Prévisions pour le 23 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 34 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 25 °C
34
 Biskra Min 19 °C Max 33 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 28 °C
34
 Alger Min 19 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 17 °C Max 28 °C
34
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
32
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 33 °C
28
 Tindouf Min 24 °C Max 35 °C
32
 Khenchela Min 11 °C Max 23 °C
30
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
32
 Ghardaïa Min 19 °C Max 30 °C
32
Accueil |Chroniques | On remet ça |

La solution finale

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«Le gouvernement a pour mission de faire que les bons citoyens soient tranquilles, que les mauvais ne le soient pas.» Georges Clemenceau

Cette semaine aura vraiment été très riche en information astronomique. Je passerai vite sur la disparition de Léon Nimoy, cet interprète sympathique qui a prêté son talent au personnage inoubliable de Spock, le Vulcain sage aux oreilles pointues, commandant en second dans le vaisseau spatial Entreprise, dont les missions scientifiques ne risquent pas de faire oublier toutes les expéditions guerrières de la belliqueuse Amérique, à la recherche de butins qui assureront au citoyen des States un train de vie enviable. La deuxième information concerne la découverte d'un trou noir auprès duquel les petits trous dans les finances nationales, victimes de détournements, de dévaluation, de dépréciation ou de mauvaises gestions, paraissent dérisoires. La troisième et non des moindres consiste en le concours lancé par la Nasa pour le choix d'une centaine de candidats sur les 200 000 qui ont répondu à l'appel et crée la polémique puisque cette mission est baptisée «sans retour», étant donné que les partants seront exposés à des dangers certains durant un fort long voyage. Le départ est prévu à l'intérieur de cette fenêtre de tir, qui s'ouvre le 25 décembre 2017 et se ferme le 5 janvier 2018. Le véhicule spatial devrait atteindre la Planète rouge le 20 août 2018. Les courageux pionniers devront y préparer la base de vie pour les futurs colons qui s'y installeront. On ne peut que spéculer sur les défis techniques qui attendent les organisateurs et les difficultés aux candidats pour un aller simple. Cela ne nous fera pas oublier certes, cette bonne vieille Terre qui a accueilli la vie depuis que le monde est monde. Ce petit grain de sable (à l'échelle de l'Univers) qui tourne autour d'une étoile moyenne, une étincelle (à l'échelle de l'Univers) est condamnée, selon les astrophysiciens, à une prochaine disparition quand le Soleil deviendra une boule géante rouge et qu'il absorbera toute sa banlieue. Dans cinq milliards d'années. Exactement, quand la galaxie d'Andromède viendra flirter avec la Voie lactée et dans un coït apocalyptique enfantera un monde nouveau. Ce sont ceux-là, les scénarios des astrophysiciens. Les économistes, les démographes et les écologistes, eux, prévoient la catastrophe pour plus tôt. Et les causes sont nombreuses: la mauvaise gestion des ressources, leur mauvaise redistribution, la pollution qui cause un réchauffement de la planète, une démographie galopante qui accentue la raréfaction des ressources... Ne parlons pas des expériences thermonucléaires: elles deviennent si rares! Et les savants de se pencher sur le sort de cette humanité qui se prend pour le nombril de l'Univers, pour l'espèce choisie par le Créateur pour dominer le monde. Eh bien, le résultat est surprenant. Pourtant, bien avant aujourd'hui, au XIXe siècle, des savants ont exprimé leur inquiétude face aux guerres qui ravageaient le monde: les socialisants comme Condorcet, Godwin ou Marx préconisaient une meilleure distribution des richesses pour atténuer les conflits. Malthus, lui, beaucoup plus pessimiste, préconisait la limitation des naissances bien avant que les Chinois ne l'appliquent à eux-mêmes. Il faut dire que l'homme s'est multiplié au détriment des autres espèces animales et que rien ne semble arrêter son expansion. L'élément vital dont dépend l'homme est l'eau. Cette ressource tend à se raréfier à cause du réchauffement climatique et déjà, des conflits se dessinent dans certaines régions chaudes du globe. D'autres matières premières sont à l'origine des nombreux conflits qui saignent la planète. C'est la raison pour laquelle, des hommes politiques avisés semblent s'être souvenus de Malthus pour résoudre le problème de la démographie: au lieu de prescrire des contraceptifs à leurs fidèles administrés, ils les envoient directement à la boucherie.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha