Prévisions pour le 27 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 31 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 24 °C
30
 Batna Min 10 °C Max 21 °C
30
 Biskra Min 17 °C Max 30 °C
34
 Tamanrasset Min 20 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 12 °C Max 24 °C
47
 Alger Min 19 °C Max 25 °C
32
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 18 °C Max 23 °C
30
 Mascara Min 15 °C Max 27 °C
30
 Ouargla Min 20 °C Max 27 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 21 °C Max 31 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 32 °C
34
 Khenchela Min 8 °C Max 20 °C
30
 Mila Min 12 °C Max 24 °C
34
 Ghardaïa Min 18 °C Max 23 °C
34
Accueil |Chroniques | On remet ça |

Bilans

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«Il faut donc choisir de deux choses l'une: ou souffrir pour se développer, ou ne pas se développer, pour ne pas souffrir. Voilà l'alternative de la vie, voilà le dilemme de la condition terrestre.» Théodore Jouffroy

C'est à la fin de l' année que tout gouvernement qui se respecte et qui doit répondre devant une assemblée responsable, fait le bilan de l'exercice écoulé. Il ne s'agit pas seulement de faire les additions des recettes et des dépenses et d'en dégager un solde de tout compte, mais d'évaluer la quantité de projets réalisés et des progrès faits dans moult domaines. Un demi-siècle est amplement suffisant pour évaluer la fiabilité d'un système de gestion: si ce laps de temps est relativement court dans l'histoire d'un pays, il est cependant appréciable pour un citoyen qui a la chance d'arriver à l'âge de la retraite et qui a pu traverser les différentes étapes du développement de son pays. Si le développement se traduit par l'augmentation d'un produit intérieur brut ou du niveau de vie des citoyens, il est cependant plus logique de prendre en compte tous les paramètres annexes pour évaluer l'efficacité du système en question.
Ainsi, si la somme ou la masse des investissements s'avère sans rapport avec la modestie du PIB ou de l'amélioration du niveau de vie, ou si la balance commerciale ou celle des paiements accuse des déficits répétés, il convient de se poser des questions. Cependant, il y a des éléments plus importants qu'il faut saisir comme les structures économiques qui produisent les effets évoqués. Ainsi, une dépendance alimentaire grandissante chaque année ou une détérioration de la production industrielle doivent amener les gestionnaires à se poser des questions sur la justesse des choix économiques faits. Ainsi, on a vu des pays dits sous-développés, avec une agriculture pratiquement dominée par la monoculture, arriver, au bout d'une génération, à disposer de cadres compétents dans tous les domaines sans pour autant nager dans l'aisance.
Cuba, pour ne point la nommer, soumise aux tickets de rationnement à cause d'un embargo inhumain, a fourni à beaucoup de pays du tiers-monde des cadres d'une compétence et d'un engagement certains pour les aider à décoller: ses ingénieurs, ses médecins et ses militaires ont ainsi servi dans certains pays africains avec un dévouement exemplaire. Cuba est allée même à proposer une aide sanitaire à son ennemi héréditaire, les USA, pendant la catastrophe provoquée par l'ouragan Kathrina, quand le pouvoir américain affichait un mépris et une carence totale envers les habitants de la Nouvelle-Orléans dont la majorité est d'origine africaine. Cependant, les efforts faits dans l'éducation ne sont pas la condition suffisante pour rentabiliser les investissements consentis dans un domaine ou dans un autre. Encore faut-il que les décideurs soient fixés durablement sur les objectifs à atteindre. Il n'y a pas plus nocif pour un système économique que les hésitations, les louvoiements: ils sont plus dangereux que les mauvais calculs. Ainsi, un pays qui opte un jour pour le socialisme, avec des pratiques autogestionnaires et qui bascule, le lendemain, dans un dirigisme rigoureux fait de nationalisations rapides fondées, pour la plupart du temps, sur un amour-propre ou des orientations politiques éphémères, ne peut récolter que des résultats décevants. Et quand il donne un coup de volant à droite parce que le libéralisme est dans l'air du temps, c'est la catastrophe inévitable et la déconfiture totale. Mais au-delà des critères purement économiques, il y a lieu de considérer les progrès dans les autres secteurs, comme la santé, la culture et surtout, et cela est important dans l'évolution d'un pays, c'est la culture de la démocratie qui donne une idée du bien-être des citoyens. Au lendemain du franquisme, l'Espagne a ainsi basculé, du jour au lendemain, dans le camp démocratique, alors que dans d'autres pays, c'est toujours la culture de l'émeute qui prévaut, faute de relais crédibles.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha