Prévisions pour le 22 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 20 °C Max 29 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 27 °C
32
 Alger Min 19 °C Max 27 °C
34
 Saïda Min 16 °C Max 28 °C
32
 Annaba Min 22 °C Max 26 °C
4
 Mascara Min 15 °C Max 29 °C
32
 Ouargla Min 24 °C Max 32 °C
30
 Oran Min 20 °C Max 30 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 22 °C
39
 Mila Min 17 °C Max 27 °C
12
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Chroniques | On remet ça |

La vieille école

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«Le commerce est l'école de la tromperie.» Vauvenargues

L'hiver, quand il se manifeste par de violents coups de tonnerre, la chute de grêlons ou par le martèlement ininterrompu des gouttes de pluie sur les tuiles rondes qu'accompagne le sifflement aigu du vent sur les lignes électriques, réveille toujours en moi ces vieilles terreurs de l'enfance quand les coups de tonnerre se confondaient souvent avec les détonations proches ou lointaines qui rappelaient que nous étions en guerre. Et pendant cette guerre, notre école était occupée à moitié par une garnison militaire qui faisait de nous des sortes d'otages pendant nos heures de classe. Malgré cela, nous nous sentions en sécurité car nous avions des instituteurs qui, bien qu'originaires de ce qu'on appelait alors la métropole, exprimaient leur solidarité envers nous à mots couverts. Et ils disposaient d'un arsenal pédagogique exceptionnel pour nous faire comprendre qu'ils étaient comme nous: c'est la raison pour laquelle, je garde toujours un souvenir attendri de ces années où même la misère semblait douce tant l´enfance était insouciante. Si nous vivions la plupart du temps l´école comme un enfermement, durant l´hiver, qui était alors plus rude qu´à présent, la salle de classe était un refuge douillet, une oasis de confort par la simple présence d´un accessoire qu´on entourait de toutes les attentions nécessaires durant la mauvaise (pourquoi dit-on «mauvaise»?) saison. Pour les neuf classes situées au rez-de-chaussée des deux bâtiments que comptait l´école, il n´y avait qu´un agent communal pour s´occuper de l´entretien et du nettoyage de tous les espaces communs. Mais en hiver, la première tâche du balayeur qui commençait son travail aux aurores, consistait à allumer les poêles qui fonctionnaient au bois. Les petits écoliers qui avaient fait des kilomètres sur les sentiers glacés et qui arrivaient grelottant et mouillés, étaient ravis de trouver le ronronnement du poêle qui, contrairement aux «kanouns» domestiques, chauffait sans fumer. C´était pour nous le premier signe du progrès.
L´autre visage du progrès était l´instituteur qui arrivait toujours frais et dispos, bien rasé, et la mine réjouie. Il pouvait avoir le physique d´Homère Simpson, il demeurait quand même un bon exemple pour nous, à cause de sa tenue, toujours impeccable et de sa bonne humeur.
Par temps de neige, une grande partie des élèves manquait à l´appel et devant une classe à moitié vide, l´enseignant, compréhensif, ne prenait pas la peine de nous faire un cours important: on procédait soit à des exercices de révision en calcul, soit à des lectures de textes déjà vus ou à un cours de morale. C´était le cours que nous préférions par-dessus tout car il n´impliquait aucun effort de notre part; nous ouvrions nos oreilles et écoutions religieusement cette voix magistrale parler avec un accent venu d´ailleurs, des plus belles vertus humaines. L´instituteur prenait son petit livre, et, parcourant les allées de la salle de classe, il lisait, en soignant sa diction, le texte ou la fable du jour qui était censé faire de nous, des hommes véritables, honnêtes, courageux, généreux, solidaires, loyaux et décidés. Outre l´esprit de sacrifice, le mépris du gaspillage, le cours de morale insistait toujours sur la valeur du travail et du goût du pain gagné à la force des bras. La fable du Laboureur et ses enfants était un exemple pertinent. Quand je la raconte maintenant à mes enfants qui ne l´ont pas apprise à l´école fondamentale, ils me répondent: «C´est le commerce qui enrichit!». Ils n'ont pas tout à fait tort puisque notre caïd avait déjà déclaré devant moi, sur le ton qui lui était coutumier: «Le commerce, c'est du vol autorisé!». Et il n'avait peut-être pas tort.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha