Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 24 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 21 °C Max 34 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
23
 Tlemcen Min 20 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 19 °C Max 31 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 21 °C Max 33 °C
34
 Oran Min 22 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
47
 Khenchela Min 13 °C Max 25 °C
32
 Mila Min 15 °C Max 27 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Chroniques | On remet ça |

Cibles savantes

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«Le coupable est celui à qui le crime profite.» Sénèque

A la question récurrente que me pose souvent mon ami Hassan et qui consiste en cette éternelle interrogation, «pourquoi les sociétés arabes ne progressent- elles pas?», je réponds souvent par un silence prolongé, suivi d'une moue dubitative puis d'une phrase sibylline qui correspond à peu près à cela: «Vois-tu, mon ami, elles (les sociétés arabes), n'avancent pas parce qu'elle ne veulent pas avancer: elles se plaisent dans un immobilisme qui avantage avant tout, ceux qui sont au sommet de la pyramide. Ce sont des sociétés qui suppriment, annihilent, rasent, détruisent, tout élément positif qui peut aider à faire un petit pas vers la lumière. N'as-tu pas remarqué que toutes les fetwas qui sortent de la bouche des illuminés ne visent que les esprits éclairés. Jamais elles n'ont visé un individu accusé d'enrichissement illicite ou de détournement. Comme dit le poète: «Ils veulent éteindre toutes les lumières.» L'artiste ou l'intellectuel sont les premières cibles de ce terrorisme qui se drape de divers oripeaux. Le terrorisme est l'expression d'une volonté politique qui ne peut imposer son point de vue ni par les armes ni par les urnes. Donc, son principal but est de semer le chaos dans une société qu'il ne peut asservir et d'influer sur le comportement politique d'un pouvoir politique en l'humiliant par des coups spectaculaires et de l'affaiblir par des opérations ciblées. Tout le monde se souvient de la stratégie suicidaire de l'OAS qui, pour tenter d'empêcher l'inéluctable, se lança dans une politique de destruction et d'assassinats. D'une part, des commandos étaient chargés de semer la panique dans une population en plein désarroi, en tirant des rafales sur des arrêts de bus ou en déposant des bombes puissantes dans des lieux à forte densité, d'autres établissaient des listes précises d'intellectuels à supprimer et commettaient leurs forfaits quand les conditions objectives étaient réunies. D'autres avaient poussé le machiavélisme jusqu'à émettre de fausses convocations invitant des intellectuels, des étudiants, des techniciens à se rendre auprès d'administrations: une fois sur les lieux, ils étaient froidement abattus par des tueurs professionnels. Ainsi, l'Algérie avait perdu des centaines de futurs cadres: c'était la politique de la terre brûlée. Cette manière de faire a été reprise plus tard par d'autres mouvements terroristes comme ceux qu'a connus l'Algérie avec des tueurs issus d'un parti agréé, qui, tout en commettant des massacres à grande échelle, ciblaient parallèlement des intellectuels de grande valeur (médecins, ingénieurs, cadres patriotes, syndicalistes, journalistes ou militants démocrates). Cette boucherie s'avéra payante, puisqu'elle provoqua un exode de cadres compétents vers un environnement plus sûr et amena un pouvoir chancelant à composer avec une opposition en perte de crédibilité.
Cependant, il n'y a pas que les factions terroristes à opérer de la sorte. Il y a un terrorisme plus insidieux, qui se pare des habits des droits de l'homme et de l'uniforme de la civilisation la plus avancée et qui, en s'introduisant dans une société jouissant d'un certain ordre, vient semer le chaos: c'est le terrorisme d'Etat.
Ce chaos est la condition nécessaire à l'Etat terroriste pour procéder à toutes les opérations qui auraient pu, au grand jour, indigner l'opinion publique et jeter la lumière sur les véritables motivations de l'Etat terroriste. Au Moyen-Orient, on a vu les services israéliens se charger de la salle besogne en éliminant, l'un après l'autre, les scientifiques iraniens qui travaillent dans le secteur si sensible du nucléaire: quand les services secrets occidentaux n'arrivent pas à débaucher quelqu'un en l'attirant dans les laboratoires suréquipés de leurs centres de recherches, ils l'éliminent tout simplement. C'est ainsi que beaucoup de cerveaux arabes, financièrement rentables, exercent pour la plupart, dans les pays européens ou en Amérique, pendant que les pays de l'Otan et Israël, faisaient tout pour anéantir toute avancée scientifique des pays comme l'Irak et l'Iran. Si le but affiché de ce terrorisme de la part des pays qui ont toujours organisé, encouragé organisé et financé les mouvements obscurantistes arabes, on se demande pourquoi, en 2014, la machine à fetwas algérienne s'est remise en marche pour viser des intellectuels algériens dont le talent est reconnu outre-mer.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha