Prévisions pour le 20 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 37 °C
32
 Laghouat Min 17 °C Max 29 °C
30
 Batna Min 12 °C Max 24 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 34 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
28
 Tlemcen Min 16 °C Max 25 °C
34
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
4
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
4
 Mascara Min 16 °C Max 25 °C
30
 Ouargla Min 26 °C Max 35 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 22 °C Max 34 °C
30
 Tindouf Min 26 °C Max 36 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
47
 Mila Min 17 °C Max 24 °C
4
 Ghardaïa Min 21 °C Max 31 °C
30
Accueil |Chroniques | On remet ça |

Intolérances

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«N'ayez d'intolérance que vis-à-vis de l'intolérance.» Hippolyte Taine

A la veille de l'attentat sanglant contre Charlie Hebdo, l'écrivain français Michel Houellebecq signait une oeuvre romanesque intitulée Soumission où il peint la vie d'un pays européen entièrement islamisé. Il emboitait ainsi le pas à son prédécesseur anglais George Orwell qui écrivait en 1948, au début de la Guerre froide, un roman intitulé 1984, où il mettait en scène l'univers totalitariste que promettait le socialisme à la soviétique. On peut constater que la dénonciation de l'intolérance et du totalitarisme n'est pas nouvelle dans les pays d'expression démocratique tant au cinéma (D.W. Griffith) que dans le roman. En 1963, sortait aux Etats-Unis un roman qui fit scandale. L'oiseau bariolé, oeuvre d'un écrivain d'origine juive polonaise, raconte entre autres, dans ce recueil de nouvelles, l'étrange et cruel exercice mené par certains enfants dans la campagne pour meubler leurs loisirs: ils attrapaient un corbeau, lui peignaient les plumes et le remettaient en liberté. En rejoignant son groupe d'origine, le volatile, méconnaissable, est mis à mort par ses congénères qui le prenaient pour un intrus, un étranger. Dans ce penchant pour l'uniformité, l'auteur voulait dénoncer la pratique du régime totalitaire qui sévissait alors dans les pays de l'Europe de l'Est où tout ce qui ne rentrait pas dans le moule du «socialisme scientifique» breveté à Moscou, était banni et combattu. Le droit à la différence était illicite: les libéraux, les paresseux, les homosexuels..., étaient hors normes et n'avaient pas droit de cité. C'est ce qu'on appelle sous d'autres cieux, l'intolérance. Cependant, il n'y a pas que dans les pays socialistes ou dans les pays sous-développés qu'existe cet état d'esprit. Dans les pays industrialisés, il se manifeste soit sous une forme légale sous-tendue par de pseudo-principes philosophiques (le système d'apartheid, soutenu par les régimes politiques des pays de l'Otan ou les lois racistes de certains Etats du Sud des Etats-Unis font partie de l'histoire récente): c'est dans l'accès au logement, à l'emploi ou à l'exercice d'activité politique qu'on le rencontre le plus souvent dans les pays où fleurit la démocratie bourgeoise. Ceci est vrai en temps de vaches grasses. En temps de vaches maigres, c'est-à-dire en temps de crise économique, il se manifeste par des campagnes médiatiques (souvent celles qui accompagnent les campagnes électorales) qui dénoncent «l'immigration sauvage» quand elles n'ouvrent pas la porte sur l'abîme aux débats sur une identité nationale suspecte et indéfinissable ou quand elles ne mènent pas une croisade ouverte contre l'innovation architecturale dans l'édification de certains lieux de culte alors qu'elle ferme les yeux sur les audaces et extravagances esthétiques dans d'autres domaines. C'est ce qu'on appelle par euphémisme de la frilosité. C'est sûrement pour répondre au refus cubain du gouvernement de voir une mosquée se construire à La Havane, que le gouvernement turc vient d'autoriser la construction d'une église chrétienne à Istanbul. Son geste symbolique dans un pays qui compte des minorités chrétienne et juive sera-t-il suivi par les régimes arabes qui refusent tout autre temple que la mosquée, versant ainsi de l'eau au moulin des Le Pen et consorts qui s'opposent à la construction de mosquées dans des pays européens où la communauté musulmane prend de plus en plus d'importance?

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha