Prévisions pour le 23 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 33 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 25 °C
32
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 29 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 28 °C
32
 Saïda Min 17 °C Max 29 °C
34
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
28
 Tindouf Min 24 °C Max 35 °C
32
 Khenchela Min 12 °C Max 23 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
32
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Chroniques | On remet ça |

L'oeuf de Christophe Colomb

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«Plus une découverte est originale, plus elle semble évidente par la suite.» Arthur Koestler

Il n'y a pas plus pathétique que le déclin lent et long d'un empire qui a longtemps dominé une partie du monde. Et tous les empires, comme toutes les civilisations qui les ont accompagnés, ont connu cette douloureuse descente aux enfers. Sans s'attarder sur les causes de cette décadence, on peut dire que ce déclin a pour effet premier d'exacerber le patriotisme des citoyens qui s'en réclament, les poussant jusqu'à un chauvinisme étroit, comme celui qui a fait dire aux responsables allemands: «Deutchland über alles.» On sait comment cela s'est terminé. Ce phénomène n'a pas épargné les responsables politiques turcs qui revivent dans l'espoir d'une renaissance de la puissance turque initiée par Kamal Pacha. Celui-ci avait fait de la langue turque la mère de toutes les civilisations et avait servi de vecteur à un laïcisme original dans cette région où les religions servent de facteurs d'identité aux peuples qui y habitent. Alors, il ne faut pas s'étonner que les successeurs d'Attaturk qui ont accompagné leur patriotisme du voile islamique, de rechercher dans les splendeurs passées, un stimulant pour leurs conquêtes futures. Ce n'est pas par hasard que Recep Tayyip Erdogan, chef d'un état allié d'Israël, reprenne une chanson qu'on a longtemps entendue chez nous et qui attribue aux Arabes ou aux musulmans des découvertes qui profitent aujourd'hui aux populations d'origine européenne. On ne peut que sourire en l'entendant déclarer que ce sont les musulmans qui ont découvert l'Amérique, portant ainsi un coup bénin à l'eurocentrisme qui a dominé la planète depuis 1492, date de la chute du royaume de Grenade. Bien avant lui, Maâmar El Gueddafi a fait les mêmes allégations. Personne ne l'avait pris alors au sérieux... La découverte de l'Amérique, fait majeur avant que l'homme n'ait posé le pied sur la lune, est en effet revendiquée par plusieurs peuples soutenus par les trouvailles de quelques chercheurs éclairés. Charles Etienne Brasseur de Bourbourg a émis l'hypothèse de l'établissement de colonies phéniciennes ou carthaginoises en Amérique. Sa théorie se fonde sur des textes en langue quichua et des textes phéniciens qui semblent accréditer l'idée de la fondation d'une ou plusieurs cités phéniciennes qui auraient été dissoutes après quelques années par leur cité d'origine pour cause de mixité trop grande avec les populations mayas. Brasseur de Bourbourg croit aussi voir dans l'étude comparée des mythes phéniciens et mayas du culte du soleil et du couple originel, un apport des Phéniciens en Amérique.. À Rio de Janeiro s'élève une montagne à la forme énigmatique dénommée Pedra da Gávea. Cette montagne est célèbre pour la forme particulière de sa falaise dont la partie sommitale, côté terre, évoque une immense tête sculptée à même la roche. Des inscriptions en caractères phéniciens sont gravées à l'à-pic de la falaise, face à la mer. Le scientifique allemand Hans Giffhorn émet l'hypothèse d'une traversée de l'Atlantique par les Carthaginois après leur défaite lors des guerres puniques pour fuir l'Empire romain. Vers l'an 1000 selon trois sagas dites Sagas du Vinland (La saga des Groenlandais, la saga d'Érick le Rouge et le Dit des Groenlandais), Leif Erikson navigue depuis le Groenland jusqu'à une terre qu'il appelle Vinland. Restée longtemps à l'état légendaire, la véracité de ces récits ne fut confirmée qu'en 1960, lors de fouilles archéologiques à l'Anse aux Meadows (pointe septentrionale de l'île de Terre-Neuve); toutefois rien ne prouve qu'il s'agit bien du Vinland de Leif Erikson. Des relations orageuses avec les autochtones ne sont vraisemblablement pas étrangères à l'évacuation du village, quelques dizaines d'années plus tard. En 2002, une thèse controversée du Britannique Gavin Menzies a soutenu qu'une partie de la flotte de Zheng He aurait contourné le sud du continent africain pour remonter l'Atlantique jusqu'aux Antilles, qu'une autre partie aurait franchi le détroit de Magellan pour explorer la côte Ouest de l'Amérique et, finalement, qu'une troisième partie aurait navigué dans les eaux froides de l'Antarctique. Les côtes de l'Australie auraient même été atteintes lors de ces voyages d'exploration. Dans cet ouvrage, il stipule que des preuves archéologiques datant de cette époque ont été retrouvées sur la côte Ouest des deux Amériques. Mais c'est à Christophe Colomb que revint l'honneur d'être le découvreur de l'Amérique. Le navigateur gênois au service des souverains espagnols, est le premier navigateur dont les pérégrinations transatlantiques sont attestées tant par des écrits (dont certains autobiographiques) que par de nombreux témoignages de ses contemporains ou des preuves matérielles (Amérindiens ramenés en Europe et présentés à la cour d'Espagne). Il réalisa quatre voyages d'Europe en Amérique au nom des rois Catholiques: en 1492, 1493, 1498 et 1502. Gageons que le premier homme qui a mis les pieds en Amérique est un illustre inconnu, descendant des homme préhistoriques venus d'Afrique, qui a profité de la période glaciaire pour passer d'Asie au Nouveau-Monde.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha