Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Chroniques | L’envers du décor |

Miss Algérie et la joie de vivre dans notre pays

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Les réseaux sociaux se sont enflammés après le concours de beauté 2019 en Algérie. Des médias étrangers s'y sont sournoisement mêlés. Ici les Algériens ne veulent plus de la sinistrose. Ils font la fête. Après le réveillon et l'élection de leur Miss, ils s'apprêtent à fêter Yennayer. Dans la joie et la bonne humeur...

Manip'! Le mode de vie des Algériens évolue dans le bon sens. Les fêtards du réveillon de fin d'année ne se cachent plus. Les placards de pub des hôtels qui ont organisé des «spécial réveillon» s'étalent dans les médias locaux. Des familles entières s'en vont visiter le Grand Sud. Les soirées musicales se multiplient à travers le pays et attirent de plus en plus de spectateurs. Seuls ou en famille. Les sorties du week-end deviennent monnaie courante grâce aux parcs d'attractions qui poussent comme des champignons. On y trouve des couples. Des familles nombreuses. Des enfants qui courent joyeusement. Des grands-parents qui ne veulent pas être en reste dans ces moments de détente et de joies. Bref, on «respire» de mieux en mieux dans notre pays. Dans quelques jours, une autre fête aura lieu. Celle de Yennayer, le jour de l'an amazigh. La journée sera fériée. Chômée et payée. Par décret signé par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, lui-même. C'est dire sa volonté de poursuivre son oeuvre de Réconciliation nationale commencée au début de son arrivée à la tête de l'Etat. Yennayer c'est la réconciliation avec notre histoire. Avec l'une des composantes de notre identité. Bien évidemment, quelques esprits rétrogrades, incultes et donc retors expriment leur opposition à ce retour aux sources. Ils tentent de jouer aux trouble-fêtes. En vain. Les Algériens qui applaudissent ce renouveau de leur mode de vie sont plus nombreux que ces adeptes de l'obscurantisme. L'Algérie avance. Les tabous tombent les uns après les autres. L'essentiel est de vivre. De bien vivre dans notre beau et magnifique pays. Les lignes bougent tellement qu'un concours de beauté créé courageusement par un Algérien au milieu des années de sang et de larmes (en 1996) et qui avait disparu toute une décennie pour cause de maladie, puis du décès de l'organisateur, a refait surface en 2013. C'est le fils du défunt qui a repris le flambeau. Depuis et chaque année, nous avons droit à l'élection de Miss Algérie. La toute récente version 2019 a créé le buzz tant sur les réseaux sociaux que sur les médias étrangers. Nous avons assisté à une déferlante de haine anti-algérienne et de récupération politique de cette élection de beauté. Comment et pourquoi? Il faut préciser que cette année, l'élection de Miss Algérie a eu lieu au Théâtre national algérien Mahieddine Bachtarzi contrairement aux années précédentes où elle se déroulait dans des hôtels privés. Ce qui lui donne un cachet officiel. Signe que le gouvernement est décidé à accompagner et à encourager les Algériens dans leur quête d'une vie meilleure. Ensuite, le titre 2019 est revenu à une très belle jeune fille brune, Khadidja Benhamou, native de la ville d'Adrar. Du coup, des internautes, dont personne ne peut jurer de leur identité se sont rués sur les réseaux sociaux pour contester sa beauté. Elle serait à leur goût trop brune pour être belle. Des médias ont vite fait «d'entrer dans la danse» pour accuser ces internautes de racistes et d'anti-Africains. Des internautes qu'ils présentent indiscutablement comme étant des Algériens. Et le tour est joué. Du moins le croient-ils. En apparence ils prennent la défense de Khadidja. En réalité, cette défense a tout d'un baiser de Judas. Qui peut définir la beauté? Personne, car toute appréciation est subjective. Ce qui est beau aux uns peut être laid aux autres. La beauté est intérieure. Elle n'est ni dans le visage. Ni dans la forme du corps. Ni dans la couleur de la peau. Les critères de sélection du jury attestent que le maintien, l'élégance, l'intelligence et la culture des candidates sont les plus déterminants. Et khadidja a prouvé qu'elle possède ces qualités. En atteste sa réponse à ses détracteurs à qui elle dit «je ne regarde pas les réseaux sociaux». Manière de marquer sa hauteur et sa solidité face à l'adversité. Refusant la polémique pour ne blesser personne. Bravo Khadidja! Là est la beauté de Miss Algérie 2019. Ceci dit, juger un être humain par son origine ou la couleur de sa peau relève d'une pathologie grave. On ne choisit ni ses géniteurs ni son lieu de naissance et encore moins son physique. Par contre, l'intelligence se cultive, l'élégance s'acquiert, tandis que le bien comme le mal font partie de l'éducation. Khadidja est dans ces dispositions, elle qui a déclaré vouloir se consacrer à des oeuvres caritatives. Il n'y a pas plus de racistes en Algérie qu'aux Etats-Unis ou en France. L'homme a été d'abord anthropophage, ensuite esclavagiste puis raciste. De tous les êtres vivants, il reste, malheureusement, le seul prédateur de son espèce sur terre avec les guerres. Mais soyons optimistes. Un jour viendra où il guérira de toutes ces tares. A Khadidja Benhamou, notre Miss 2019, nous adressons toutes nos félicitations et lui souhaitons plein d'autres succès!

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha