Prévisions pour le 21 Septembre 2018

 Adrar Min 26 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 19 °C Max 32 °C
32
 Tamanrasset Min 20 °C Max 28 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 17 °C Max 26 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 26 °C
47
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 24 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 25 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 30 °C
30
Accueil |Chroniques | On remet ça |

Contrastes

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«Nous voulions changer le monde, mais le monde nous a changés!» Ettore Scola

«C'est vrai que c'est un type qui ne se décourageait nullement! Il était toujours prêt à mener le combat avec toute la justesse que son réalisme lui imposait. Ce n'était pas un Don Quichotte mais il avait une sacrée détermination! Tu sais qu'il y a quelqu'un qui prépare un film sur Si Abdelhamid?» m'avait déclaré Sid-Ahmed, une lueur de nostalgie dans l'oeil.
«Oui! Et c'est cela que je redoute! La réussite n'est pas toujours au bout des meilleures intentions. Je prie que le film soit à la hauteur du personnage. Je mesure la difficulté qu'on peut rencontrer, en essayant de restituer les multiples facettes d'un personnage tout en relief, et dont l'épaisseur subjugue tous ses interlocuteurs. Pour redonner vie à un homme qui a vécu plusieurs vies, je penche plutôt pour la technique éprouvée du flashback. C'est la meilleure manière de rendre crédible le cheminement et le développement d'un caractère dans des situations différentes, et de confronter, soit les comportements actuels avec ceux du temps passé, soit de décrire le désenchantement de certains. Je garde un souvenir indélébile du film italien Nous nous sommes tant aimés d'Ettore Scola, avec des acteurs aussi performants que Vittorio Gassman et Nino Manfredi. Quatre partisans qui se lient d'une amitié indéfectible durant les années de résistance contre l'occupant allemand se retrouvent dans une Italie en plein boum économique.
Deux d'entre eux ont gardé leur idéal de jeunesse et luttent toujours, au bas de l'échelle sociale qu'impose la société capitaliste, pour un ordre plus juste, en harmonie avec leur caractère, tandis que les deux autres ont changé de statut et se trouvent de l'autre côté de la barrière. Je me vois, moi, montrant Si Abdelhamid, au crépuscule de sa vie, se rendant à une cérémonie quelconque où il va certainement croiser des gens qu'il a connus à un moment de vie. La cérémonie peut être le mariage du fils ou de la fille d'un ami, une conférence sur le mouvement national, une vente-dédicace d'un de ses livres qui nous restituent les aventures de personnages hors normes ou bien tout simplement à l'enterrement d'un camarade lâchement abattu par des terroristes. Et là, on peut jouer sur l'éventail de comportements que peut avoir un homme politique, se retrouvant soit devant un acteur qui a joué un rôle positif à un moment donné, soit devant un incurable pendard qui a réussi dans la vie et qui est arrivé à un enviable statut, en raison d'une carrière émaillée de petites lâchetés, de trahisons, de compromis, de compromissions ou d'actes peu reluisants. C'est en général ce de quoi est constitué, en général, le curriculum vitae de quelqu'un qui survit au parcours du combattant ou du combattu. Bien que magnanime, généreux et discret, Si Abdelhamid ne manquait jamais de fixer son interlocuteur avec une franchise désarmante.
Un gros plan sur un ami d'enfance et on peut se retrouver dans la cour du lycée où Si Abdelhamid fonda une cellule PPA, pour former à la lutte la génération montante. C'est dans cette même cour qu'il côtoiera d'autres personnages hauts en couleur, qui auront des parcours différents: un grand écrivain, un artiste en herbe, un futur grand ministre qui fera partie de l'équipe qui étrangla la liberté d'expression, de futurs chouhada...»

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha