Prévisions pour le 20 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 37 °C
32
 Laghouat Min 17 °C Max 29 °C
30
 Batna Min 12 °C Max 24 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 34 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
28
 Tlemcen Min 16 °C Max 25 °C
34
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
4
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
4
 Mascara Min 16 °C Max 25 °C
30
 Ouargla Min 26 °C Max 35 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 22 °C Max 34 °C
30
 Tindouf Min 26 °C Max 36 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
47
 Mila Min 17 °C Max 24 °C
4
 Ghardaïa Min 21 °C Max 31 °C
30
Accueil |Chroniques | On remet ça |

Classements

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«On oublie, dans le classement des grands événements ayant marqué le millénaire, d'inclure la vogue des classements.» Jean Dio

Jadis, à l'époque des plans quadriennaux, des Trois «R» et de la politique de l'équilibre régional, l'Algérien moyen vivait dans un rêve. Il était insularisé, manquait d'informations et il lui était difficile de se situer par rapport aux autres citoyens du monde. Pour cela, il eut fallu qu'il voyageât. Et il fallait pour cela la fameuse autorisation de sortie et un cousin là-bas, avec des devises sonnantes et trébuchantes. L'Algérien était alors optimiste car il ne savait pas à quelle vitesse traînait le radeau de la Méduse où il était embarqué. Maintenant, tout a changé avec la circulation instantanée des informations dans le grand village planétaire: on peut même connaître le montant des comptes en banque de certains corrompus avec l'adresse de leurs résidences en «métropole». Mieux, les organisations internationales pour nous renseigner sur ce qui se passe chez nous dans chaque secteur d'activité. Si l'on devait attendre les institutions spécialisées et leurs courroies de transmission, les «tout-va-bien», l'Algérien mourrait idiot. Evidemment, nous avons nos systèmes comptables qui évaluent chaque année le nombre de véhicules importés, le nombre d'accidents de la route avec le nombre de morts, de blessés, de handicapés et surtout le coût supporté par le budget national. On peut connaître aussi la comptabilité morbide des attentats terroristes et des conséquences qu'ils entraînent. On peut connaître le nombre de repentis qui se sont rendus aux autorités, mais il sera plus difficile de connaître ceux qui font le chemin inverse, pour la première fois ou pour la deuxième fois. Il y a quelques années, il était très facile de connaître le nombre de naissances, de mariages et de décès; avec l'apparition et la persistance des maquis, les chiffres devront être revus. On peut évaluer approximativement le nombre d'analphabètes en soustrayant le nombre de scolarisés du chiffre des naissances en tenant compte, néanmoins, de ceux qui fréquentent les écoles privées...On peut encore connaître le nombre d'inscrits sur les listes électorales, mais il serait impossible d'évaluer, lors d'élections, le nombre exact de votants et d'abstentions: les estimations faites par l'opposition et les résultats affichés par les services officiels sont souvent très différents pour rendre crédible toute information. Il ressort, en fin de compte, que les instruments de mesure pour les statistiques ne sont pas toujours au point pour donner des informations fiables. C'est encore plus aléatoire quand il s'agit d'évaluer le degré de corruption dans un pays qui connaît une gestion chaotique et des années noires de dictature et de terrorisme. Ce n'est pas un hasard si les pays les mieux cotés en matière de corruption sont les pays les plus démocratiques, des pays où les Parlements, les associations civiles agissent dans la transparence quand ce n'est pas dans l'harmonie. Dans le nouveau classement donné par Transparency International pour 2013, ce sont des pays comme l'Irak, la Birmanie et la Somalie qui sont les moins bien classés. Mis à part la Birmanie qui est dirigée par une junte militaire qui a résisté grâce à sa proximité avec la Chine, ce sont des pays comme la Corée, la Somalie et l'Afghanistan qui se situent au bas du classement, l'Algérie se trouvant à une place intermédiaire (94e). Il ressort aussi que les facteurs pris en considération par l'organisme international sont en majeure partie des sondages effectués auprès d'experts, d'hommes d'affaires et d'organismes de surveillance. Donc, les résultats obtenus ne peuvent être qu'approximatifs, si l'on en juge par l'état des lieux dans les pays gangrenés par cette maladie. La pauvreté étant l'une des conséquences les plus visibles de la corruption, le classement serait beaucoup plus fiable si on pouvait «mesurer l'immesurable», c'est-à-dire le fossé qui sépare les riches des pauvres. Plus ce fossé s'élargit, plus la corruption est grande: les instruments de redistribution de la rente étant aux mains des plus riches, c'est-à-dire les auteurs de la corruption. D'autres facteurs peuvent être mis en ligne: le nombre de détournements, le nombre de procès économiques avec leur dénouement, la vitesse d'enrichissement de certains corps de métier, dans l'administration comme dans les secteurs économiques, le nombre de harraga, et surtout le nombre de lois qui ne sont pas appliquées. Mais il ne faut pas être pessimiste pour autant puisque la FIFA nous a placés au top des pays africains.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha