Accueil |Chroniques | Regards croisés |

Le mystère algéro-marocain

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«Je ne veux pas de colonies: elles ne sont bonnes qu´à créer des sinécures. C´est tout ce que l´Angleterre et l´Espagne en font.» (Bismarck 1815-1898)

Comment ou par quoi peut-on expliquer la violence des mots employés et la haine qu´ils dégagent chez certains lorsqu´il s´agit de commenter l´actualité algéro-marocaine? Que les commentaires soient ceux de certains journalistes, intellectuels ou simples citoyens.
Pardonnez-moi de revenir sur ce sujet, tant le nombre de messages qui sont arrivés dans ma boîte électronique, en réponse à la précédente chronique intitulée «Le mythe du Sahara marocain», m´ont surpris par leur agressivité et, n´ayons pas peur de le dire, leurs insultes envers non seulement le chroniqueur mais aussi envers l´Algérie, peuple et gouvernant. Je sais bien l´attachement du peuple marocain à la thèse officielle de la marocanité du Sahara occidental. Et c´est normal. Le contraire m´aurait étonné. Pour autant, peut-on reprocher à l´Algérie d´être solidaire du peuple sahraoui dans sa quête de liberté? Avons-nous, nous Algériens, comme bien des peuples à travers le monde, le droit d´avoir une opinion différente de celle du Maroc sur la question sahraouie? Je croyais que l´avenir du Sahara est encore en négociations sous les auspices de la communauté internationale et que toutes les résolutions du Conseil de sécurité de l´ONU maintiennent l´option du droit des Sahraouis à se prononcer sur leur avenir. Quel qu´il soit. Ce sera leur choix.
Mon étonnement ne s´arrête pas aux seules réactions de quelques crétins marocains comme celles qui nous promettent une vengeance sur l´histoire, voire une guerre. Mais que puis-je répondre à cet Espagnol qui me précisait dans son message que Ceuta et Melilla sont espagnoles depuis plus de 2000 ans que, par le passé l´Empire romain reconnaissait leur appartenance au Royaume d´Espagne et qu´elles ne seront jamais marocaines parce que j´écrivais que Ceuta et Melilla sont marocaines? Du coup, je ne pus m´empêcher de penser à toutes les revendications territoriales au nom d´une lointaine histoire par bien des pays, comme par hasard, en guerre déclarée ou latente. La Syrie pour le Liban ou l´Irak pour le Koweït depuis la fin de l´Empire ottoman en 1920.
Ou encore, peut-on imaginer l´Allemagne revendiquer l´Alsace et la Lorraine reprises par la France à la fin de la dernière guerre mondiale? J´ai voulu revenir sur ce sujet parce qu´il est d´une actualité et d´une urgence brûlantes et qu´il empoisonne le débat lorsqu´il est pollué par la surenchère nationaliste.
D´autant plus, qu´à la demande du Maroc, l´ouverture des frontières communes avec l´Algérie est prise en charge par les gouvernants des deux pays. A charge pour les responsables politiques des deux pays de sortir leurs peuples de l´impasse.
Toujours est-il que, quel que sera l´avenir des relations algéro-marocaines, il faudra du temps, beaucoup de temps pour reconstruire cette «fraternité» de l´Algérie que le discours politique marocain aime tant proclamer à tout bout de champ, sauf lorsqu´il s´agit de l´avenir du...Sahara occidental. Car chez les Algériens, il n´y a point de haine. Ils sont cependant exigeants dans l´amitié et la fraternité. Ils les veulent entières. Sans calculs ni coups bas. Pour le reste, les messages reçus me prouvent que je n´avais pas tort sur le sentiment agressif qu´a semé et continue de semer la propagande marocaine officielle à l´encontre de l´Algérie.

bouzinamed@yahoo.fr

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha