Prévisions pour le 21 Septembre 2018

 Adrar Min 26 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 19 °C Max 32 °C
32
 Tamanrasset Min 20 °C Max 28 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 17 °C Max 26 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 26 °C
47
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 24 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 25 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 30 °C
30
Accueil |Chroniques | On remet ça |

Tranches de vie

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«De nos jours, tout grand homme a ses disciples, et c'est toujours Judas qui écrit la biographie.» Oscar wilde

Difficile de résister à la pression de mon ami Sid-Ahmed qui me harcèle continuellement afin que je mette, noir sur blanc, ses mémoires de guerre et ses tribulations dans l'administration publique. N'allez pas croire que c'est le narcissisme propre à beaucoup de nos contemporains qui le pousse à une telle démarche. N'ayant plus rien à prouver de ses engagements passés, il souhaite, au crépuscule de sa vie, (une expression qu'il déteste) faire revivre un instant ses compagnons de route, ceux qui ont disparu avant de respirer, le parfum fugace de la liberté ou ceux qui sont retombés dans l'anonymat de ceux qui ne se sont pas attablés au banquet de la rente. Cette insistance m'avait quelque peu indisposé, parce que j'hésite toujours à peindre les actions d'éclat des hommes qui ont sacrifié leur jeunesse pour un idéal sacré. D'abord, j'ai horreur de tomber dans le cliché et peindre des stéréotypes qui peuplent les productions littéraires et cinématographiques dédiées à la lutte de libération. Parce que je suis conscient, qu'à côté des actions héroïques, il y a un chapelet de petites lâchetés qu'un «bon chrétien» ne saurait pardonner. Il faut, avant tout rester dans le réalisme et l'objectivité pour restituer l'ambiance de ces années de feu. Je sais bien que tant qu'il y aura encore un faux moudjahid en vie, je m'attirerais les foudres de tous les planqués de France et de Navarre. Et puis, je ne voudrais pas construire un récit sur les simples témoignages de cet ami qui a pris le maquis, si loin de ma région natale et je ne me hasarderais pas à prendre comme modèles des hommes et des femmes que je n'ai pas connus pour la simple raison que le prisme déformant du temps qui passe enlève toute objectivité au point de vue. Ensuite, je ne prendrais pas comme héros, un personnage mort trop tôt sous les balles ennemies et qui réunit l'unanimité des suffrages sur leurs personnes tout comme je n'aurais pas l'outrecuidance de vouloir réhabiliter à tout prix ceux qui ont été victimes de règlements de comptes à l'intérieur même de leurs rangs: ces personnages controversés conservent toujours dans la masse de plus en plus réduite des survivants, des partisans fanatiques ou des adversaires acharnés qui risquent de vous molester quelque peu dans une presse qui ne demande qu'à se nourrir de polémiques stériles. C'est la raison pour laquelle j'éviterai les personnages trop connus d'un public qui a été soumis à cinq décennies de désinformation ou de censure abjecte. Et puis, devrais-je prendre comme héros central ou marginal, dans un but pédagogique bien sûr, ce fait tout d'acier trempé qui a préféré mourir les armes à la main, prouvant ainsi que «la mort n'éblouit pas les yeux des partisans» ou bien montre l'exemple peu édifiant de celui qui a levé les bras pour se rendre en prétextant qu'il vaut mieux être un lâche en vie qu'un héros mort ou tout simplement que «tant qu'il y a de la vie, il ya de l'espoir». Evidemment, il ne me sera pas interdit de glisser dans le propos, la silhouette d'un personnage célèbre qui traverse la scène incognito à la manière de Amirouche, qui visitait les zones de combat sans dévoiler ni son grade, ni son identité. Il va de soi que les personnages qui survivent aux opérations coloniales, auront leur place dans le douloureux épisode de l'été de la discorde comme dans le partage du gâteau qui va suivre...

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha