Prévisions pour le 25 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 35 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 31 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 25 °C
30
 Biskra Min 19 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
23
 Tlemcen Min 16 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 21 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 17 °C Max 29 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
34
 Mascara Min 15 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 21 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 25 °C Max 35 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 33 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 23 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 25 °C
30
 Ghardaïa Min 20 °C Max 31 °C
32
Accueil |Chroniques | On remet ça |

AUTODAFES

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«Le grand défaut des comédiens, un égoïsme plus démesuré encore que chez les autres êtres humains.» Michel Audiard

Celui qui a dit que les politiciens ne sont que d'habiles comédiens ne s'est pas trompé: leur carrière est jalonnée de rôles divers qu'ils interprètent pour divertir la galerie. Et dans le divertissement, il y a diversion. Les plus habiles de ces hommes-là ne sont pas que de simples cabotins: certains d'entre eux sont d'habiles scénaristes qui construisent leur stratégie en opérant des feintes ou des coups de théâtre pour tromper toujours leur naïve galerie.
On se souvient bien de la farce jouée par le sieur Erdogan en face de son homologue Shimon Peres: une brouille trop spontanée pour être naturelle. Cette artificielle bouderie faite pour tromper la base islamiste turque ne trompe personne: les liens solides sont tissés ailleurs. Ils résident dans les fortes relations commerciales et militaires qui unissent les deux entités, des accords militaires tacites qui en font deux pions solides de l'Organisation atlantique. Ce sont deux pays qui bénéficient d'ailleurs d'un appui financier conséquent de la part du chef d'orchestre de l'Otan.
L'acharnement contre le régime syrien est la facette des liens stratégiques qui unissent les deux puissances militaires du Moyen-Orient. Et puis, qui a vu des intégristes se réclamant de l'islam diriger leurs couteaux ou leurs fusils contre le sionisme? Cependant, il n'y a pas qu'au Moyen-Orient que sévissent les nervis de l'Occident: l'Afrique du Nord possède depuis longtemps un allié infaillible prompt à servir les intérêts étrangers. Comme un effet du hasard ou par atavisme, beaucoup de roitelets qui ont posé leur royal postérieur sur le trône du Maroc ont prêté main forte aux impérialismes étrangers. Il est superflu de rappeler que ce fut le roi Bocchus qui livra l'Aguelid Jughurta aux Romains et que depuis cet acte de félonie, le terme «bocchus» est devenu en tamazight le terme commun pour désigner la pire vilénie qu'on puisse souhaiter à une personne. Peut-être que lorsque les généraux français daigneront ouvrir les archives de la guerre de libération, on trouvera bien les négociations secrètes entre le 2e bureau français et le Palais royal pour détourner l'avion où étaient embarqués les chefs du FLN. L'invasion du Sahara occidental ne s'était pas faite sans l'accord des régimes français et espagnol. Le même régime a soutenu l'invasion de l'Irak par la sodatesque américaine pour un effacement de dette.
Cette disponibilité à servir de base d'agression contre son voisin n'est pas gratuite: les capitaux occidentaux sous toutes leurs formes affluent pour soutenir un régime qui a élevé la production du cannabis en richesse nationale. Ce n'est un secret pour personne que c'est le lobby sioniste très présent au pays de Sa Majesté qui mène le bal pour renflouer les caisses du Makhzen: tourisme, contrat de sous-traitance, facilités bancaires... Les canaux pour amener la finance sont nombreux. Alors, le roi n'a qu'à bien se tenir pour ne pas voir tarir la source qui irrigue une économie chancelante.
Et Mohammed VI ne trompe personne quand sa vigilante administration interdit des films jugés trop sionistes: Exodus de Rydley Scott, qui raconte la fuite d'Egypte des Hébreux conduits par le prophète Moïse (à ne pas confondre avec le précédent Exodus qui relate les péripéties des colonisateurs de la Palestine). Quand on sait qu'il y a une infinité de films qui apportent de l'eau au moulin sioniste, des Dix Commandements à La liste de Schindler, on ne peut que constater la vanité du geste royal. Et puis, à l'heure, du grand village médiatique, tous les films ou presque sont disponibles sur Internet: interdire une oeuvre, c'est un coup d'épée dans l'eau ou tirer la poudre aux moineaux. Les gestes efficaces et crédibles sont ailleurs. Ce n'est pas un autodafé symbolique qui nuira aux bonnes relations du Palais et du Kibboutz.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha