Prévisions pour le 15 Decembre 2018

 Adrar Min 7 °C Max 17 °C
32
 Laghouat Min 5 °C Max 13 °C
32
 Batna Min 2 °C Max 9 °C
39
 Biskra Min 8 °C Max 18 °C
23
 Tamanrasset Min 8 °C Max 21 °C
34
 Tlemcen Min 3 °C Max 13 °C
30
 Alger Min 8 °C Max 16 °C
39
 Saïda Min 2 °C Max 12 °C
30
 Annaba Min 12 °C Max 16 °C
23
 Mascara Min 3 °C Max 14 °C
30
 Ouargla Min 10 °C Max 17 °C
32
 Oran Min 8 °C Max 17 °C
30
 Illizi Min 5 °C Max 16 °C
32
 Tindouf Min 10 °C Max 20 °C
32
 Khenchela Min 1 °C Max 8 °C
11
 Mila Min 7 °C Max 12 °C
39
 Ghardaïa Min 7 °C Max 15 °C
32
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

La fin du téléphone fixe a commencé

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Après les opératrices de l'interurbain et de l'international, c'est carrément au tour du téléphone fixe classique de se diriger, maintenant, vers le musée. Il n'y a de place que pour le mobile. Aux Etats-Unis c'est déjà une réalité. La France commence aujourd'hui. Et chez nous?...

Il était une fois. Les cabines téléphoniques au coin de la rue ont disparu sans bruit. Les taxiphones ont, à leur tour, baissé rideau sans se faire remarquer. Ces deux exemples, pas si lointains, suffisent pour mesurer la vitesse du progrès en général et de la téléphonie (notre sujet aujourd'hui) en particulier. Nous ne l'avons pas choisi par hasard. Si aux Etats-Unis cela fait belle lurette que le téléphone fixe classique avec sa fiche en forme de T a disparu du paysage, c'est au tour de la France d'enterrer le bon vieux téléphone fixe. C'est en effet aujourd'hui qu'un des opérateurs français (Orange) arrête de commercialiser les abonnements au téléphone fixe. C'est SFR qui a été le premier opérateur français à avoir cessé d'installer le téléphone fixe. En fait et pour être plus précis, ce n'est pas aujourd'hui que le téléphone fixe doit disparaître. Il faudra un peu plus de temps. Disons que c'est le commencement de la fin. Ceux qui ont déjà le téléphone fixe pourront l'utiliser encore pour un certain temps, mais plus aucun nouvel abonnement ne sera commercialisé en France. Comme c'est déjà le cas dans les pays avancés. Autre précision, il s'agit de basculer du réseau téléphonique commuté (RTC) vers le protocole IP (Internet Protocol). On passe de la prise en T à un boîtier (box Internet). Plus simple encore, on passe de l'analogique au réseau numérique. Il ne s'agit pas non plus de supprimer le réseau filaire ou si vous voulez, le réseau cuivré. Pas pour l'immédiat au moins. Il faudra cependant changer d'appareils. Quoi qu'il en soit, le futur en matière de téléphonie est déjà visible. La transition qui s'opère aujourd'hui sur la rive Nord de la Méditerranée nous atteindra forcément. Comme par le passé. Il n'est pas très loin le passage par l'opératrice pour obtenir un numéro dans une autre wilaya du pays. On formait à l'époque le 15. Pour l'international c'était le 10. Le plus grand changement c'est surtout le téléphone mobile qui a complètement bouleversé notre vie quotidienne. Pas un seul Algérien, pas une seule Algérienne qui ne possède pas son smartphone. Mis à part quelques personnes âgées qui refusent d'être «dépendantes» du mobile ou qui n'arrivent pas à s'adapter, tout le reste de la population, du plus petit au plus grand, utilise le téléphone mobile. Alors que fait-on avec le téléphone fixe chez nous? Il nous permet d'avoir l'Internet à la maison pour connecter nos micro-ordinateurs. En réalité, le téléphone fixe est déjà «mort» dans notre société. Les familles ne s'appellent plus par ce moyen. Surtout que le téléphone mobile via des applications comme «Viber» permet de téléphoner gratuitement. Et même de se voir grâce à la vidéo incorporée. Reste le monde du travail. Les organismes publics et privés continuent de communiquer via le fixe. C'est plus commode pour les secrétaires qui filtrent les appels. Cela permet aussi d'utiliser encore le fax pour les dirigeants qui ont des difficultés à se reconvertir aux mails. Ou ceux qui aiment le «papier». Il ne faut surtout pas croire que le changement total n'interviendra que dans un siècle. Les appareils de téléphone (fixe) à touches qui ont remplacé le cadran ne datent que des années 1990. C'est dire la vitesse du progrès et celle de la mémoire qui efface tout. D'ailleurs, même les cybercafés qui ont pris la place des taxiphones sont de moins en moins nombreux. Ceux qui s'accrochent font le travail de «l'écrivain public». Ils téléchargent des documents pour leurs clients. Certains s'occupent même des visas de voyages. Tout cela pour se maintenir en activité. Il est clair que notre gouvernement est conscient de ce changement. Nous sommes, en ce 3ème millénaire, à l'ère des technologies nouvelles, de la numérisation et de la connectivité. Rien à voir avec le télégraphe et son alphabet morse. Nous sommes dans la visioconférence, la télémédecine, le télétravail, le e-commerce, etc. Toute chose où le téléphone fixe n'a pas sa place. Dernière précision de taille. La fibre optique n'est pas remise en cause dans ce basculement téléphonique. Pourquoi? Même si le triple play (Internet, téléphonie fixe et télévision) est actuellement lié à la fibre optique, il est possible d'avoir par ce moyen uniquement Internet. Sans téléphone ni télévision. De plus, le débit et la vitesse que permet la fibre n'ont pas d'équivalents. Ceci pour ne pas tout mélanger et tenter de remettre en cause le maillage en fibre optique en cours actuellement dans notre pays. Au final, le commencement de la fin du téléphone fixe dans notre pays ne date pas d'aujourd'hui. Tous les foyers algériens qui disposent d'une ligne téléphonique fixe ne l'utilisent que pour avoir l'Internet. Le jour où ils pourront avoir l'Internet sans le téléphone fixe, ils ne se feront pas prier!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha