Prévisions pour le 26 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 36 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 27 °C
47
 Batna Min 14 °C Max 23 °C
12
 Biskra Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tamanrasset Min 20 °C Max 30 °C
34
 Tlemcen Min 15 °C Max 25 °C
34
 Alger Min 18 °C Max 27 °C
47
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
32
 Annaba Min 20 °C Max 25 °C
47
 Mascara Min 16 °C Max 28 °C
32
 Ouargla Min 22 °C Max 30 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 28 °C
32
 Illizi Min 24 °C Max 34 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 34 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 21 °C
28
 Mila Min 15 °C Max 27 °C
30
 Ghardaïa Min 21 °C Max 27 °C
34
Accueil |Chroniques | On remet ça |

Les martyrs, cette semaine

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«L’oeil était dans la tombe et regardait Caïn» V. Hugo

Les hommes ont depuis la nuit des temps voué un respect religieux à leurs congénères décédés et les religions pratiquent depuis toujours le culte des morts. Il y a dans l'esprit humain, outre le respect, une certaine appréhension des morts. Beaucoup croient au retour de ceux qui ont cessé de vivre: les uns imaginent simplement des esprits qui viennent visiter en rêve leurs proches ou se manifestent sous forme de phénomènes multiformes tandis que d'autres pensent que c'est sous leur apparence humaine que les chers disparus viennent faire un bref coucou à leurs connaissances. Ce sont en général ceux qui n'ont pas la conscience tranquille qui craignent le retour de ceux qu'on n'attendait plus. Ces fantômes sont réputés pour venir demander des comptes à ceux qui ont trahi leur confiance ou leur parole donnée. La littérature et le cinéma ont exploité à fond cet inépuisable filon qui relève du fantastique ou de l'horreur. C'est en visionnant un film d'apparence de série «B» que j'ai découvert que l'on pouvait faire faire un film qui peut être à la fois commercial et en même temps un film à message. Coming home ou en français «Vote ou crève», est réalisé par un metteur en scène spécialisé dans les films commerciaux de série «B»: Joe Dante.
A la suite d'un voeu émis par un journaliste de la télévision américaine, les victimes tombées sur le front irakien reviennent le jour même de l'élection pour le deuxième mandat de George W.Bush. Ils reviennent pour sanctionner l'auteur du mensonge qui a provoqué une guerre injuste. Le film introduit aussi un plaidoyer contre la possession des armes à feu.
C'est aussi sous l' astucieux angle du retour des martyrs que feu Tahar Ouettar a écrit sa meilleure nouvelle: Les martyrs reviennent cette semaine, une nouvelle qu'il a signée en 1974 à Baghdad, capitale alors du bâathisme triomphant. Elle a été rééditée en 1980 à Alger, au crépuscule du socialisme spécifique, lors de son adaptation au théâtre à la fin des années 1980. Des années plus tard, le texte intéresse toujours. Noué autour de la thématique de la guerre d'indépendance et soutenu par une superbe interprétation littéraire, les personnages de ce sublime récit, tout en étant facétieux ont su rendre la gravité du contexte historique, la chronique a captivé et ému.
La trame fort émouvante a surtout valu par la qualité du discours livré et par le truchement dans lequel Tahar Ouettar interroge non seulement l'histoire mais aborde l'aspect manichéen, voire philosophique de la vie. L'histoire commence par l'annonce du retour des martyrs de la guerre de Libération nationale. Un homme voit en rêve le retour de tous ceux qui sont morts au combat. À leur tête, il reconnaît son propre fils. Il sort de son sommeil et, porté par ce bonheur inespéré, part annoncer la nouvelle à tout le village. Le rêve agit alors comme un révélateur et débusque, un à un les mensonges érigés en système de pensée et de pouvoir. Ce rêve de fou que personne ne prend au sérieux, finit pourtant par réveiller les démons de l'invraisemblable. Et chacun de se positionner alors par rapport à cet événement devenu probable au regard des consciences. Une véritable mise à nu de la société algérienne confrontée à cette terrible dépossession: à l'immense espoir né de l'indépendance fait suite l'étouffement des libertés. La nouvelle de Tahar Ouettar a encore de beaux jours devant elle tant que le message donné par ceux qui ont allumé la mèche du 1er Novembre sera ignoré par ceux qui ont pris la responsabilité d'appliquer une politique qui risque de ramener la majorité du peuple algérien à la période coloniale.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha