Accueil |Chroniques | On remet ça |

Poubelle

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«Plus poubelle que moi, tu meurs!» Kurzas

Quand un pays en colonise un autre, ce n'est pas dans le noble but de lui imposer «sa culture supérieure», son art de vivre, sa langue, ses coutumes, sa religion..., mais, avant tout, de tirer avantage d'une position géographique stratégique qui manque au pays dominant ou d'en pomper les richesses naturelles et les ressources humaines.
C'est toujours avec une violence inouïe que cette opération se déroule avec son contingent de drames et de douleurs. La première phase est, bien sûr, militaire. Après la victoire du pays dominant et le quadrillage du pays conquis par l'armée, une administration politico-militaire est mise en place avec des objectifs bien précis: détruire les structures préexistantes et installer un nouvel ordre qui placerait les occupants aux échelons supérieurs de la hiérarchie.
Jamais le «Vae Victis» romain ne trouvera mieux sa raison d'être que dans le traitement des vaincus.
La nouvelle législation mise en place fera tout pour, d'abord, niveler le niveau des couches sociales indigènes. Les élites sont supprimées, pourchassées ou exilées. Une nouvelle organisation foncière se met en place. Les anciennes industries traditionnelles sont détruites et, peu à peu, de nouveaux rapports économiques s'établissent.
La puissance dominante confisque les richesses naturelles, exploite une main-d'oeuvre indigène à vil prix et impose ses produits transformés à cette nouvelle masse de consommateurs, qui, bien que pourvue d'un faible pouvoir d'achat, n'en est pas moins négligeable et que de toute façon, elle est destinée à consommer les restes.
Tout le monde a cru que l'accession à l'indépendance des pays colonisés changerait la nature des rapports entre dominants et dominés, ceux du Nord avec ceux du Sud comme on aime bien les nommer aujourd'hui, peut-être dans le but de faire oublier le viol historique dont certains pays ont été victimes.
Mais voilà, l'indépendance n'a rien arrangé et on peut même dire que dans certains pays la situation a empiré. Après des essais infructueux, des tâtonnements hasardeux, des expériences malheureuses dans le système économique à mettre en place, les nouveaux régimes d'origine indigène, après avoir testé la démagogique formule de l'autogestion et de la nationalisation tous azimuts, imposé la lourde machine bureaucratique budgétivore des entreprises publiques, éternellement déficitaires, après avoir balayé toutes les petites industries abandonnées (et léguées!) par la colonisation, réduit à la faillite (quelquefois avec la complicité de syndicats à fibre patriotique sensible et à géométrie variable), après avoir bouclé les frontières à double tour, ont enfin, grâce à la mondialisation, découvert (comme Christophe Colomb son oeuf!), les vertus de la voie libérale.
Mais c'est déjà trop tard: une bourgeoisie compradore, installée dans tous les rouages de l'Etat, avait mis en place un système où l'importation se révèle plus juteuse que la production des richesses.
La perméabilité des structures douanières aidant, une avalanche de produits transformés de qualité douteuse et d'origines diverses va inonder le pays ex-colonisé. Habillement, équipements électroménagers, meubles, jouets, véhicules, produits de beauté, ne répondant pas tous aux normes d'hygiène et de sécurité telles que définies par les pays européens. Après les produits de pays de l'UE... c'est au tour des «dragons» d'Asie d'envoyer un tsunami de sous-produits, très bon marché, vers la grande poubelle africaine.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha