Prévisions pour le 22 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
28
 Biskra Min 18 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 16 °C Max 27 °C
34
 Alger Min 19 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 16 °C Max 28 °C
30
 Annaba Min 22 °C Max 27 °C
39
 Mascara Min 15 °C Max 30 °C
34
 Ouargla Min 24 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 20 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
12
 Mila Min 17 °C Max 26 °C
30
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Chroniques | On remet ça |

Spéléologie

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«Ne point aller chercher ce qui se passe dans la lune, et vous occuper chez vous où l'on voit aller tout sens dessus dessous.» Molière

Comme je le disais, les lectures sont toujours enrichissantes, qu'elles soient sacrées ou profanes, savantes ou récréatives, profondes ou légères. C'est ainsi que j'ai été interpellé par un article relatant la dernière découverte scientifique. Il s'en passe des choses étonnantes au centre de notre galaxie, la Voie lactée. Comme la plupart des grosses galaxies, cette dernière possède en son centre un trou noir supermassif, connu sous le nom de Sgr A* (pour Sagitarrius A star). D'après les estimations, sa masse serait d'environ quatre millions de fois celle du Soleil. Mais ce trou noir est surtout le plus proche que nous connaissons actuellement. Il en existe ailleurs de plus monstrueux. Grâce au Very Large Téléscope (VLT), des astronomes ont pu observer pour la première fois, un nuage de gaz foncer et passer très près du trou noir super massif qui se situe au centre d'une galaxie naine. Le trou noir repéré serait d'une taille 25 milliards de fois plus massive que celle de notre Soleil. Des chiffres qui donnent le vertige! L'originalité de cette découverte tient au fait qu'elle remet en cause certaines théories de scientifiques imprudents quant à l'âge de ces trous noirs. Le trou noir de l'espace a cette originalité d'absorber avec une voracité extrême tout ce qui passe à proximité: même la lumière n'échappe pas à son gigantesque appétit. On peut sans fin spéculer sur le destin des milliards de tonnes de matières ingurgitées durant des temps immémoriaux, on finit toujours par revenir à ce postulat rassurant que dans l'espace, rien ne se perd, rien ne se crée et que tout se transforme. Donc on peut imaginer que le trou noir n'est qu'une manière violente de récupérer des matières usées, de les traiter dans une hypothétique oeuvre au noir pour la restituer ailleurs sous forme d'énergie ou d'étoiles scintillantes...Cependant, on peut remarquer que le trou, dans le sens le plus général, quelle que soit sa taille ou ses dimensions, a toujours excité la curiosité humaine: alors que le contemplatif se plait à admirer un lever ou un coucher de soleil nimbant la crête d'une éminence, le curieux prend son pied en se penchant sur la moindre cavité qui affecte un relief. Cela peut être une grotte qui a servi de refuge aux animaux ou aux hommes préhistoriques à la recherche d'une sécurité et d'un confort relatifs. C'est souvent une entaille pittoresque dans le rocher avec des stalactites et des stalagmites propres à étonner le touriste... Cela peut être aussi un minuscule repaire pour animal craintif, crabe, serpent ou lézard, comme cela peut être un long boyau sans fin qui s'enfonce dans les entrailles de la terre et que les spéléologues intrépides, au péril de leur vie, se plaisent à explorer. Pour l'homme, le trou symbolise l'inconnu, le défi à relever pour satisfaire son besoin de connaissances. Jules Verne n'a-t-il pas envoyé ses intrépides aventuriers par un volcan éteint de la lointaine Islande pour être recrachés en Sicile, dans de rocambolesques circonstances, par l'impétueux Stromboli. Mais le trou peut être aussi générateur de richesses: c'est le propre de toutes les mines qui éventrent la terre pour le plus grand bien d'une humanité dans le besoin. Le trou peut aussi générer le flux apaisant d'une eau désaltérante qui formera aussitôt de nombreux cours d'eau.. C'est ainsi que les poètes chantent souvent les mystères et la magie des trous profonds, des gouffres et des abysses. Cest dommage qu'il n'y ait pas de ministres poètes: ils auraient pu enchanter l'imagination des jeunes générations en chantant sur le mode épique, la grande aventure des trous creusés dans le sol désertique qui mènent miraculeusement à des châteaux en Espagne sans passer, non par Gibraltar, mais par les comptes suisses.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha