, dans un autre entretien, le wali donne la solution de rechange qui est de «lancer un partenariat avec des étrangers pour la réalisation des feux tricolores». C'est ce que vient de confirmer, mardi dernier, le ministre des Transports, Boudjema Talai, au forum du quotidien national Ech-Chaab. En précisant qu'il s'agit d'«une société mixte algéro-espagnole spécialisée dans la régulation et la gestion de la circulation routière sera créée prochainement pour régler le problème des embouteillages à Alger». Il a même ajouté que «Le projet de création de cette société mixte a été validé récemment par le Conseil des participations de l'Etat (CPE) et devrait être opérationnel d'ici un mois.» El Hamdoullilah! Et quelles sont les missions de cette future société mixte? «Elle sera chargée de gérer un nouveau système de régulation de la circulation routière par la signalisation avec une commande centralisée qui régule les flux de circulation d'une manière automatique» répond le ministre. Il a même tenu à préciser que «ce système (est) utilisé dans les grandes villes et capitales européennes». Pour ceux qui croiraient que c'est du n'importe quoi. Non! C'est mieux que les 100 feux «intelligents» de l'APW de 2006. Aujourd'hui Zoukh parle de 500 feux. Chercher l'erreur. Talai sème l'espoir en promettant aux autres grandes villes du pays de les doter de ce système dans une seconde phase. La question qui se pose légitimement est de savoir si cette fois c'est la bonne. Si ça ne sera pas «infructueux» encore une fois. Non car cette fois il s'agit de concession. Nous en avons l'habitude. Nous l'avons fait pour la gestion de l'aéroport d'Alger. Pour la distribution de l'eau potable. Les résultats sont plutôt satisfaisants. Oui, mais alors pourquoi a-t-on tardé avant de choisir cette formule pour réduire les encombrements dans les villes? Cela a tout l'air d'un sérieux coup de poing sur la table au plus haut niveau de l'Etat. Peut-être même du président de la République lui-même. Il faut dire qu'il y a de quoi perdre patience après une attente de toute une décennie. Pour de simples feux rouges. Enfin, presque simples puisqu'il faut juste bien les programmer pour synchroniser leurs fonctionnements. Donc et si tout va bien, la circulation routière dans la capitale sera entièrement «robotisée» à partir d'un centre de commande chargé de la régulation. Si tout va bien disions-nous, car il ne s'agit jusque-là que de déclarations. Et puis il faut ajouter ce que nos responsables entendent quand ils parlent d'Alger. Quand ils disent la capitale cela ne veut pas dire qu'ils pensent forcément à la wilaya d'Alger. C'est toute la différence entre Alger-Centre et l'ensemble des 57 communes qui s'étendent sur près de 1200 km2. C'est toute la différence entre la vitrine et les «arrière-boutiques». Restons toutefois optimistes pour souhaiter que cette fois-ci sera la bonne et que nous aurons, dès la rentrée, moins de stress à circuler en voiture dans la wilaya d'Alger. Au fait, pourquoi ne pas adopter la même formule et créer une autre société mixte avec un partenaire étranger pour la maintenance des ascenseurs en panne dans le pays? Donner en concession cette autre source de malvie!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha