Prévisions pour le 26 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 36 °C
32
 Laghouat Min 18 °C Max 27 °C
30
 Batna Min 15 °C Max 21 °C
39
 Biskra Min 20 °C Max 27 °C
28
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 14 °C Max 24 °C
32
 Alger Min 18 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
34
 Annaba Min 20 °C Max 25 °C
11
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
32
 Ouargla Min 22 °C Max 31 °C
30
 Oran Min 23 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 33 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 34 °C
34
 Khenchela Min 12 °C Max 20 °C
39
 Mila Min 16 °C Max 25 °C
39
 Ghardaïa Min 20 °C Max 28 °C
32
Accueil |Chroniques | On remet ça |

Rentrées

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«Tout livre brûlé illumine le monde.» Ralph Waldo Emerson

En France, la rentrée culturelle se caractérise par l'attribution des nombreux prix littéraires décernés par les nombreuses académies et organisations qui, chacune dans son créneau, avec ses propres canons, stimulent une foule d'écrivains qui se pressent pour la distinction et aussi un très large public avide de découvrir les nouveaux talents qui ont muri à l'ombre, une année durant. Nous, nous avons notre Festival international de la BD et notre incontournable Sila pour dire qu'il y a une vie culturelle puisqu'il existe un ministère ad hoc.
La culture est une chose très importante pour tout peuple. Elle permet même aux gens qui n'ont pas atteint un niveau d'instruction très élevé de comprendre les phénomènes, de relier causes à effets, de synthétiser en somme les divers événements qui se déroulent sous leurs yeux ou dont ils prennent connaissance par les différents canaux d'information qui existent. Cependant, l'instruction est à la base de tout, elle permet au citoyen de décoder plus facilement les langages qui circulent dans son environnement, c'est pour cela que les pouvoirs politiques accordent une place très importante au système d'enseignement qui prépare les générations montantes.
Un pouvoir politique qui a pour credo l'épanouissement et le développement de la patrie mettra tout en oeuvre pour fortifier l'école et affermir les bases d'apprentissage des citoyens. Il construira beaucoup d'écoles, formera beaucoup d'enseignants, fera imprimer plus de livres qu'il n'en faut, réfléchira sans cesse à la pédagogie et aux méthodes d'enseignement, effectuera des réformes successives afin d'améliorer la transmission du savoir.
Il privilégiera la ou les langues usitées dans le pays proprement dit. Il valorisera tous les héros ou même les antihéros qu'il essaiera de réhabiliter en enjolivant l'histoire du pays.
Il exagérera les victoires, amplifiera les succès et atténuera ou passera sous silence les défaites, les défaillances et taira les trahisons. Le pouvoir politique qui fait vibrer la fibre patriotique s'emploiera à encourager l'enseignement (ou l'instruction publique, c'est selon le régime) pour toutes les couches de la population, sans distinguo pour riches ou pauvres.
Tout le monde connaît cette image d'Epinal qui montre un Charlemagne visitant une école où les enfants de souche modeste sont meilleurs que les fils des seigneurs. C'est un fantasme né de l'esprit de la IIIe République qui voulait, par idéal républicain et impérialiste, rayonner sur le monde entier. Cependant, il faut reconnaître que c'est cet esprit-là qui a enfanté tant de lumières. Il ne faut pas oublier aussi que tout pouvoir politique s'emploiera, à côté de l'école, à prendre des mesures pour encourager la culture. Et la culture commence par l'encouragement à la lecture. Une bibliothèque qui s'ouvre, c'est une prison qui se ferme. Multiplier les bibliothèques municipales, agir sur le prix des livres par des subventions soutenues et non ponctuelles, mettront le livre à la portée des bourses les plus modestes. Non seulement le livre sera gratuit à l'école primaire, mais il sera disponible en toute saison. Les autres mesures que peut prendre un pouvoir politique patriotique, peuvent avoir pour conséquences le maintien de l'enfant le plus longtemps à l'école. L'école obligatoire jusqu'à 16 ans, l'octroi de bourses d'études à ceux dont les parents ont des revenus insuffisants. L'encouragement pour un enseignement performant ne s'effectue pas seulement par des recettes faciles, des augmentations de budget ou autres mesures matérielles: il faudra redonner au métier d'enseignant l'aura et la considération dont il jouissait jadis: en lui conférant un statut conforme à sa mission sans oublier, bien sûr, la question des salaires et du logement de fonction.
Evidemment, les responsables d'un pouvoir politique devront donner l'exemple en envoyant leurs enfants dans les écoles du pays: les envoyer à l'étranger condamne sans appel l'Ecole nationale et dévalorise ses diplômes.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha