Prévisions pour le 23 Octobre 2018

 Adrar Min 20 °C Max 31 °C
28
 Laghouat Min 10 °C Max 20 °C
30
 Batna Min 9 °C Max 14 °C
39
 Biskra Min 16 °C Max 25 °C
30
 Tamanrasset Min 18 °C Max 31 °C
30
 Tlemcen Min 12 °C Max 19 °C
28
 Alger Min 16 °C Max 22 °C
39
 Saïda Min 10 °C Max 21 °C
28
 Annaba Min 17 °C Max 21 °C
39
 Mascara Min 12 °C Max 21 °C
28
 Ouargla Min 17 °C Max 23 °C
30
 Oran Min 16 °C Max 24 °C
28
 Illizi Min 17 °C Max 28 °C
28
 Tindouf Min 18 °C Max 21 °C
26
 Khenchela Min 8 °C Max 14 °C
28
 Mila Min 12 °C Max 18 °C
39
 Ghardaïa Min 14 °C Max 22 °C
30
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

Guerre d'Algérie, qui combattait qui?

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Macron s'est rendu chez les Audin. Le film sur Larbi Ben M'hidi fait parler de lui. Une semaine d'histoire. En principe, l'histoire de la guerre d'Algérie. Une guerre que les Algériens ont menée contre la France coloniale. En principe seulement car...

Honnêteté intellectuelle. Cette semaine, la reconnaissance officielle par le président de la République française, Emmanuel Macron, de la torture durant la guerre d'Algérie, a fait la Une de l'actualité. C'est un pan de l'histoire de l'Algérie qui a été abordé. L'occasion nous est ainsi donnée pour relever l'orientation tendancieuse des publications les plus visibles, éditées sur ce sujet. Le premier point qui doit être relevé est que tous les écrits concernent la période de 1954 à 1962. Comme s'il s'agissait de toute l'histoire de l'Algérie coloniale. La période de 1830 à 1954 est très peu abordée. Sauf peut-être pour pousser jusqu'à la naissance du mouvement nationaliste, c'est-à-dire au début du XXe siècle. Mais avant de revenir sur ce deuxième aspect, voyons de plus près le premier. De tous les livres consacrés à la guerre d'Algérie ou de la guerre de Libération nationale selon qu'il s'agisse d'auteurs français ou algériens, presque tous versent dans des conflits réels ou supposés entre des responsables du FLN et de l'ALN. Quand il est question de Messali c'est son «zaïmisme» qui est mis en exergue avant de s'appesantir sur le combat fratricide entre le MNA et le FLN. De son long combat contre les forces françaises d'occupation qui lui a valu de nombreux séjours en prison, très peu d'ouvrages lui sont consacrés. Ou lorsqu'ils le sont, leurs intérêts sont d'exceller dans l'anecdotique. Alors qu'il représentait la résistance algérienne durant une trentaine d'années. C'est tout de même le premier résistant à avoir demandé publiquement l'indépendance de l'Algérie. C'est son désaccord avec le FLN et la rivalité meurtrière de ses militants contre les moudjahidine qui va primer sur son action de plusieurs décennies contre l'occupant français. Certes, des erreurs tragiques ont été commises par lui, mais de là à occulter son sacrifice pour la libération de son pays l'Algérie et faire l'impasse sur les atrocités commises dans le même temps par les forces coloniales sur les populations civiles indigènes, il y a comme un jeu vicieux inadmissible auquel s'adonnent des intellectuels de là-bas avec leurs relais d'ici. On retrouve ce jeu vicié dans les écrits publiés sur la période 1954-1962. Dans pratiquement tous les ouvrages, les Algériens se battent contre d'autres Algériens. Quant à la France coloniale avec ses exactions, elle est purement et simplement épargnée. Combien sont-ils à savoir que le Premier ministre de De Gaulle, Michel Debré, était pour l'Algérie française et contre son président de la République? Par contre, il se trouve même des cinéastes algériens pour nous faire avaler l'idée que Ben Bella aurait giflé Ben M'hidi. Au lieu de creuser pour savoir pourquoi Ben M'hidi a été, après son arrestation suffisamment médiatisée, assassiné par les services secrets français. Pourquoi ce sort lui a-t-il été réservé? Pourquoi la France avait besoin de l'éliminer? En quoi ce dirigeant algérien était-il différent de ceux qui ont été arrêtés après le détournement de leur avion? C'est aussi la question qui devrait être posée concernant Maurice Audin. Pourquoi devait-il disparaître? Lui et pas les autres arrêtés en même temps que lui? Combien de livres ont été consacrés à Teitgen, à Bollardière pour leur prise de position contre les disparitions et la torture? Combien de livres ont été consacrés à l'OAS? Cette organisation terroriste qui poussa jusqu'à tenter un coup d'Etat et qui, après avoir échoué, tenta plusieurs fois d'attenter à la vie du général de Gaulle. Pour résumer, tous les livres dits «d'histoire de l'Algérie», édités depuis l'indépendance, sont tendancieux. Parce qu'ils ne se consacrent pas exclusivement, ou à tout le moins en grande partie, au combat qui opposait deux parties en présence, le pouvoir colonial et le Front de libération nationale et son armée. Comme on a l'impression que les dirigeants algériens passaient leur temps à se «tirer» dessus en oubliant même la France et ses exactions. D'ailleurs, la citation attribuée à Larbi Ben M'hidi sur la lutte pour le pouvoir est un Fake News. Qu'on nous cite le nom du témoin qui a rapporté cette ineptie? La meilleure preuve de cette orientation maléfique de l'histoire se trouve dans la période de 1830 à 1954. Combien de livres expliquent ces étapes planifiées (expédition punitive, colonisation puis annexion)? Combien de ces livres ont été consacrés aux enfumades? Au Code de l'indigénat? Au décret Crémieux? Au taux d'analphabétisme en 1962? A l'espérance de vie? Il est temps que les intellectuels algériens honnêtes dénoncent publiquement cette manipulation de notre histoire. En attendant d'écrire nous-mêmes l'histoire de l'Algérie pendant (toute) l'occupation française!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha