Prévisions pour le 21 Septembre 2018

 Adrar Min 26 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 19 °C Max 32 °C
32
 Tamanrasset Min 20 °C Max 28 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 17 °C Max 26 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 26 °C
47
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 24 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 25 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 30 °C
30
Accueil |Chroniques | On remet ça |

Les mauvais élèves et les bonnes excuses

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«Les excuses sont faites pour s'en servir.» Proverbe wallon

Ce n'est vraiment pas de chance! «Ils» trouvent toujours une excuse pour expliquer au peuple les ratés de la gouvernance: hier, on nous a dit que c'était la faute aux cent trente-deux années de colonialisme: profitant de la nuit coloniale, les colons ont pillé le pays sans rien nous laisser, pis encore, ils ont fait fuir les plus futés, ont pris avec eux les moyens-futés et ils ont laissé sur une terre aride les pas futés du tout. Pis encore! Ils ont omis de les envoyer à l'école pour apprendre les bonnes manières, comme par exemple, arriver à l'heure au travail et ne pas sortir avant l'heure, travailler de bon coeur, en un mot, aimer le travail qui enrichit le patron, d'abord et l'ouvrier, ensuite, s'il arrive à survivre au rythme d'enfer que lui fait subir le paternaliste colon. Il n'y a pas que cela: les colons ont oublié d'enseigner à leurs sujets l'amour de la terre et les moyens de la rendre productive: la preuve est que depuis qu'ils ne sont plus là, on achète notre blé, notre tabac à l'étranger alors qu'avant, c'était les roumis qui mangeaient nos produits. Supposons que les colons n'y sont pour rien, alors, même du temps des Turcs, les gaouris bouffaient notre blé et c'est parce qu'ils ne pouvaient pas le payer qu'ils ont imaginé le coup d'éventail pour pouvoir tout prendre à l'oeil! Donc, cela ne peut être que la faute aux Turcs qui n'ont pas su défendre leur bien et aux roumis qui sont partis sans rien laisser. Ou alors, c'est la faute aux deux qui se sont entendus, sur le dos de ce peuple naïf qui n'est que «h'chicha talba m'aïcha». Une fois la vieille rengaine des impérialismes et du colonialisme usée, on nous a sorti un autre refrain: on nous a dit que c'était la faute à l'optimisme béat de M.Ben Bella qui s'était contenté de nationaliser les épiceries et les teintureries, d'avoir fait de l'autogestion à la Tito sans être Tito, bien entendu! Une fois BB mis sous scellés, les choses ne s'arrangèrent guère: on invoqua alors un complot ourdi à l'étranger par les forces impérialo-sionistes relayées par les forces réactionnaires et contre-révolutionnaires qui minent les rouages de l'administration, de la culture parallèle et qui ne pensent qu'à manger du fromage que l'on ne fabrique pas chez nous! C'est un comble! Alors que le fromage de chèvre enveloppé dans une feuille de figuier a toutes les vertus nutritives et diurétiques d'un autre fromage de chèvre, même de celle de M. Seguin! Mais voilà! M.Seguin sait y faire: quand il fabrique un fromage du lait de sa chèvre ou de celles de Mauritanie qui passent leurs saintes journées à bouffer des sachets noirs dans le désert, il l'enveloppe soigneusement dans un bel emballage et dépense un argent fou en publicité. C'est simple! il fait déguster un bout de fromage par une anorexique top modèle et l'affaire est dans le sac: tous les frustrés de la terre vont aimer ce bout de fromage pincé par des lèvres carmins... Pour en revenir à nos moutons, une fois la ritournelle du fromage galvaudée, on s'est mis à accuser de tous les maux et par tous les mots, le socialisme spécifique qui a conduit le pays dans une impasse et qui a fait des travailleurs, agricoles ou pas, des rentiers à part entière. On invente le PAP, on importe des bananes, des ananas et...du fromage! On construit Riadh El Feth et voilà que les caisses se vident, que la crise s'installe. C'est au tour de Chadli et de Messaâdia d'être voués aux gémonies. Et ce n'est pas fini, la démocratie subventionnée, le terrorisme patenté, chacun son tour, sont les causes profondes du marasme qui va frapper le pays! Ne pas oublier ensuite les catastrophes naturelles qui prennent un malin plaisir à s'installer chez nous; un séisme par-ci, une inondation par- là et nous devons baiser les têtes des vieux cheikhs des zaouïas pour qu'ils éloignent le mauvais oeil! En tout cas, qu'on ne vienne pas nous dire que c'est à cause de la sécheresse que la patate coûte pas moins de 100 dinars! Qui dit mieux!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha